Le Canada, un partenaire efficace du multilatéralisme

Le 17 juin prochain, le Canada sera en lice avec l’Irlande et la Norvège pour deux sièges disponibles au Conseil de sécurité.
Photo: Johannes Eisele Agence France-Presse Le 17 juin prochain, le Canada sera en lice avec l’Irlande et la Norvège pour deux sièges disponibles au Conseil de sécurité.

La pandémie mondiale de COVID-19 nous rappelle à quel point les nations sont interdépendantes. Plus que jamais nous avons besoin de concertation avec d’autres pays, que ce soit pour rapatrier des Canadiens de l’étranger, pour contribuer à la recherche d’un vaccin ou pour maintenir les chaînes d’approvisionnement.

Dans la dernière année, nous avons été mandatés par le premier ministre Justin Trudeau pour mener des missions en Afrique australe, dans le golfe Persique, en Amérique centrale et dans les Caraïbes, aux Nations unies à New York et plus récemment en Afrique du Nord. Nous avons rencontré des leaders politiques et des diplomates pour échanger sur nos priorités communes et sur l’urgence de nous concerter. À l’ordre du jour, il y avait notamment l’insécurité économique, le changement climatique et les conflits armés. Nous avons présenté et défendu la candidature du Canada pour son élection au Conseil de sécurité des Nations unies.

Les élections au Conseil se tiendront le 17 juin prochain. Le Canada sera en lice avec l’Irlande et la Norvège pour deux sièges disponibles.

Notre objectif d’obtenir un mandat de deux ans au Conseil de sécurité des Nations unies n’est pas un projet politique partisan, mais bien une mission nationale.

Nous sommes profondément convaincus que le Canada peut, et doit contribuer à relever les défis les plus difficiles de l’humanité en matière de paix et de sécurité. Ces enjeux ont des incidences directes pour le Canada.

Depuis la fondation des Nations unies, le Canada a une feuille de route dont on peut être très fiers. Nous avons souvent amené des solutions novatrices sur des enjeux complexes.

Au cours de son dernier mandat de 1998 à 2000, le Canada a laissé une marque durable sur les pratiques et les politiques du Conseil de sécurité. Nous avons proposé que le Conseil fasse de la protection des civils une priorité et que des mesures soient prises pour éradiquer le commerce illégal de diamants durant la guerre en Angola. Nous avons aussi insisté pour un plus haut niveau de transparence et d’ouverture dans les travaux du Conseil.

Au cours des 20 dernières années, notre pays s’est diversifié en favorisant des liens harmonieux avec le monde. À cela s’ajoutent nos efforts pour accroître nos échanges commerciaux avec de nombreux pays. Pendant cette même période, les superpuissances ont adopté des positions polarisantes dans le contexte d’enjeux planétaires, comme la pandémie de COVID-19 et le changement climatique.

À la suite de nos rencontres avec des leaders du monde entier, nous savons que le Canada est reconnu et apprécié comme partenaire. Nous sommes l’un des principaux contributeurs au budget de l’ONU. Le Canada a lancé plusieurs initiatives, dont les « Principes de Vancouver » visant à prévenir le recrutement d’enfants soldats par les groupes armés, et « l’Initiative Elsie » pour accroître la participation des femmes en uniforme dans tous les aspects des opérations de paix. Le Canada préside actuellement la Commission de consolidation de la paix et il a déployé des ressources policières dans certaines des missions les plus importantes de l’ONU.

La plus récente contribution canadienne aux travaux des Nations unies a été de proposer davantage de financement privé pour favoriser le développement des pays. À la suite de ces travaux, le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, António Guterres, a récemment demandé au Canada de coprésider un sommet sur le financement et d’y convier des dizaines de chefs d’État et de gouvernement pour discuter, réfléchir et débattre du redressement économique dans le contexte de la COVID-19.

Voilà un leadership dont nous pouvons être fiers. Le Canada est le premier pays à placer la sécurité économique au centre des efforts de prévention des conflits et à faire de celle-ci une priorité dans le cadre de sa campagne pour l’obtention d’un siège au Conseil de sécurité des Nations unies.

Le Canada veut un monde pacifique et inclusif. Nous voulons un monde plus sécuritaire, qui nous donne aussi accès à de nouveaux marchés et qui crée des emplois pour nos concitoyens.

Le Canada est une moyenne puissance qui s’est bâtie dans la diversité. Le Canada comprend l’importance de travailler de concert avec d’autres pays, qu’ils soient grands ou petits.

Aujourd’hui, plus que jamais, la communauté internationale compte sur nous. Aujourd’hui, la voix du Canada est plus que jamais nécessaire. Nous, Canadiens, voulons mettre nos valeurs, nos idées, notre réseau international et notre expérience au service de la communauté mondiale.



À voir en vidéo