Soyons tous le fjord

Tous ensemble, il faut questionner les promoteurs et défenseurs des grands projets — GNL, AP, MBR — sur un aspect que j’estime trop négligé dans le débat qui a cours, présentement, sur la production industrielle de GES dans le fjord du Saguenay. Toute l’attention est portée, volontairement, sur la salivante manne des emplois à la clé desdits projets par leurs adeptes.

S’ils ont gain de cause, cela ajoutera de grands navires de transport de marchandises de centaines de mètres de long aux quelque 50 bateaux de croisière et à ceux de RioTinto qui sillonnent, présentement, l’estuaire du Saguenay. Et c’est sans compter la construction d’un troisième port de mer sur sa rive nord, face à celui de Grande-Anse.

Pourrons-nous, alors, encore faire valoir la candidature de notre unique fjord à une reconnaissance officielle sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, reconnaissance que nous recherchons depuis si longtemps ? L’argent du beurre ? Impossible !

Celles et ceux qui nous font croire que le fjord du Saguenay ne sera pas défiguré à jamais pour autant veulent nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

2 commentaires
  • Gilbert Talbot - Abonné 19 juillet 2019 08 h 38

    Continuons le combat

    Bien d'accord avec vous M. Lapointe. En fait ce qui est menacé par cette "portification du Saguenay" c'est non seulement sa faune et sa flore, mais aussi ses paysages bruts, sauvages, qui seront embrumés par la fumée des usines. C'est ce lieu de villégiature, de kayaks de mer et de pêche blanche qui sera encanaillé par trop de gros navires polluant les eaux et les sons des bélugas.
    Et nos élites municipales qui votent à la quasi-unanimité la promotion de ces grands projets, alors que la salle du Conseil est pleine de citoyen-n'es opposé-e-s à ces projets d'économies neoliberale, qui viennent détruire notre environnement naturel, social et politique.
    ""Ce n'est qu'un début, continuons le...Combat", nous gueulerait Michel Chartrand.

  • Cyril Dionne - Abonné 19 juillet 2019 09 h 47

    Intelligence militaire et développement durable

    Je suis avec vous pour garder le majestueux Fjord et l’estuaire du Saguenay intact, mais comme vous dites, Rio Tinto est déjà présent et c’est cette industrie qui procure une dignité socioéconomique aux gens de cette région. Comme on dit, on ne peut pas faire des omelettes sans casser des œufs. On ne peut pas avoir l’argent du beurre, le beurre et un sourire des baleines avec ça.

    Ah ! que nous sommes compliqués.