Où est le véritable amour de la nature?

Pour construire un tramway à Québec, il faudrait abattre plus de 17 000 arbres matures. Des arbres magnifiques, porteurs de beauté, de vie et qui produisent en abondance non seulement de l’oxygène, mais aussi quantité de fines particules extrêmement bénéfiques à la santé humaine.

Curieusement, bon nombre de « verts », qui se scandalisent de la déforestation dans la lointaine Amazonie, semblent s’accommoder assez facilement de ce terrible crime contre la verdure au cœur même de notre propre milieu de vie. Leur écologisme ne donne-t-il pas ainsi l’impression de procéder davantage de l’idéologie abstraite que d’un véritable amour de la nature ?

Il y a quelques années, nous avions été nombreux à nous émouvoir de la coupe sauvage et précipitée d’une quinzaine d’arbres bordant la Grande Allée. Nous pourrions peut-être faire ici un effort d’imagination et
essayer de visualiser ce chantier, cette hécatombe où l’on abattrait non pas quinze, mais DIX-SEPT MILLE de ces beaux grands arbres si bienfaisants, si vivifiants et en l’absence desquels Québec ne serait plus la même.

Il n’est pas trop tard. Nous pouvons encore nous lever et faire obstacle à ce projet cauchemardesque et mortifère

1 commentaire
  • Martin Pâquet - Abonné 6 février 2021 11 h 18

    Peut-être préoccupant mais inexact

    Comme il a été relevé au moment des audiences du BAPE, ce ne sont pas 17 000 arbres qui sont menacés, mais 1700, soit dix fois moins que ce que vous indiquez à deux reprises, dont une fois en majuscules. Votre préoccupation est peut-être justifiée, mais elle ne justifie pas l'exagération.