Immigration: besoin d’une classe politique solide

Nous vivons, ici comme ailleurs, dans un monde de plus en plus interrelié, interconnecté et métissé, qui a fait apparaître dans le langage commun les notions de multiculturalisme, interculturalisme, multiethnicité, interconfessionnalité et autres. Les sociétés, peuples et nations évoluent, changent, se recomposent, et force est de constater que le mariage et la cohabitation de différentes cultures, s’ils enrichissent d’une part le tissu social, génèrent d’autre part un entrechoc de valeurs, de croyances, de langues, de rituels et de traditions.

On en espère le meilleur, mais le pire frappe parfois malheureusement à notre porte, nous conviant à son bal d’excès et de dérives. À la suite de l’avènement du terrorisme international et de l’avancement insidieux et revendicateur, pour motifs politico-religieux, de mouvements à caractère fondamentaliste, il est clair que les chefs de gouvernements occidentaux, y compris celui du Québec, s’en trouvent dépassés.

Dans le contexte local de profonde polarisation au sujet de demandes d’accommodements dits raisonnables, de témoignages émotifs devant la commission Bouchard-Taylor, de débats enflammés autour d’une certaine « charte des valeurs », de prétendus passe-droits à des écoles juives hassidiques, de réactions passionnées devant l’apparition dans l’espace public du voile, du hidjab, du niqab, de la burqa et autres burkinis, il devient plus que nécessaire que nos dirigeants politiques, au-delà de toute partisanerie, fassent preuve de vision, de clairvoyance, d’intelligence et, surtout, d’esprit de décision.

Il s’avère désespérant de voir notre classe politique marcher continuellement sur des oeufs sans oser se prononcer clairement sur des questions abrasives demeurant toujours sans réponses, sans oser proposer, voire à la rigueur imposer, des cadres réglementaires et des textes de loi forts pour enfin baliser l’usage commun de l’espace public.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.