Le niqab doit être interdit

Je ne comprends vraiment pas pourquoi il y a toujours un débat autour du port du niqab. Le port de ce vêtement ne devrait être permis qu’en privé, soit dans sa résidence ou dans un lieu de culte. Pour tous les autres endroits, y inclus sur la voie publique, il doit être interdit. Pourquoi ? Parce que, en Occident du moins, la vue du visage découvert fait partie intrinsèque des rapports sociaux en public. C’est un prérequis pour l’exercice de ses droits et libertés.

Ceux-ci s’insèrent toujours dans le monde réel et ce monde exige que les rapports interpersonnels se fassent à visage découvert. Ce qui me semble une évidence sur laquelle il ne faut pas transiger. Sur cette question, Justin Trudeau et le ministre conservateur Tony Clement se trompent complètement.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

15 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 17 mars 2015 08 h 20

    La Charte

    La Charte des Droits est passée par là, monsieur Lebel.
    Vous et moi, les vieux ringards passéistes formés aux valeurs de l'humanisme, nous devons nous soumettre aux diktats de la société post-moderne et devenir des "citoyens du monde", rien de moins.
    "Tout se vaut", telle est la nouvelle devise. Vous ragez? Venez en discuter, c'est moi qui paie la bière.

  • François Beaulé - Abonné 17 mars 2015 08 h 40

    Quand il fait -20 degrés

    Je porte une cagoule pour marcher dans les grands froids de l'hiver. Il faudrait prévoir des exceptions.

    • Cyril Dionne - Abonné 17 mars 2015 16 h 10

      Un niqab n'est pas une cagoule M. Beaulé. L'un sert pour s'isoler du froid et l'autre pour s'isoler du monde tout en faisant la promotion de son idéologie politico-religieuse dans la sphère publique.

  • Cyril Dionne - Abonné 17 mars 2015 09 h 24

    Je n'en crois pas mes yeux. Contredire le petit Justin sur une question dont la réponse est d'une évidence même. La vue du visage découvert « fait partie intrinsèque des rapports sociaux en public et est non seulement un prérequis pour l’exercice de ses droits et libertés », mais aussi, pour celui des autres.

    Continuez à cheminer M. Lebel. Vous êtes dans la bonne direction.

    • Michel Lebel - Abonné 17 mars 2015 11 h 27

      Je n'ai jamais fait des droits et libertés de la personne une religion; ceux-ci s'exercent dans une société donnée, séculière, faite de personnes en chair et en os. Et qui dit société, et non être seul sur son île, implique des règles du vivre-ensemble, des règles du bien commun. Ce qui implique aussi nécessairement que les droits et libertés, bien que réels, ne sont jamais absolus. La liberté de religion ou d'expression ne peut autoriser dans notre société le port du voile intégral.

      Pour plusieurs raisons, la plus importante, il me semble, étant les rapports sociaux eux-mêmes. Les êtres humains ne sont pas des extra-terrestres ou des être virtuels, mais des êtres réels, des personnes avec une visage et un esprit unique. Voiler entièrement le visage est un refus de la personne comme personne(individu et sociale) et elle ne peut donc logiquement revendiquer des droits et libertés, la personne s'étant définie comme seule sur son île.

      Michel Lebel

    • Cyr Guillaume - Inscrit 17 mars 2015 15 h 44

      Bien d'accord avec M.Dionne ici.

    • Cyril Dionne - Abonné 17 mars 2015 16 h 34

      Bien d'accord avec vous M. Lebel. Et j'aime plutôt ce passage : « Ce qui implique aussi nécessairement que les droits et libertés, bien que réels, ne sont jamais absolus. La liberté de religion ou d'expression ne peut autoriser dans notre société le port du voile intégral ».

      Ce que plusieurs ne semblent pas comprendre, c'est que dans la sphère étatique, les privilèges des uns violent les droits des autres. Le port de symboles ostentatoires dans la sphère étatique n'est nullement inscrit spécifiquement dans aucune charte. C'est aux entités publiques ou privées d'accorder ou non ce privilège. Mais lorsqu'on s'oppose vivement à ces monstruosités misogynes que sont ces morceaux de tissus pour cacher l'être, l'esprit et l'essence même de la femme, nous sommes toujours rabroués par nos bien-pensants de la rectitude politique multiculturaliste ou nos islamogauchistes. Et ce n'est pas le tissu qui est en cause, mais sa signification sortie tout droit d'une faille spatio-temporelle politique et culturelle. Cette tyrannie misogyne n'est pas la bienvenue dans notre société.

  • Jean Richard - Abonné 17 mars 2015 09 h 42

    Des niqabs partout ?

    « Je ne comprends vraiment pas pourquoi il y a toujours un débat autour du port du niqab. »

    Je ne comprends pas plus que vous mais peut-être pour des raisons différentes.

    Dès qu'il est question de niqab, les médias se dépêchent de publier des photos prises on ne sait où de femmes portant ce voile intégral qui ne laisse voir que les yeux. Or...

    Or, vivant à Montréal depuis plusieurs années déjà, dans un quartier à forte immigration susceptible de pratiquer la religion musulmane, mes déplacements urbains se font exclusivement à pieds, en vélo et en transports en commun, et j'essaie de me rappeler la dernière fois où j'ai vu une femme portant ce voile noir qui ne laisse voir que les yeux. Il y en a tellement qu'on n'en voit jamais.

    Peut-être qu'à la fin d'un hiver plutôt froid, des gens ont confondu ces écharpes de laine qu'on s'enroule sur le visage afin de s'éviter des engelures.

    On commence à admettre qu'il s'agit davantage d'une chasse aux sorcières que d'un problème réel. Il ne faut par ailleurs pas oublier que ce principe du visage découvert peut prêter à interprétation. Pris à la lettre, on pourrait s'interroger sur ce principe appliqué aux hommes : une grosse barbe et une paire de grandes lunettes soleil masque une grande partie du visage. Va-t-on interdire le port de verres soleil en public sous le prétexte qu'ils dissimulent une des parties les plus importantes du visage, les yeux ? Et les chevelures tombantes de certains ados ? Et les casques de moto ?

    • Nicole-Patricia Roy - Abonnée 17 mars 2015 10 h 01

      Vos comparaisons avec des lunettes solei, les chevelures tombantes de certains ados et les casques de moto sont farfelues. Vous n'ignorez pas que le niqab est un symbole politique qui vient de pays arriérés où les femmes sont considérées comme des personnes de seconde zone. Dans ces pays, une femme qui ne veut pas se soumette à ce symbole d'oppression en paie souvent le prix. Alors, évitez-nous des comparaisons stupides avec des objets qui sont uniquement destinés à des activités normales et n'ont aucune conséquence pour les gens qui les portent.

    • Sylvain Auclair - Abonné 17 mars 2015 12 h 38

      J'habite Côte-des-Neiges et j'en vois parfois.

    • François Beaulé - Abonné 17 mars 2015 22 h 53

      Je suis d'accord avec vous, M.Richard.
      L'identité des motocyclistes qui portent le casque intégral est masquée. Ainsi que celles des gens portant des lunettes noires etc.

      Viser spécialement les femmes qui portent le voile quand elles marchent sur le trottoir ou ailleurs dans des lieux publics me semble impossible sans faire de discrimination basée sur la dimension religieuse.

      Le problème réside dans la religion musulmane elle-même. Ou dans la façon dont certains la pratiquent. Ajouter de la répression contre ces femmes n'est pas la solution. Ce n'est pas le symbole du sexisme que le voile représente qu'il faut combattre mais le sexisme lui-même.

  • Sylvain Auclair - Abonné 17 mars 2015 12 h 40

    Vous m'étonnez, monsieur Lebel

    Vous qui êtes toujours si prompt à condamner toute tentative de limiter les libertés religieuses, que vous est-il donc arrivé?

    • Michel Lebel - Abonné 17 mars 2015 15 h 11

      @ Sylvain Auclair,

      Les personnes ne sont pas des îles mais des presqu'îles; elles sont toutes inter-reliées en tant que personnes. Et pour être une personne, il faut un visage que l'autre peut, doit voir. C'est cela vivre en société. C'est cela vivre dans une société de droits, de libertés, et de devoirs.

      M.L.

    • Cyr Guillaume - Inscrit 17 mars 2015 15 h 46

      Mais oui serait-ce deux poids, deux mesures?