Laïcité et racisme

Les fidèles de l’amalgame ont rapidement profité du mouvement antiraciste pour remettre à l’ordre du jour leurs revendications contre la loi 21, en assimilant laïcité et racisme. En affirmant que le racisme systémique est bien présent au Québec, les tenants du multiculturalisme parlent maintenant de discrimination systémique lorsqu’ils dénoncent la Loi sur la laïcité de l’État.

Rappelons-nous que la recherche de l’idéal d’un État laïque vise, entre autres, à soustraire le religieux de la sphère des services gouvernementaux, ce que fait partiellement la loi caquiste en matière de laïcité. En plaçant toutes les religions sur un même pied d’égalité, en refusant toute représentation ostentatoire de leurs croyances auprès des employés des secteurs publics, l’État s’assure qu’aucune religion ne sera discriminée par rapport à une autre.

Ainsi, la laïcité constitue un rempart contre toute tentative d’une imposition idéologique de la part d’un groupe religieux sur d’autres croyances. En ce sens, loin d’être discriminatoire, la laïcité s’éloigne donc de mouvements sectaires pour offrir une neutralité religieuse nécessaire à l’épanouissement d’une saine démocratie. Si le racisme discrimine, la laïcité est gage de liberté puisqu’elle permet l’égalité des groupes religieux en dehors de la sphère étatique qui, elle, demeure neutre et laïque.


 
28 commentaires
  • Mario Jodoin - Abonné 17 juin 2020 00 h 37

    Ad hominem

    Est-il possible de débattre de cette question sans faire des attaques personnelles et sans insulter les personnes qui ne partagent pas notre opinion? En quoi qualifier des gens de «fidèles de l’amalgame» fait-il avancer la cause de l'auteur?

    • Guy LeVasseur - Abonné 17 juin 2020 08 h 37

      Mon pauvre Mario !
      ''Fidèles de l'amalgame'' n'est absolument pas un insulte.
      C'est la description précise d'un fait avéré vérifiable.
      Et en passant Mario informez vous :
      Les religions de sont pas des races.
      Au mieux se sont de ridicules superstitions
      Et au pire ce sont des mouvances sectaires fondamentalistes obscurantistes.

    • Cyril Dionne - Abonné 17 juin 2020 10 h 41

      Cher M. Jodoin,

      Il existe une grande différence entre le racisme et les religions.

      Le premier se veut l’idéologie basée sur des races supérieures aux autres. Le plus comique là-dedans, c’est que le concept de « race » n’a aucun fondement scientifique, la couleur de l’épiderme, oui. On ne choisit pas notre ADN, on le vit et le subit. Et le meilleur exemple contemporain du racisme systémique est bien les camps de la mort nazis. Les gens étaient catalogués sous des fausses prémisses scientifiques basées sur l’eugénisme, cette « fake science » qui était prévalente partout en Occident.

      Maintenant, les religions sont des croyances basées sur des amis imaginaires qui n’existent pas. Encore aujourd’hui, personne n’a jamais pu prouver l’existence de ces êtres magiques et extraterrestres de l’éther sidéral. Personne. Enfin, on choisit nos croyances librement (on l’espère en tout cas – voir endoctrinement et filiation), mais on ne choisit pas notre ADN. Une grande différence qui n’est pas subtile du tout. Alors, pour le supposé racisme de la loi 21, on repassera.

      Diantre, si on veut parler de racisme systémique, il y a un exemple probant inscrit dans la « Canadian Constitution » de Trudeau père où on y retrouve l’infâme Loi sur les Indiens. En plus, on les a confinés dans de très petites réserves, ces prisons à ciel ouvert tout en perpétuant ce système d’apartheid bien « Canadian », ceci, en récompensant généreusement leurs chefs qui ne représentent pas les peuples autochtones. Enfin, huit Autochtones ont été tués par la police dans des circonstances mystérieuses qui appellent à une enquête impartiale durant les trois derniers mois et on s’acharne sur un fait américain qui nous ne regarde pas et dont la personne avait un dossier criminel long comme le bras. Ils sont où les éditorialistes dénonçant la violence encore une fois contre les peuples des Premières Nations? Ils sont où? Le silences des criquets...

  • Jean-Pierre Martel - Abonné 17 juin 2020 00 h 42

    Seuls les pays anglo-saxons font la promotion du multiculturalisme

    Le multiculturalisme est le nouveau visage du racisme anglo-saxon. C’est au contraire en atténuant les distinctions ethniques — par le biais de la laïcité — qu’on ôte prise à la ségrégation et à l’ostracisme.

    • Robert Laroche - Abonné 17 juin 2020 16 h 59

      En effet car la creuset d'intégration est pour eux la langue anglaise. C'est la dernière tentative de garder son égémonie langagière.

  • Simon Grenier - Abonné 17 juin 2020 05 h 41

    Pour comprendre l'aspect systémique de toute chose, il faut s'éloigner des définitions théoriques et se mettre le nez dans les réalités quotidiennes concernées. La laïcité, tout comme le racisme, s'incarne de toutes sortes de façons pas toujours honorables.

  • Nadia Alexan - Abonnée 17 juin 2020 06 h 02

    La laïcité protège toutes les croyances de l'ingérence suprémaciste religieuse..

    Vous avez amplement raison, monsieur Marcel Perron. Effectivement, c'est la laïcité de l'état qui protège tous les citoyens/citoyennes du racisme religieux. Ce sont les intégristes qui veulent faire du prosélytisme sectaire avec leur affichage religieux mobile et qui se comportent en suprémacistes en voulant mettre leur religion en relief. C'est la neutralité de l'état qui protège toutes les croyances et toutes les races avec un espace neutre de la partisanerie politique ou religieuse.

    • Pierre Grandchamp - Abonné 18 juin 2020 08 h 05

      Mais la laïcité ne protège pas les écoles privées; ce n'est pas nécessaire de le faire au privé. Un non sens. Selon la CAQ un prof à l'école publique est en situation d'autorité; mais pas un prof au Collège Notre Dame

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 17 juin 2020 06 h 04

    … mieux-en-corps !

    « En affirmant que le racisme systémique est bien présent au Québec, les tenants du multiculturalisme parlent maintenant de discrimination systémique lorsqu’ils dénoncent la Loi sur la laïcité de l’État. » (Marcel Perron)

    Bien qu’il soit possible de corréler une terminologie opposée (racisme et discrimination Système), et compte tenu des récentes Déclarations de la Mairesse de Mtl et du SPVM, Déclarations plutôt « calculées » et « mielleuses », le domaine souhaité de la « preuve » fait cruellement DÉFAUT, surtout si on ose relier quelque chose qui est ou-bien absente, ou-bien, tout simplement, hors sujet-thème-cause !

    Libres aux adhérents-partisans du multiculturalisme de se prononcer, mais la réalité du Québec vise autre chose de …

    … mieux-en-corps ! - 17 juin 2020 -