Obésité et préjugés

« L’obésité, un problème de comportement » (24 août) m’a vraiment fait bondir. Les chercheurs de la célèbre Johns Hopkins University School of Medicine reconnaissent que « les interventions classiques centrées sur le régime alimentaire et l’exercice physique ne sont pas très fructueuses ». En fait, ce furent de retentissants échecs pendant 40 ans. Mais au lieu de remettre en question ces interventions mêmes, ces chercheurs prétendent qu’il faut s’efforcer de rendre les gens capables de résister à leurs envies !

D’abord, comment ? Mieux vaut interdire aux publicitaires de créer ces envies. Et ce n’est pas demain la veille.

Puis, ça ne marchera pas. Simplement parce que les restrictions caloriques et l’exercice physique se heurtent à l’homéostasie : une tendance fondamentale du corps à se maintenir constant. Dans 90-95 % des cas, si on mange moins, initialement on perd du poids, puis le métabolisme de base ralentit, et tout en mangeant moins qu’avant, on reprend le poids perdu et davantage.

Quant à l’exercice, c’est bon d’en faire pour le moral, la force et le coeur, mais il contribue peu à la perte de poids, car il augmente l’appétit.

L’obésité est-elle donc inéluctable ? Non. Une réduction importante de l’apport en sucre et des succédanés réduit la surproduction de l’insuline qui cause l’obésité et le diabète de type II. Le néphrologue canadien,Jason Fung dit aussi que le jeûne intermittent de 16, 24 ou 36 heures empêche la baisse du métabolisme de base.

C’est une histoire à suivre, mais peut-on cesser de blâmer les gens, s.v.p.?

6 commentaires
  • Réal Bouchard - Abonné 28 août 2017 07 h 07

    contradiction

    En tout respect, il me semble que votre conclusion contredit votre thèse.

  • Pierre Marcotte - Inscrit 28 août 2017 08 h 09

    Un vérité profonde

    Les archéologues n'ont jamais trouvé de squelettes obèses. Les humains ont certainement des différenes et des variations dans les proportions, mais l'obésité se limite aux tissus "mous".
    Une saine alimentation et une bonne dose d'exercice physique 3-4 fois par semaine , accomagnée d'eau et de sommeil réparateur, ne peut qu'aider à diminuer le gras et améliorer la santé du coeur et du corps en général.
    Trouver des excuses pour ne pas faire d'efforts ne réglera rien.

    • Raymond Labelle - Abonné 28 août 2017 13 h 10

      Le jeûne intermittent et ne pas prendre ce qu'il payant de ne pas prendre (frites, boissons gazeuses, etc.) peut demander des efforts. C'est vrai.

      L'exercice ne fait pas perdre de poids, mais demeure essentiel à une bonne santé. Et demande des efforts. C'est vrai.

      Mais aussi, beaucoup de gens font des efforts sans résultats - et là ça vaut la peine de s'assurer de l'efficacité de ces efforts, voir ce qui ne va pas et il est malheureux de culpabiliser ces personnes en particulier. Peut-être s'agissait-il là du propos de l'auteure.

  • Raymond Labelle - Abonné 28 août 2017 10 h 07

    Merci pour ces renseignements madame!

    Donc, le secret: couper le sucre et le fructose, autant que possible (on nous en met tellement beaucoup et partout qu'on ne peut que diminuer autant que possible), et un jeûne intermittent à l'occasion.

  • Roxane Bertrand - Abonnée 28 août 2017 13 h 23

    3500 calories....

    ...c'est une livre.

    L'activité physique ne fait pas perdre du poids, elle stimule le métabolisme. Elle permet de conserver son métabolisme adéquat durant une restriction calorique.

    Rester un peu sur sa faim, bouger, aimer la vie, avoir des activités loin du garde manger, et avoir de la patience est la seule solution santé viable.

    • Roxane Bertrand - Abonnée 28 août 2017 13 h 28

      N.B. Peut-être un truc, compter ses calories....c'est surprenant comme les aliments sont plus riches qu'on pense. (Facile avec MyFitnessPal)