Épidémiologie des gens hospitalisés

Depuis le début de la pandémie, on ressasse sans cesse la vulnérabilité des personnes de plus de 70 ans (8 % des décès, 14 % chez les 80 ans et plus) à la COVID-19.

Pour diminuer l’accent mis sur les personnes âgées et sensibiliser davantage les plus jeunes, pourquoi ne nous donne-t-on pas chaque jour l’épidémiologie des gens hospitalisés ? Il doit sûrement y avoir des personnes de moins de 60 ans.

Cela sensibiliserait peut-être les plus jeunes à la distanciation physique, ou au moins, réconforterait les personnes de plus de 70 ans.

 
 
6 commentaires
  • Simon Grenier - Abonné 6 juillet 2020 06 h 08

    On devrait publier TOUTES les données, quant à moi. 8 millions de têtes et autant d'ordinateurs valent certainement mieux qu'une poignée.

  • Françoise Labelle - Abonnée 6 juillet 2020 07 h 39

    Une bonne idée peut-être difficile à mettre en place

    Vous voudriez le décompte des personnes positives hospitalisées par tranches d'âge. L'intention est bonne mais il me semble que ça demanderait un certain travail et on peut se demander si les hôpitaux sont autorisés à divulguer l'âge des patients hospitalisés. L'Institut de la statistique du Québec a procédé à une étude sur les hospitalisations (Enquête québécoise sur l'expérience de soins 2010-2011). Elle l'a fait à partir d'un échantillonnage donc avec la permission des patients hospitalisés.

    Tout semble noir et blanc: on l'attrape (les cas positifs) et on en meurt ou pas (les décès). Mais c'est plus compliqué en réalité.
    Il faudrait plus de témoignages des personnes plus jeunes ayant fait l'expérience du respirateur artificiel, une expérience pénible qui exige la sédation, comme ce que The Atlantic a publié sur Youtube: «A Waking Nightmare for COVID-19 Patients» ou sur les séquelles de la covid chez les plus jeunes.

  • Jean Lacoursière - Abonné 6 juillet 2020 08 h 32

    Tout est déjà publié, de long en large

    https://www.inspq.qc.ca/covid-19/donnees

    Les plus de 50 ans forment 92 % des hospitalisés.

    Les plus de 60 ans, 83 %.

    Cela dit, les jeunes peuvent transmettre le virus sans être hospitalisés.

    • Marc Therrien - Abonné 6 juillet 2020 18 h 45

      Effectivement,

      Et on peut même se fabriquer ses propres données en combinant celles qui sont publiées. Comme celle-ci à titre d'exemple: 55 937 cas confirmés sur 622 087 personnes testées indiquent que 91% des tests de dépistage conduisent à un résultat négatif, ce qui pourrait expliquer le relâchement chez ceux qui pensent intuitivement qu'ils ont de bonnes chances de ne pas être infectés par la Covid-19.

      Marc Therrien

  • Alexis Lamy-Théberge - Abonné 6 juillet 2020 10 h 48

    Mauvaise information

    Je comprends mal le sens de cette lettre. L'autrice y affirme que les personnes de plus de 70% forment "8 % des décès" liés à la COVID-19. Or, c'est plutôt 90% des décès qui touchent cette catégorie d'âge, selon l'INSPQ https://www.inspq.qc.ca/covid-19/donnees

    Certes, les plus jeunes peuvent avoir des complications et transmettre le virus, mais ils ne sont pas en danger dans des proportions similaires.

    L'information est disponible, on rendrait service à la population en se contenant de se tenir informés sans ajouter à la confusion.

  • Réal Gingras - Inscrit 7 juillet 2020 12 h 05

    Ce que je veux savoir

    Je ne veux pas savoir si Bolsonaro est positif. Je veux savoir où sont les cas positifs. Il y a ceux qui sont hospitalisés , certes, mais il y a aussi tous ceux qui sont positifs et qui se rétabliront chez eux, s'ils restent chez eux bien sûr.
    Non , ce que je veux savoir et j'en ai parlé avec d'autres , c'est dans quel quartier , sur quelle rue et à quelle adresse ils habitent? Si on se rend compte que sur 100 nouveaux cas, il y en a une dizaine qui habitent dans un immeuble sur Côte-des-Neiges ou ailleurs sur telle ou telle rue ; on ira pas se promener par là. Bolsonaro est beaucoup trop loin pour nous contaminer.:-) Ça ne sert à rien de nous dire qu'il y a 100 nouveaux cas. Y en a-t-il zéro à Pointe-Claire , 4 à Outremont
    ( sur quelle rue? ),12 dans Parc-Extension ( sur quelle rue? )... et ainsi de suite. Où habitent les nouveaux cas s'il vous plaît? De la même manière qu'on nous a informé lorsque des travailleurs agricoles ont été contaminés il y a quelques temps en Montérégie. Les travailleurs agricoles contaminés étaient concentrés dans un endroit précis et on savait ce qu'il fallait faire. On voit bien, comme disent les Français, que nous n'avons à faire qu'à des "clusters" et que tout cela est contrôlable si on sait ou se trouve le "méchant":-) . Tout va bien, mais informez-nous comme il faut.