Ce que veulent vraiment les vieux

Les vieux, ils s’en foutent des repas qui représentent à peine une heure par jour. Les vieux sont préoccupés par le détachement de leur famille, par le silence qui les entoure, par la mort qui rôde, par la froideur des lieux, par les secousses de l’âme, par la peur, par l’indifférence, par l’inutilité des connaissances emmagasinées. Les vieux ne sont pas mal nourris, ils n’en veulent pas des darnes de saumon et du poulet chasseur et des normes protéiques et vitaminiques dictées par les diététistes patentés, ils se foutent de l’organiste qui vient leur chanter du Ginette Reno, de la diplômée en jeux de poches, du gars qui amène son labrador pour leur changer les idées. Les vieux veulent se ratatiner en petite boule au fond de leurs draps et renaître enfin au début d’une autre vie souhaitée. Les vieux se foutent des patates en poudre et des petites fèves décongelées, du Jell-O aux fraises et de la compote en pots : les vieux veulent leurs enfants, leur présence et l’évocation de leurs tendres souvenirs.

Gaétan, cette fois, tu m’as convaincue que tu devrais retourner à tes rayons X. Tu es meilleur là-dedans !

À voir en vidéo