À force de compromis

Le problème avec les atermoiements et les compromis, c’est qu’ils deviennent trop vite des compromissions soutirées par le chant des lobbys. Tous les politiciens qui ont appliqué des mesures mi-figues mi-raisins se sont retrouvés le bec à l’eau. Plus crûment écrit : un parti de gauche n’a rien à gagner à copier les mesures des partis de droite. Car à opter entre celui qui applique des politiques de droite et un parti de gauche qui les imite, on choisira le premier. Si j’ai à choisir entre l’imitation et l’original, je vais prendre l’original.

Si Valérie Plante continue à soutenir certaines des lubies des promoteurs en tout genre, comme le faisait allègrement son prédécesseur, les citoyens ne vont pas opter pour la contrefaçon, mais revenir à l’original. Me semble que c’est facile à comprendre. C’est parce qu’il n’agissait pas ainsi que Luc Ferrandez a vu sa popularité auprès des électeurs du Plateau passer de 42 % à 54 %, puis à 65 %. Il était congruent avec ses idées et les mettait en application, sans concessions devant les chialages de la droite. L’administration Plante-Dorais semble répéter l’erreur de bien des partis progressistes qui, une fois au pouvoir, ne savent plus reconnaître les intérêts des leurs et reculent sur les engagements qu’ils doivent prendre… avec pour résultat qu’ils déçoivent leur base électorale. Celle-ci se réfugiant alors dans l’abstention, ils finissent par se faire battre.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

2 commentaires
  • Mario Jodoin - Abonné 25 mai 2019 01 h 50

    Parti progressiste?

    «L’administration Plante-Dorais semble répéter l’erreur de bien des partis progressistes»

    Je suis bien d'accord avec vous, mais Projet Montréal est une drôle de bête. Oui, progressiste en grande partie, mais pas entièrement. Rappelons-nous que Valérie Plante l'a emporté à la chefferie contre Guillaume Lavoie, un admirateur et promoteur des Uber et AirBnb de ce monde. J'ai de la difficulté à voir les gens qui l'ont appuyé comme des progressistes. Si lui est parti, ces gens sont encore là. Comme cheffe, Mme Plante doit donc naviguer entre différentes tendances à l'intérieur même de son parti. Cela dit, il serait temps, et là je vous donne raison, que ce parti se branche.

  • Gilles Bonin - Inscrit 25 mai 2019 09 h 25

    Saint-Juste

    était intransigeant jusqu'à ce qu'on lui coupe aussi la tête, lui qui en avait fait rouler un bon lot.