Les complotistes et le désenchantement du monde

«Les complotistes et autres gourous de cet acabit, qui feraient rire s’ils n’étaient dangereux, ne sont pas le fruit de la génération spontanée, et les idées burlesques qu’ils défendent n’ont rien de nouveau», écrit l'auteur.
Photo: Michael Sohn Associated Press «Les complotistes et autres gourous de cet acabit, qui feraient rire s’ils n’étaient dangereux, ne sont pas le fruit de la génération spontanée, et les idées burlesques qu’ils défendent n’ont rien de nouveau», écrit l'auteur.

La pandémie dans laquelle nous avons été projetés a fait éclore au grand jour quelques phénomènes déplaisants qui jusqu’à tout récemment étaient limités aux sous-sols des complotistes et à la marge de la pensée publique.

Elle a aussi catapulté sous les feux de la rampe des individus qui jusque-là avaient une notoriété réduite ou douteuse et qui vivotaient dans l’ombre : une comédienne sans rôles ; un poète délaissé par Terpsichore et Calliope ; un vlogueur pourfendeur de complots à la sauce américaine ; un libre-penseur autoproclamé qui dénonce le port obligatoire du masque en se réclamant de Martin Luther King et de la désobéissance civile ; une ex-animatrice télé abandonnée par le petit écran.

Toute une flopée de troglodytes que les règles imposées par les gouvernements en raison de la pandémie propulsent hors de leurs grottes au grand désarroi de la majorité des citoyens, qu’ils se plaisent à affubler des surnoms de moutons et d’autruches parce qu’ils respectent les lois et leurs voisins.

Ces « visionnaires » sont instantanément devenus des héros improbables aux yeux d’une partie des quelque 23 % de Québécois qui croient que le virus de la COVID a été créé en laboratoire et des 13 % qui suspectent un lien entre ce virus et la technologie 5G. Mais comment et pourquoi cela s’est-il produit ?

La plupart des analystes attribuent à Internet et aux réseaux sociaux une large part de responsabilité dans ce déferlement de libertariens intransigeants, pour lesquels le port du masque est un outrage, de prophètes déjantés qui associent la vaccination et les mesures de confinement à Big Brother d’Orwell, de voyants hallucinés qui détectent la présence du grand comploteur Bill Gates partout, et de vaticinateurs qui révèlent la face cachée du monde sous l’inspiration d’ondes électromagnétiques.

Rien de nouveau

Mais en fait, les complotistes et autres gourous de cet acabit, qui feraient rire s’ils n’étaient dangereux, ne sont pas le fruit de la génération spontanée, et les idées burlesques qu’ils défendent n’ont rien de nouveau. Les théories complotistes reposent toutes sur les mêmes scénarios et les mêmes schémas : elles sont latentes, mais prennent de l’ampleur en période de crise ou à l’occasion d’un événement dramatique ; elles sont propagées par des marginaux ou des intellectuels déclassés ; elles postulent l’existence de forces occultes qui se sont développées au sein de l’élite et qui fomentent une ou des conspirations ayant pour objet le contrôle des esprits ou la dictature ; et elles appellent à la résistance contre ces puissances maléfiques qui menacent l’enchantement du monde.

De plus, à l’instar des gnostiques du IVe siècle, qui se percevaient comme une minorité ayant perçu l’étincelle divine, les complotistes croient faire partie d’une élite éclairée, quoique méprisée, qui a déchiffré le réel au-delà des apparences et possède ainsi une connaissance qui les rend plus sagaces que la majorité.

À la fin du XIXe siècle, sur fond de développement du capitalisme industriel et de structuration du mouvement communiste, une théorie complotiste célèbre et exemplaire voit le jour : le monde serait l’objet d’une conspiration, imaginée et gérée par sept vieux sages juifs, dont le but serait la domination du monde et l’anéantissement de la chrétienté. Ces juifs sataniques soutiendraient à la fois le capitalisme et le communisme et, en fomentant des guerres et des révolutions, chercheraient à établir la suprématie juive sur la planète.

On le voit, ce Protocole des Sages de Sion s’apparente de très près aux accusations farfelues lancées contre Bill Gates. Il représente l’archétype des schémas complotistes : sous des apparences anodines ou derrière un voile opaque, des forces occultes cherchent à renverser les institutions comme le christianisme ou les valeurs comme la liberté pour instaurer leur dictature sans âme.

En réalité, comme l’écrivait le politologue Pierre-André Taguieff, la pensée complotiste a pour fonction, au moyen de l’invention d’une machination qui n’existe que dans l’imaginaire, d’organiser un contre-complot visant à mobiliser les masses dans le but de détruire les forces conspiratrices et de rétablir l’enchantement, perturbé ou menaçant de l’être par ces « maîtres du monde sans scrupule ».

En ce sens, il ne devrait surprendre personne que la plupart des complotistes militent dans des mouvements ou des partis marginaux qui prônent des « révolutions » visant à sauver ou à rétablir un ordre enchanté qui n’a jamais existé. Forme d’esprit critique dévoyé, la pensée conspirationniste est « une sublimation du religieux sous une forme sécularisée ».


 
45 commentaires
  • Robert Beaulieu - Abonné 12 août 2020 06 h 01

    Bel exemple de projection

    Lorsque nous étions petits, il était chose commune d'entendre un enfant crier à un autre ''celui qu'il dit, c'est lui qu'il l'est''. Marc Simard se mérite bien cette phrase enfantine en écrivant ce billet réducteur au possible qui n'est en fait que de la projection, sur ceux qu'il attaque, de sa propre attitude et de ses propres préjugés qui ornent la vacuité de son analyse. M.Simard ne s'encombre pas, comme on dit, d'un regard honnête sur les faits qui sont à la base des questions de faible dangerosité soulevées par ceux qu'il vilipende mais se contente d'utiliser une formule facile de dénonciation qui additionne les propos injurieux et condamne par association afin de salir le charactère de ceux qui s'opposent aux mesures draconiènnes en cours. Selon cet historien, les complots et la manipulation des masses n'existent pas. Cette vision simpliste, surtout de la part d'un historien, et fausse à sa face même est pour le moins qu'on puisse dire, suspecte.

    • Marc Therrien - Abonné 12 août 2020 07 h 56

      Il semble que les complotistes et leurs détracteurs partagent une même fascination pour l’ésotérisme et une prétention commune à pouvoir lire dans les cartes qui ne sont pas le territoire pour élucider ce qui veut rester caché. On ne saurait dire si M. Simard fait partie de ce groupe qui faisait dire à Umberto Eco: « Moi, je dis qu’il existe une société secrète avec des ramifications dans le monde entier, qui complote pour répandre la rumeur qu‘il existe un complot universel. » Il arrive parfois dans ce monde incertain et imprévisible construit à plusieurs que les occupants de camps opposés, dans l'exercice du scepticisme suspicieux, aient rationnellement raison chacun de leur côté, mais pour des raisons différentes. Il est peut-être sain de questionner la Raison surtout si on se met à penser qu'elle pourrait être totalitaire en ne tolérant pas son contraire.

      Marc Therrien

    • Françoise Labelle - Abonnée 12 août 2020 08 h 02

      On comprend que vous remettez en cause la dangerosité de la covid.
      Faites vos calculs (worldometer, décès par million): grâce aux mesures draconiennes, le Danemark et l'Allemagne, plus densément peuplées ont fait 5 fois mieux que la Suède; la Finlande 9 fois mieux; la Norvège 12 fois mieux; le Canada 2 fois mieux. Nouvelle-Zélande, Corée, etc.
      Au Québec, le nombre des décès est dû à un confinement insuffisant (pas assez draconien) dans les résidences pour aînés. Le Québec a foiré la protection de ses aînés mais comparé aux états qui ont confiné tôt, la Suède a foiré la protection de sa population.

      M. Simard rappelle que la théorie du complot a un fondement historique lointain. Très lointain puisqu’il repose sur la paranoïa.

      Ne confondez pas théorie du complot et intérêt de classe. Les riches ont un intérêt de classe de faire élire des représentants comme Trump pour ses cadeaux fiscaux aux plus riches. Les pétrolières ont un intérêt monopolistique à maintenir les prix élevés. Il n’y a rien de secret là.
      Un complot est un pacte secret entre un groupe restreint dans un but précis : l’attaque du 11 septembre, Alex Jones qui prétend que le FBI a monté le massacre des enfants de Sandy Hook, et le Q qui ânonne goutte à goutte sur la lutte secrète que livrerait l'archange Trump contre les «pédophiles démocrates». Le problème, plus il y a de complotistes, plus il y a de fuites.

      La science exige des preuves (l’affaire Raoult) et les équipes sont en compétition entre elles. Il y a peu de risque de complot. Par contre, laisser trop de place au commerce pharmaceutique est dangereux. C’est du laisser faire libertarien et non du complot.

    • Marc Therrien - Abonné 12 août 2020 18 h 25

      En somme, madame Labelle, l’apparition du coronavirus n’est pas le résultat d’une action humaine volontaire et planifiée, mais d’un accident de la nature comme il en est arrivé plusieurs depuis l’apparition de l’humain. Par ailleurs, on peut se méfier des opportunistes qui voudront en tirer profit et les surveiller de façon à ce qu’ils n’abusent pas trop de notre habituelle servitude volontaire. La crainte de se faire abuser m’apparaît légitime, mais on peut se mettre à la craindre lorsqu’elle se développe en délire paranoïaque collectif.

      Marc Therrien

  • Raymond Chalifoux - Abonné 12 août 2020 06 h 39

    La bêtise humaine mise en vitrine

    Voilà un texte bien éclairant. Merci Le Devoir, merci Marc Simard.

    Et merci aussi à Facebook qui, au cours des derniers mois nous a permis de découvrir lesquels, parmi nos "amis" des réseaux sociaux, étaient le plus sérieusement atteints de ce mal, de cette "douce " folie du complot.

    Folie pas si douce que ça quand on fait le lien entre le "complot juif" et l'antisémitisme rampant qui a mené l'Europe là où elle est allée virer dans les années 1930 - 1940... Et avec les conséquences qui encore aujourd'hui nous décrochent la mâchoire.

    Du moins, ceux qui ne nient pas l'Holocauste. (Tiens, une autre piste de lien, cette négation des faits avérés...)

    Pour un autre excellent texte sur les "totons virés fous" (aurait pu dire Pierre Falardeau dans sa claire langue à lui… :) voyez cet excellent article signé Adrienne Lachance dans le numéro du mois de juin du très respectable "The Atlantic". Il est intitulé "How QAnon is Warping Reality and Discrediting Science", ce papier.

    Parce qu'il n'y a pas qu'ici que quelques illuminés... - "Sachez que j'ai fait mes recherches!" vous lancent-il au visage en guise d'argument massue, ce à quoi certains rajoutent - "Y a pas plus rationnel que Bibi pis son chum, vous saurez!" (À pleurer!)

    Quant à moi, la Covid et tout ce qu’elle a généré comme déversements, cul par-dessus tête, d’angoisse et de franche expression de convictions « personnelles » sur Facebook, m'aura poussé à procéder à un certain délestage au sein de mon réseau… Nettoyage que je regrette de moins en moins, à mesure que passent les jours et les papiers sur les complots. Merci encore!

    https://www.theatlantic.com/newsletters/archive/2020/05/qanon-q-pro-trump-conspiracy/611722/

  • Nadia Alexan - Abonnée 12 août 2020 06 h 53

    Une économie basée sur la cupidité du 1% génère des complots.

    Il y'a toujours un brin de vérité dans les théories complotistes. Le fait qu'une poignée de personnes milliardaires, très puissantes, non élues, s'auto proclament comme les sauveurs de l'humanité en matière de la santé, comme le fait Bill Gates, est au moins discutable.
    Des journalistes d'enquête telles que Linda MacQuig, ou les économistes de renom telles que Thomas Picketty, Joseph Stiglitz et le linguiste Chomskey nous mettent en garde contre les milliardaires qui utilisent la charité comme façade, en prétendant de venir en aide à l'humanité, pendant qu'ils ne paient pas leur juste part d'impôts.
    De plus, les dérives bien connues de l'industrie pharmaceutique qui s'intéresse essentiellement à faire des profits faramineux, que de guérir les malades porte aux théories de complot.

    • Raymond Chalifoux - Abonné 12 août 2020 08 h 08

      "... à faire des profits faramineux, que de guérir les malades porte aux théories de complot." dites-vous.

      Eh bien le voilà justement, le problème! Cela devrait mener à "autre chose" qu'à divaguer devant son ordi, à aller manifester contre les mesures de santé publique - telle que le port obligatoire de la ceinture de sécurité en voiture... (parce que ça et le port du masque, c'est pareil!), ou à décider de faire la demande d'un permis de port d'arme à feu because c'est clair que ça va chauffer avant pas long, Man!...

      Si je me permettais en toute humilité une maladroite suggestion, je dirais qu'il serait beaucoup plus sain, par exemple et entre autres choses, de canaliser ses "belles énergies créatrices" vers la création d'un mouvement visant, à terme, à rendre illgale cette activité joliement tordue et que nous en sommes venus à considérer comme tout-à-fait normale et même anodine, le "lobbyisme".

      Déjà, ça, je crois que ça aiderait... (Tsé quand le gars qui a été député, ministre, et patati et patata, et qui avec pignon sur rue, cartes d'affaire et tout le tremblement se recycle en défenseur d'intérêts particuliers à la fois riches et capables de tellement bien payer ceux qui poussent la cause...) On jase...

      Ah, cette saine et vivifiante envie de fougeuses croisades qui élèvent l'âme et gardent le corps et l'image de soi en grande forme! Allez, les preux, en selle!

    • Françoise Labelle - Abonnée 12 août 2020 08 h 16

      Tout à fait d'accord sur le fond mais vous confondez complot et intérêt de classe. Il n'y a rien de secret dans les intérêts des plus riches qui parfois se détestent mutullement comme des coqs de combat. On sait très bien que Tump a cyniquement fait des cadeaux fiscaux proportionnels à la richesse. Idem pour la pharma et bien d'autres industries: le laisser faire libertarien protège les industries contre les organismes de défense des citoyens.
      Ce ne sont pas des complots au sens strict. Il n'y a pas de secret là, comme pour la cellule d'Al Qaïda qui a frappé les tours du WTC. Ils étaient 19 (énorme pour un complot) et le complot était très secret. Les USA n'avaient pas de ressources parlant pashtoune en Afghanistan. Une grosse faille.

    • Charles-Étienne Gill - Abonné 12 août 2020 08 h 36

      Chomsky prend d'ailleurs la peine de nous indiquer que pour l'essentiel, il prend, preuve à l'appui, ses infos dans des sources officielles du complexe militaro-industriel. Le problème c'est que quand on répète les mêmes observations, on se fait justement traiter de complotiste.
      Il nous a mis en garde contre l'industrie des Relations publiques et Edward Bernays qui utilisait la même stratégie pour soutenir des coups d'État, comme celui au Guatemala, que pour vendre du savon ou des pianos. L'auteur devrait au moins considérer la chose.

      Au lieu de gaspiller du temps et de l'attention, l'auteur de ce texte aurait pu commencer par faire une vraie enquête sur Bill Gate, par exemple.

      J'ai une théorie pour lui : une part des théories du complot est utilisée précisément pour discréditer les critiques à l'encontre des puissants.
      Alors que je parlais très sérieusement à un réalisateur de documentaire que j'avais croisé, il m'a en rigolant, accusé d'être un peu «conspirationniste» parce que je lui citais des éléments très préoccupants sur l'administration Obama à l'encontre de la journaliste Sharyl Attkinsson. Je lui suggérais de lire « Blacklist » de Kristina Borjesson. Il n'avait jamais entendu parler de ça, ni de Chris Edges ni finalement de l'expérience de Jane Akres qui s'est frottée à Monsanto. Pourtant Marie-Monique Robin avait fait un excellent documentaire sur Monsanto.

      Dans « Notre poison quotidien », elle documente l'opacité de la détermination des normes de santé publique par rapport aux résidus de pesticides et aux produits que nous chimique que nous ingérons quotidiennement. « Les débats d’experts, sur les produits utilisables et les doses admissibles, sont totalement fermés au public. Sans parler des cas où ils s’appuient sur des tests bidonnés par les industriels, les modèles scientifiques qu’ils appliquent sont dépassés. En effet, ils continuent à évaluer les produits chimiques séparément, ignorant l’« effet cocktail ».

    • Nadia Alexan - Abonnée 12 août 2020 11 h 48

      À monsieur Charles-Étienne Gill: J'ajouterais le célèbre livre du microbiologiste, Shiv Chopra: «Corrompus jusqu'à la moëlle, les mémoires d'un scientifique de santé Canada qui a choisi de sonner l'alarme».
      Le cancer de la corruption, par les grandes sociétés, de la science et de la réglementation en matière de sécurité constitue de plus en plus une menace sérieuse pour la santé publique, tant locale que planétaire.
      Ce livre décrit comment un scientifique de premier plan a été témoin d'une telle corruption.

    • Nadia Alexan - Abonnée 12 août 2020 11 h 58

      À madame Françoise Labelle: Je n'ai jamais dit que la corruption des riches constitue un complot. J'ai expliqué que les excès et la corruption de puissants, maitres de ce monde, engendrent les théories de complots.
      J'ai dit qu'il y'a toujours un brin de vérité dans les théories de complots.

    • Charles-Étienne Gill - Abonné 12 août 2020 16 h 08

      Monsieur Chopra et quelques collègues courageux ont résisté à la corruption de Monsanto, grâce à eux il n'y a pas de lait RGBH au Canada. Monsanto complote et même le Devoir a couvert l'affaire dans le texte suivant : https://www.ledevoir.com/societe/sante/343061/monsanto-un-demi-siecle-de-scandales-sanitaires .

      Voici une citation : « La façon dont The Washington Post rapporte l'histoire est édifiante: «Des milliers de pages de documents de Monsanto — dont beaucoup sont estampillés "CONFIDENTIEL: lire et détruire" — montrent que pendant des décennies la multinationale a dissimulé ce qu'elle faisait et surtout ce qu'elle savait. En 1966, des responsables de l'entreprise avaient découvert que des poissons immergés dans ce ruisseau se retournaient sur le dos en moins de dix secondes, pissant le sang et perdant leur peau comme s'ils avaient été bouillis vivants. Ils ne l'ont dit à personne», raconte le quotidien américain.»

      Ça n'est que la pointe de l'iceberg.

      Madame Labelle parle du complot du 11 septembre, mais que penser des incidents du Golf du Tonkin, avec la fabrication d'une attaque nord vietnamienne? L'existence même d'Al Qaïda est la conséquence d'un autre complot, la création d'un «pipeline afghan», pour nuire aux communistes en utilisant les Moudjahidine dont Ben Laden. Chaque dollar US était doublé par l'Arabie saoudite, afin de financer des camps d'entrainement et des écoles coraniques. C'est Brezinski qui était derrière ce plan.

      Les conséquences funestes sont les conséquence des actions du complexe militaro-industriel et des agences de renseignement, comme le projet DARPA.

      Ça n'existe pas pour nous protéger d'une menace, ça crée un menace pour justifier leur propre existence et croissance.

      Les complots sont donc leur modus operandis et c'est documenté que la CIA a encouragé les théories du complots précisément pour couvrir les siens.

    • Françoise Labelle - Abonnée 12 août 2020 17 h 53

      Mme Alexan,
      vous dites bien qu'il y a un brin de vérité dans les théories du complot et vous enchaînez sur les riches, dont Bill Gates n'est pas le pire.
      Vous faites un lien entre les deux, pertinence oblige.
      Enfin, je suis d'accord avec vous dans l'ensemble.

    • Marc Therrien - Abonné 12 août 2020 18 h 58

      En somme, une des façons de ne pas de ne pas se faire traiter de conspirationniste est de demeurer dans la posture interrogative sceptique plutôt que dans la posture affirmative par une question du genre: qui veut me faire croire quoi et dans quel intérêt?

      Marc Therrien

  • David Vachon - Inscrit 12 août 2020 07 h 14

    L'insulte comme argument principal

    Bonjour,
    Je n'ai jamais lu un article dans le Devoir avec une telle concentration d'insultes...
    Je fais personnellement partie des nombreuses personnes qui remettent en question le décret gouvernemental imposant le port du masque obligatoire dans les endroits publics clos. Est-ce que cela fait de moi un conspirationniste?
    Le concept de "conpiracy theory" apparaît aux États-Unis dans les années 60s, dans le contexte de l'assassinat de JFK à Dallas en 63. Elle trouve ensuite son âge d'or avec le 9/11. En effet, si l'on considère que c'est la CIA qui a assassiné JFK, ou encore, que c'est l'administration néoconservatrice de Bush fils qui a fait sauter les Tours jumelles, c'est bel et bien du conspirationnisme. Or, si on remet en question un décret gouvernemental imposant à 8 millions de personnes de porter un couvre-visage (sans veiller à son efficacité d'ailleurs), alors qu'il y a en moyenne 10 personnes âgées qui décèdent par semaine au Québec et moins de 200 personnes hospitalisées dans toute la province, est-ce du complotisme? Personnellement, j'appelle cela du sens commun et de l'esprit critique. Il n'y a aucun mal à remettre en question des décrets gouvernementaux, au contraire, c'est central au sein d'une démocratie.
    Legault ne fait pas partie d'une Kabbale cherchant à contrôler le monde. Il ne fait que suivre les directives de l'OMS, les autres pays et les "experts". Or, ce transfert de souveraineté est symptomatique d'un changement de régime, passant d'une démocratie à une technocratie. Je suis personnellement contre cette tendance.
    De plus, lorsque vous dites que vous portez le masque parce que "vous respectez vos voisins", j'ai peine à vous croire. D'abord, la manière dont vous insultez des milliers de personnes (peut-être vos voisins) dans votre article me fait en douter. Aussi, porter un masque ne fait pas de vous un être vertueux, mais simplement quelqu'un d'obséquieux. C'est très différent.
    Bien à vous,
    David

    • Françoise Labelle - Abonnée 12 août 2020 09 h 35

      «passant d'une démocratie à une technocratie»
      Comme pendant la crise du verglas? Vous auriez préféré que Ti Jo Ducoin dirige les opérations, improvisées en partie selon l'aveu des protagonistes?
      Les élections ne sont pas abolies et si elles menacent de l'être aux USA, c'est pas par les «technocrates».
      Voir le monde médical comme un bloc homogène et unanime, c'est de l'ignorance, tout simplement. L'affaire Raoult et la chloroquine l'a bien montré.

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 12 août 2020 10 h 52

      @ M.Vachon ,je porte le masque à la pharmacie et l'épicerie pas que je sois vertueux ou servile mais bien par prudence comme j'arrète
      de rouler en voiture quand des orages comme hier je ne vois pllus la route ou dans la brume.,comme je ne traverserais pas un terrain
      miné de bombes invisibles ou encore je porterais un gilet de sauvetage en bateau petit ou grand.,aussi la ceinture en auto..bref je tiens à la vie et à celles des autres par amour de la VIE.Mieux vaut prevenir que guérir.
      Les virus sont invisibles et ne chantent pas..
      Vous avez le droit de vous exprimer, de critiquer comme vous le faites ce matin.Le confinement vous plait,pas moi.

    • Françoise Labelle - Abonnée 12 août 2020 17 h 57

      M.Grisé,
      mon dieu que c'est bien terrible de faire tous ces compromis!
      C'est de l'ironie, bien entendu.
      Ces révoltés se noient dans la tempête qu'ils ont fait dans leur verre d'eau.

      Je ne peux apprécier (aimer) votre commentaire puisque j'ai quitté FB.

  • Bernard LEIFFET - Abonné 12 août 2020 07 h 49

    Le complotisme du ROC contre les francophones québécois est bien présent même s'il est à l'abri des médias!

    L'article ne m'ayant pas convaincu, il me semble que Le Devoir s'éloigne de plus en plus de ce qui se passe au niveau de la langue et de la culture au Québec! Qu'est-ce que m'apporte par exemple les stratégies de Trump aux États-Unis? Du temps perdu pendant que les informations cruciales concernant nos relations entre Québec et Ottawa, la soumission du PM François Legault face à ce qui se passe à Montréal! Bref, son arritude inféodée, sa soumission face au ROC est déplorable! Le courage politique n'étant pas monnaie courante au Québec, pendant que les Autres attaquent nos lois dans le but de protéger l'hégémonie anglaise! Laisser faire va nous conduire inévitablement vers la perte de notre identité et l'assimilation morbide de nos dirigeants québécois à la culture du ROC devrait nous faire réagir, comme l'ont fait les Libanais après des années d'injustice!
    Ce qui se passe à Montréal sera bientôt la norme car nos dirigeants politiques tant libéraux que ceux de la CAQ tiennent de la poule mouillée où l'inaction est la règle, le vassal à genou devant ceux et celles qui gouvernent, suivant le système colonial britannique! Rien n'est absolu mais un statu quo au profit des Autres doit être dénoncé sans vergogne pour protéger notre identité et celle des générations futures! La frousse des Autres doit être remplacée par la témérité comme d'autres peuples l'ont déjà en reléguant ainsi l'esclavage et le racisme en toile de fond! C'est cela qui devrait être montré aux nouveaux immigrants, qu'ils comprennent pourquoi nous voulons garder notre langue en particulier!

    • Serge Lamarche - Abonné 12 août 2020 13 h 19

      Faut pas généraliser. Le ROC est une bour molle avec quelques orangistes durs.

    • Marc Therrien - Abonné 12 août 2020 19 h 07

      Je ne sais pas par quel moyen on pourrait établir le nombre de citoyens québécois qui partagent votre angoisse de disparition qui fonde cette croyance en un complot du Canada visant l'assimilation de la majorité francophone historique. Peut-être qu'il n'y a pas tant de gens que ça qui pensent qu'il est impossible d'être heureux en parlant anglais.

      Marc Therrien

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 12 août 2020 22 h 14

      M.Leiffet ,vouavez bien raison de souligner la somission de François Legault face au ROC .Et aussi l'inaction qui tient de la poule
      mouillée comme le club ferme du PLQ vassaux à genoux suivant le système colonial britannique monarchiste.
      Bref cela doit etre répéter sur tous les toits de facon à réveiller les voteurs molassons et ceux qui ont peur de faire face à leurs responsabilités.

    • Charles-Étienne Gill - Abonné 13 août 2020 04 h 59

      Monsieur Therrien, la question n'est pas là. Le fait est qu'il existe une nation avec un «agir collectif» (la nation québécoise) dont la culture est française et qu'elle est en compétition contre la «nation intégrale» qu'est la nation canadienne (anglaise). La nation québécoise est provincialisée et assujetie, ce qui ne veut pas dire que cette tutelle passe par l'armée dans les rues, mais que la réalité collective québécoise est diminuée.

      Un livre existe qui s'intitule «Histoire des deux nationalismes au Canada» par Maurice Séguin et il y a tout un courant intellectuel, inspiré par ce professeur pour analyser les conséquences de ce phénomène qui a donné lieu à un courant politique puissant, mais en train de vraiment mourir, ce que déplore en quelque sorte l'auteur du commentaire; la nation québécois n'ayant plus de ressort pour réagir. Il suffit de s'intéresser au « Scandale des commandites » pour comprendre que la structure même du Canada donne une grande lattitude au Conseil privé pour considérer que «Le Canada est en guerre » contre la nationalisme québécois et plein d'exemples existent pour montrer ce que la structure même du Canada, avec la tendance à la centralisation, pousse les individus au pouvoir à agir contre la nation québécoise et que cela est récompensé. Octobre «Just watch me» est un bon exemple de ça.

      Les jeunes hipster du ROC qui viennent travailler à MTL sont heureux, le problème c'est que ce «bonheur» (une vie collective normale anglo) se fait à nos dépens.

      Pour qu'existe une tel espace de vie intellectuelle en Amérique, en français, comme cette tribune, il faut que la dite nation vive un minimum. L'erreur. c'est de considérer que ce qui est constitutif du Canada soit un complot. Mais il faut quand même cacher une caméra pour filmer le Beaver Club, vous écrivez comme si « Le temps des bouffons » n'avait jamais existé.

      Pourquoi écrivez-vous ici et pas au National Post? Cette question encapsule énormément de concepts.