Éclairez-moi s.v.p.!

La saga qui a conduit le gouvernement libéral fédéral via son ministre des Transports Marc Garneau à accepter les petites lames de moins de 6 cm à bord des avions nous prouve jusqu’à quel point les décisions politiques véhiculent souvent des paradoxes insensés. D’autant plus que, depuis les événements tragiques du 11 septembre 2001, des mesures de sécurité extrêmement serrées ont été mises sur pied dans les aéroports.

Pour sa défense, Ottawa dit s’appuyer sur les recommandations formulées dans le Manuel de la sécurité aérienne, rédigées par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) qui se fie de son côté sur l’avis d’experts de ses pays membres, dont le Canada. Toutefois, pour des « raisons de sécurité », ni le fédéral ni l’OACI n’ont souhaité divulguer le contenu du guide pratique, en totalité ou en partie.

Nous voilà plongés en pleine incohérence. En effet, d’un côté, le ministère des Transports permet les couteaux à bord, mettant ainsi en cause la sécurité, et de l’autre, il ne peut divulguer les motifs de cette décision pour des raisons de sécurité. M. Garneau pourrait-il m’éclairer sur la logique qui sous-tend un tel argumentaire?

1 commentaire
  • Jeanne M. Rodrigue - Abonnée 30 novembre 2017 11 h 19

    Ce que je ne comprends pas pour ma part...

    La Motion présentée à l’Assemblée nationale du Québec le 22 novembre dernier concernait le port d’un couteau de 6cm dans les avions commerciaux

    «Que l'Assemblée nationale exige du gouvernement fédéral qu'il revoie la directive de Transports Canada et maintienne l'interdiction du port d'un couteau ayant une lame de moins de 6 cm à bord des avions

    Seuls les trois élus de Québec solidaire ont préféré s’abstenir de voter en faveur de la motion déposée à l’Assemblée nationale.

    Comment peut-on être aussi peu responsable!