La rectitude politique est aussi un poison pour la gauche

Manifeste publié dans la page Idées du 30 janvier 2020.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir Manifeste publié dans la page Idées du 30 janvier 2020.

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’au Québec la rectitude politique soulève bien des passions, au point que les jugements posés à son égard — qu’ils soient favorables ou défavorables — tendent à être terriblement caricaturaux, pour ne pas dire qu’ils frisent la mauvaise foi.

Comme si, sans y parvenir vraiment, on cherchait à travers des débats enflammés à mettre collectivement le doigt sur un phénomène social, politique et culturel difficile à saisir et pourtant de plus en plus révélateur des malaises qui taraudent nos sociétés contemporaines.

Certes, le manifeste contre le dogmatisme universitaire ne fait pas dans la dentelle et, écrit comme un brûlot provocateur, il n’a pas manqué de faire violemment réagir. Faisant d’abord écho aux préoccupations d’étudiants hantés par la question nationale québécoise (question de fond s’il en est), il n’est pas exempt de maladresses et de simplifications et tend même à reprendre à son compte certains des arguments utilisés par les ténors de la droite conservatrice québécoise. Donnant ainsi la part belle à ses détracteurs, qui n’auront pas eu de peine — de manière bien paternaliste — à en minimiser, voire à en ridiculiser la portée.

Il reste cependant que ceux qui sont partis en guerre contre ce manifeste devraient aussi apprendre à balayer devant leur porte, plutôt que de s’en tenir au sempiternel argument « que ce n’est qu’un discours de droite ».

Il ne faut pas en effet l’oublier : la rectitude politique — cet ensemble de sommations qui nous sont faites, par exemple, de ne plus prononcer tel ou tel mot, de ne plus faire telle ou telle chose, pour soigner les apparences publiques, donner l’impression de la vertu — est un phénomène beaucoup moins anodin que ce que peuvent en dire ceux qui voudraient bien le ramener aux seuls cris de putois d’une droite conservatrice aux abois, en appelant désespérément à la liberté d’expression bafouée.

Elle renvoie aussi à une série de difficultés nouvelles expérimentées par la gauche, elle qui partout au monde se trouve sur la défensive, peinant — tant elle est fragmentée et désorientée — à faire face au rouleau compresseur de la mondialisation néolibérale et donc à donner force et réalité à ses pourtant si légitimes et nécessaires aspirations à l’égalité.

Approches victimisantes

Quoi qu’en disent les représentants d’une certaine gauche radicale, il y a au sein de la gauche, et en particulier de la gauche québécoise, une tendance indéniable à endosser les logiques perverses de la rectitude politique et qui s’exprime d’abord par une « dépolitisation » des enjeux collectifs et sociaux, et à l’inverse par une tendance à leur « moralisation » excessive, faisant en sorte, par exemple — comme le titrait Le Mondediplomatique —, que beaucoup vont être désormais plus préoccupés de « sermonner le monde » que de travailler aux stratégies politiques qui permettraient de le changer effectivement.

Ou encore vont tendre à ne présenter les acteurs sociaux qu’ils veulent défendre qu’à travers des approches victimisantes visant plus à exacerber la culpabilité d’autrui et à quêter la mansuétude gouvernementale ou étatique qu’à favoriser leur combat collectif et politique. Et cela parce qu’on y conçoit désormais les acteurs sociaux non pas comme des entités appartenant à une même société, formant un « nous collectif » susceptible de s’auto-émanciper de toutes les oppressions respectives accumulées dans l’histoire, mais comme des monades sociales fragmentées à l’infini, séparées les unes des autres à tout jamais : femmes (racisées ou pas), Autochtones, LGBTQ, handicapés, etc.

Le tout avec, au passage, l’irruption dans la langue militante de nouveaux concepts, de nouvelles préoccupations théoriques (l’intersectionnalité, l’appropriation culturelle, le décolonialisme, etc.) qui, si elles ne nous étaient pas présentées avec la foi du converti, pourraient plutôt faire sourire. Mais, comme elles sont avancées sur le mode de vérités morales littéralement sacrées et donc indiscutables, il devient de facto impossible de les sonder, d’en faire apparaître certes les points positifs, mais aussi les indéniables limites. Au risque d’être sans plus tarder voué aux gémonies.

Et là, on doit donner raison aux auteurs du manifeste contre le dogmatisme universitaire : on ne peut qu’apercevoir dans ces indéniables traits moralisants et victimisants l’influence de ce que bien des auteurs ont appelé le postmodernisme, ou encore la posture culturelle postmoderne, posture qui tend — au nom d’un individualisme exacerbé — à mettre de côté les grands récits historiques et ainsi à en finir avec toute histoire politique et collective digne de ce nom, toute politique d’émancipation pensée collectivement à l’encontre du capitalisme néolibéral et mondialisé d’aujourd’hui.

N’est-ce pas aussi de cela qu’il faudrait oser discuter quand on se prend à débattre si passionnément de la rectitude politique ?

À voir en vidéo