Lettres - Comment comprendre?

On entend dire de toutes parts que le pays et les gens sont trop endettés. Les taux d'intérêt sont tellement bas qu'ils sont une véritable invitation à abuser de la carte de crédit. On nous dit que c'est dangereux. Les arguments avancés sont solides et convaincants. Il y a tout ce qu'il faut pour faire peur et pour faire réfléchir même les plus indifférents.

Par ailleurs, en observant ce qui se passe présentement avec les étudiants en grève pour protester contre la hausse des droits de scolarité, il y a de quoi de poser de sérieuses questions. La seule réponse que le gouvernement oppose aux arguments des étudiants, c'est de bonifier les prêts et bourses. Et comme les bourses sont minimes et réparties avec parcimonie, il ne reste finalement que les prêts. Donc, cela revient à dire aux étudiants: «Endettez-vous.»

Comment se fait-il que l'endettement soit une bonne chose pour les étudiants et une mauvaise chose pour la population? Où se trouve la logique?

***

Marcel Dupont - Québec, le 4 avril 2012
8 commentaires
  • Marc-Antoine Daneau - Inscrit 6 avril 2012 06 h 31

    Il n'y a pas de logique

    Comment comprendre? C'est que le PLQ a sa propre logique et qu'il se dit être le parti de l'économie : augmenter le prix d'un bien et affirmer que l'accèsssiblité ne sera pas diminuée, c'est contre à la loi de l'offre et de la demande. C'est un parti qui a l'économie à coeur, la sienne.

    • Jack Bauer - Inscrit 6 avril 2012 14 h 56

      Si les voitures coutaient 2 milles dollar(honda civic) et que ce prix était basé sur le financement gouvernemental, une hausse réduirait possiblement l'accessibilité de ceux qui n'en ont moins besoin(ie: qui ne sont pas prêts a investir pour obtenir le biens/service), mais cela n'est pas un argument si c'est par la faute du gouvernement que le service coutait artificiellement pas cher.

  • Stephanie L. - Inscrite 6 avril 2012 07 h 47

    Excellent point!

    La principale raison de l'opposition à la hausse des frais de scolarité étant l'endettement étudiant, vous soulevez-là monsieur un excellent point!

  • michel lebel - Inscrit 6 avril 2012 07 h 56

    De la contradiction...

    Vous cherchez la logique dans les discours politico-économiques? Mais elle n'existe tout simplement pas! L'homme est ainsi fait,i.e., il est bourré de contradictions. La main droite ignore ce que la main gauche fait! Et pourtant la vieille boule-terre tourne toujours! Mais pour combien de temps encore?

    • Chantal_Mino - Inscrite 6 avril 2012 09 h 01

      M. Lebel,

      Vous ne croyez pas si bien dire, juste à lire vos différents commentaires le même jour. Pour une fois, j'adhère en partie à votre commentaire hormis ... De la logique, il peut y en avoir et ce n'est pas parce que des croches mènent le monde depuis un certain temps que cela va continuer. Qu'ils se le tiennent tous pour dit!

      L'Homme est fondamentalement bon et devient mesquin et égocentrique par l'exemple, avec le temps et l'éducation qu'il a eus.

      L'expression : «Où il y a de l'homme, il y a de l'hommerie» est une expression véhiculée par des gens sans valeur morale qui cherchent à se justifier, à banaliser et à promulguer des comportements inacceptables.

      Peut-être vous verra-t-on avec nous le 22 avril 2012 à 14h pour notre printemps québécois ... Qui sait ?...

  • Michele - Inscrite 6 avril 2012 08 h 31

    Un système public entièrement gratuit

    Pourquoi, ne pas envisager de privatiser certaines universités québécoises tout en gardant des universités publiques? De construire, un système public entièrement gratuit incluant les études supérieures?

  • Jack Bauer - Inscrit 6 avril 2012 14 h 53

    La logique?

    L'endettement en soi n'est pas un mal, certainement pas pour se payer a soi-même une éducation de qualité, la gratuité scolaire n'est non seulement pas désirable, mais deviendrait un véritable boulet aux finances du québec(déja dans de beaux draps..), problème que les idéologues québécois de gauche sont vites a tasser sous le tapis. Il est complètement démagogique d'affirmer que l'endettement des étudiants est inacceptable lorsque la solution proposée(par la CLASSE) est de donner le ''bill'' a la collectivité, ce genre de mentalité prouve une carence grave au niveau de la responsabilité économique et sociale qu'une société ne doit pas perdre de vue.