Le racket des contraventions de stationnement

Samedi 27 juin. Les abords du Palais des congrès, rue Saint-Antoine, à Montréal, sont déserts. J’ai dûment payé mon stationnement mais, de bonne foi, j’ai confondu une place standard avec un emplacement pour les voitures électriques. La petite voiture rouge et blanche (vous savez, de celles qui roulent par tous les temps, même dans les pires tempêtes, sociales ou météo) passe par là. L’agent ne me rate pas : 171 $, dont 50 $ de frais administratifs (faut oser !) et 20 $ de contribution (?). Le service est compris. Je mérite une contravention, mais 171 dollars, cela représente 13,68 heures de travail au salaire minimum ! Ce ne sont plus des contraventions, c’est un véritable racket !

Les augmentations viseraient « à modifier les comportements délinquants et problématiques des automobilistes afin de renforcer la sécurité de tous les usagers sur le réseau, en cohérence avec le plan d’action Vision Zéro » (La Presse du 13 janvier 2020). Est-ce qu’on pourrait arrêter ce genre de désinformation ? La sécurité, c’est avant tout le contrôle de l’alcool ou de la drogue au volant, de la vitesse, de l’agressi-vité routière. Pour que l’approche Vision Zéro, qu’on ne peut qu’applaudir, soit un succès, il faudrait concentrer les actions sur les vrais dangers et pas seulement sur les machines à sous. Enfin, il est urgent d’ins-taurer, comme en Finlande, un système d’amendes proportionnelles aux revenus, ce serait juste et efficace.

Ah ! J’oubliais : peut-on demander aux préposés aux stationnements d’éviter de se garer en double file quand c’est possible. C’est dangereux.


 
19 commentaires
  • Serge Lamarche - Abonné 8 juillet 2020 04 h 57

    Proportionnel

    Ce serait une très bonne chose!

  • Denise Ouellet - Abonnée 8 juillet 2020 06 h 38

    La gourmandise urbaine

    Comme je suis d'accord avec vous! Je circule en ville à Montréal et chaque jour je vois des comportements très dangereux, des automibilistes qui passent sur des feux rouge, qui roulent à des vitesses largement au dessus de la limite permise, des dépassements sur des rues résidentielles et j'en passe... sans oublier des cyclistes qui circulent sur les trottoirs et frôlent les piétons, qui ne cèdent pas le passage aux piétons qui traversent aux passages piétonniers... ces comportements ne sont que rarement sanctionnés mais pour ce qui est du non paiement des places de stationnement là les contraventions pleuvent... est-ce si dangereux de ne pas payer sa place de stationnement pour la sécurité routière? Faut croire que oui considérant la pluie de contraventions!

    • Raynald Goudreau - Abonné 8 juillet 2020 11 h 32

      Vous confondez les responsabilites , ce que vous mentionnez dans votre liste sont de competences differentes. Cependant , le montant est trop eleve .

  • Jean Lapointe - Abonné 8 juillet 2020 06 h 53

    Ils exagèrent

    Moi j'ai reçu une contravention de 89.00 $ parce que ma voiture était garée dans le sens inverse de la circulation. Mais ce que je ne savais pas c'est que le sens de la circulation avait été modifiée à cause de travaux dans la rue voisine. J'étais en règle en ce qui concerne les heures et les jours au cours desquels j'avais le droit de stationner ma voiture sur ce bout de rue. Comment aurais-je pu savoir que le sens de la circulation avait été modifé étant donné que j'habite quelques rues plus loin? Manifestement le policier qui m' a donné cette contravention ne s'est pas servi de sa tête.

    • Gilles Théberge - Abonné 8 juillet 2020 11 h 45

      On se sert rarementde sa tête c'est-à-dire de son jugement quand on est dans la police. C'est si facile d'être tout puissant.

      Moi, je ne vais jamais à Montréal. Jamais...

      Il faudrait me payer pour que j'aille à Montréal.

    • Gilles Théberge - Abonné 8 juillet 2020 11 h 45

      On se sert rarementde sa tête c'est-à-dire de son jugement quand on est dans la police. C'est si facile d'être tout puissant.

      Moi, je ne vais jamais à Montréal. Jamais...

      Il faudrait me payer pour que j'aille à Montréal.

    • Hélène Paulette - Abonnée 8 juillet 2020 12 h 04

      Très simple, monsieur Lapointe.Contestez!

  • Claude Désy - Abonné 8 juillet 2020 07 h 23

    Aveuglement institutionnalisé

    Merci. C’est très instructif.

  • louise keable - Inscrite 8 juillet 2020 09 h 27

    Le prétexte de la sécurité quand on se sait plus quoi dire

    Tout est dans le titre du commentaire