Lettre - Mi-figue, mi-doyen

Il y a comme ça quelques fois des petits clercs de notaire pour venir nous servir leur propagande fédéraliste dans les quotidiens québécois?

 

Quand Sébastien Grammond parle des lieux communs du discours indépendantiste, il affiche effrontément son parti pris et il s’imagine que son titre de doyen va lui conférer une quelconque crédibilité.

 

Le doyen de faculté est responsable devant le Conseil académique et les instances de l’université de l’animation, de la planification, de l’organisation et de la gestion de sa faculté. Le doyen, ce n’est rien d’autre qu’un petit gestionnaire sur une chaise haute.

 

M. Grammond est spécialiste du droit des autochtones et à ce titre, il considère tous les Québécois qui ne sont pas membres du Barreau du Québec comme des aborigènes dénaturés, des bêtes sauvages à traquer qui doivent être domestiquées ou éliminées.

 

Si c’est ce genre de droit qu’il enseigne à l’Université d’Ottawa, PKP est tout à fait pertinent quand il parle de gouvernement des juges, et j’ajouterais, de celui des avocats aussi. Il suffit de regarder les décisions de la juge Charbonneau et des autres, de laisser passer la campagne électorale pour priver les Québécois de leur droit d’aller voter en toute connaissance de cause.

 

Merci pour la (NDLR).

10 commentaires
  • michel lebel - Inscrit 26 avril 2014 14 h 26

    Inadmissible!

    Je suis en complet désaccord avec le ton et plusieurs propos de ce texte. Je réfère notamment au 2è, 3è et 4è paragraphe du commentaire. Que penser des mots: " Il(le professseur Gramond) considère tous les Québécois qui ne sont pas membres du Barreau comme des aborigènes dénaturés, des bêtes sauvages à traquer qui doivent être domestiquées ou éliminées." Quel fiel! Inadmissible!


    Michel Lebel

    • André Nadon - Inscrit 26 avril 2014 22 h 28

      Comme certains de vos propos, M. Lebel.
      Les doyens et professeurs qui veulent faire de la politique n'ont qu'à se présenter aux élections. Leurs titres ne leur confèrent pas le droit de traiter les autres d'ignorants du haut de leurs chaires payées par ces mêmes ignorants.
      Un peu d'humilité SVP.

    • François Dugal - Inscrit 27 avril 2014 09 h 09

      Monsieur Lebel,
      Plusieurs citoyens estiment que les doyens de facultés universitaires ne font que protéger leur tour d'ivoire.
      Ont-ils complètement tort?

    • michel lebel - Inscrit 27 avril 2014 09 h 57

      @ André Nadon

      Je n'al jamais carburé au fiel à l'égard de quiconque. Je vous mets au défi de trouver un de mes commentaires de cette nature. Je ne carbure pas non plus à la mode populiste et facile de critiquer les intellectuels et les dirigeants universitaires.

      M.L.

    • André Le Belge - Inscrit 27 avril 2014 11 h 38

      Vous avez raison monsieur Lebel, un ton mielleux, tel que le votre, conviendrait mieux à ces propos de dénonciation de l'intrusion des doyens de faculté dans le politique!

    • Simon Chamberland - Inscrit 27 avril 2014 16 h 18

      Effectivement, quel manque de respect envers un membre éminent de la juritocratie en place.

      Dire que certains osent même demander que la cours suprême ouvre ses archives au sujet de la période de la constitution de 1982 inadmissible : mieux vaut croire sur parole la cours suprême et Trudeau Junior.

      L’Avocasserie dont Grammond se fait le défendeur est l’absolu de la civilisation.

  • Nestor Turcotte - Inscrit 26 avril 2014 22 h 56

    Remarque

    Cher MONSIEUR,

    Vous terminez votre texte en mentionnant que les Québécois n'étaient pas suffisamment éclairés pour voter le 7 avril dernier.

    Vous oubliez sans doute que c'est Pauline Marois qui a déclenché les élections. Elle aussi, alors, aurait dû attendre que son gouvernement soit défait sur le budget, ce qui aurait permis à la Commisson Charbonneau de poursuivre son travail et ainsi, permettre aux Québécois d'en savoir un peu plus sur le financement des partis politiques.

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 27 avril 2014 08 h 49

      @ n. Turcottte
      mais vous faites de la démagogie ...Mme Marois savait pertinemment que son budget allait être passé à la moulinette dans les jours suivants...
      alors 1 semaine ou 2 de plus n'auraient rien changé à la donne.
      et ça, vous le savez bien m. turcotte...évitez donc de faire "la vierge offensée".

  • Guy Berniquez - Inscrit 27 avril 2014 07 h 11

    Tout à fait admissible

    Lorsque que M. Genois affirme « Si c’est ce genre de droit qu’il enseigne à l’Université d’Ottawa, PKP est tout à fait pertinent quand il parle de gouvernement des juges, et j’ajouterais, de celui des avocats aussi. Il suffit de regarder les décisions de la juge Charbonneau et des autres, de laisser passer la campagne électorale pour priver les Québécois de leur droit d’aller voter en toute connaissance de cause. » C'est tout à fait admissible.

    Pour le reste du texte, disons que c'est coloré, mais cela reste vrai n'en déplaise au tenant de la rectitude.

  • Fernand Lachaine - Inscrit 27 avril 2014 11 h 52

    Merci.

    Merci monsieur Genois pour votre contribution à dire les choses qui doivent être dites d'aplomb.
    Votre texte nous fait espérer qu'il y en aura d'autres.
    Il faut répliquer, ce que nous n'avons pas fait durant la campagne électorale.