Pierre Moreau à l’Éducation! Au suivant…

Je suis scandalisé de constater qu’un avocat puisse se retrouver ministre de l’Éducation. Je lis la biographie de Pierre Moreau et je constate qu’il n’a même pas son brevet d’enseignement. Il n’est pas issu du milieu de l’éducation. Il n’a été que professeur en droit public et administratif à l’École de formation professionnelle du Barreau du Québec de 1996 à 2003. C’est loin du primaire et du secondaire, ça.

Au moins, on peut dire que le ministre de la Santé est à sa place. Gaétan Barrette est médecin, il sait faire la différence entre un bistouri et une anesthésie, il connaît le jargon médical. C’est son métier. Mais qu’en est-il de Pierre Moreau ?

C’est comme si le premier ministre venait de nommer un boulanger pour faire un travail d’électricien. C’est décourageant. Pour être ministre de l’Éducation, il faut au moins avoir vécu la réalité de ce qu’est une classe du primaire et du secondaire et avoir travaillé dans le cambouis.

Si monsieur le premier ministre a su placer un médecin qui connaît ça comme ministre de la Santé, comment se fait-il qu’il n’arrive pas à trouver un vrai prof du primaire et du secondaire qui connaît ça comme ministre de l’Éducation ? Il doit bien y en avoir un quelque part. J’en suis certain : Pierre Moreau ne fera pas long feu dans ce ministère. Au suivant !


 
3 commentaires
  • Murielle Tétreault - Abonnée 30 janvier 2016 07 h 25

    Votre commentaire ne tient pas la route

    Le meilleur ministre de l'éducation que nous ayons eu ,M. Paul Gerin-Lajoie était avocat.Vous êtes ,peut-être trop jeune pour vous en souvenir.C'est d'un humaniste comme M. Marcotte dont nous avons besoin. Quelqu'un qui a une formation et une pensée universelle .

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 30 janvier 2016 08 h 01

    Éducateur

    Mais le ministre de l'éducation a-t-il besoin d'un brevet d’enseignement ? Il n'est pas là pour enseigner, à ce que je sache.

    Votre exemple de M. Barrette est boiteuse, car l'autre ministre de la santé avant lui était aussi docteur; ça n'a pas été heureux. Pourrait-on considérer que le poste est mieux rempli parce que c'est «Barrette» qui y est (si on aime les résultats) et non pas «un docteur». Nous ne savons même pas encore si l’apport du «docteur Barrette» sera positif ou négatif.

    Les 5 derniers ministres de l'éducation n'avaient-ils pas une certaine base «éducationnelle». Et les résultats sont «comment» à date ? Pourquoi ne pas essayer une «personne» au lieu d'un «titre» pour une fois. C'est pas que je tiens à M. Moreau plus que ça, mais le contester parce qu'il n'est pas «professeur», c'est un peu léger comme argument. Ça fait un peu trop «expert» quand vous avez probablement plus besoin d'un «généraliste». Vos «experts» n'ont pas été très «heureux». Évidemment, c'est très dur sur la «chasse-gardée». Mais quel est cet intrus dans notre «monde». Mais… si je comprends bien, vous n’êtes pas capable de vous entendre entre vous non plus; sauf pour «demander». Comme les «docteurs».

    Bonne journée.

    PL

  • Laurence Solar-Pelletier - Abonnée 30 janvier 2016 10 h 36

    "Des personnes, pas des catégories" ... pour gérer

    Traduction un peu boîteuse de la conclusion d'un très beau texte d'Henry Mintzberg qui s'interroge sur qui est le mieux placé pour gérer un hôpital. Cette réflexion s'étend sans problème ailleurs... dont le ministère de l'Éducation.

    À lire, en anglais: http://www.mintzberg.org/blog/hospital-management

    Et par ailleurs, les commentaires précécents ont bien souligné les grandes limites de vos propos contre M. Moreau.