«Blackface»

Merci à l’ensemble des médias pour l’analyse de ce problème qui fournit des informations fondamentales sur les enjeux majeurs vécus au Canada et qui aidera le citoyen à faire un vote éclairé lors de la prochaine élection.

Si j’ai bien compris le sens de ces informations, l’homme politique le plus compétent pour gouverner le Canada est celui qui a la plus belle image ou qui n’a aucun pseudo-squelette dans le placard et ce, depuis son enfance. Peut-être que certains chefs de la mafia se conformeraient à cette définition…

Une chance que le ridicule ne tue pas, sinon nous serions entourés de cadavres.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

1 commentaire
  • Cyril Dionne - Abonné 21 septembre 2019 09 h 05

    « Face noire »

    Attention M. Vinet. Vous parlez de compétence et de Justin Trudeau dans la même phrase. Quel faux pas sémantique.

    Non, ce n’est pas l’homme politique qui a la plus belle image ou qui n’a aucun pseudo-squelette dans le placard et ce, depuis son enfance qui est important, c’est l’hypocrisie de cette affaire. C’est l’arroseur arrosé. Il me fait penser à tous ces extrémistes religieux américains qui prêchent que l’homosexualité est un péché capital et se font prendre les culottes baissées dans une toilette quelconque.

    Maintenant, il est la risée de la planète entière et de ce fait, nous aussi. Même les journaux de gauche américains, le New York Times et le Washington Post ont condamné son emploi du « black et brown face ». Son capital politique était tellement mince bien avant tout cela que s’en faisait pitié. Maintenant, lorsqu’il s’assoira à la table des grands de ce monde, il sera le bouffon de la fête. De toute façon, ses jours sont comptés comme premier ministre.