Pourquoi encore remettre en doute les missions «Apollo»?

Des centaines de millions de téléspectateurs à travers le monde ont suivi la mission en direct, sans compter des dizaines de milliers de témoins rassemblés sur les plages de la Floride pour assister au décollage de l’immense fusée «Saturn V» qui allait emmener les astronautes vers la Lune.
Photo: Nasa Agence France-Presse Des centaines de millions de téléspectateurs à travers le monde ont suivi la mission en direct, sans compter des dizaines de milliers de témoins rassemblés sur les plages de la Floride pour assister au décollage de l’immense fusée «Saturn V» qui allait emmener les astronautes vers la Lune.

Nous commémorons ces jours-ci l’un des plus impressionnants exploits technologiques de l’histoire de l’humanité : le 20 juillet 1969, il y a 50 ans cette année, Neil Armstrong et Edwin « Buzz » Aldrin faisaient leurs premiers pas sur la surface d’un autre monde. Pour en arriver là, il aura fallu le travail acharné de plus de 400 000 personnes, scientifiques, ingénieurs, techniciens, sans compter un budget de près de 30 milliards de dollars, une somme colossale pour l’époque. Des centaines de millions de téléspectateurs à travers le monde ont suivi la mission en direct, sans compter des dizaines de milliers de témoins rassemblés sur les plages de la Floride pour assister au décollage de l’immense fusée Saturn V qui allait emmener les astronautes vers la Lune.

Pourtant, au moment où nous célébrons les exploits des astronautes de la mission Apollo 11, un nombre croissant de personnes dans le monde doutent que des hommes aient véritablement marché sur la Lune entre 1969 et 1972 et croient plutôt qu’il s’agit d’un vaste canular ourdi par la NASA avec l’aval du gouvernement américain. On prétend que le programme spatial étasunien, très en retard sur le programme soviétique au début des années 1960, n’aurait jamais pu rattraper, ni même dépasser, son concurrent en à peine une décennie, surtout à la lumière des nombreux ratés et accidents qui ont marqué son développement, en particulier l’incendie d’Apollo 1 qui a coûté la vie à trois astronautes.

On accuse ainsi la NASA d’avoir « fabriqué » les images, soi-disant retransmises depuis la Lune, en filmant des astronautes dans un studio secret situé quelque part au Nevada. On en veut pour preuve, entre autres, la direction des ombres projetées sur le sol lunaire, le drapeau américain faseillant, même en l’absence d’atmosphère, ou encore l’absence d’étoiles dans le ciel de la Lune sur les photos prises par les astronautes. Il va sans dire que chacune des objections soulevées par les conspirationnistes lunaires a été réfutée en bonne et due forme par les gens qui s’y connaissent. Par exemple, on ne voit pas d’étoiles sur les photos pour la simple et bonne raison qu’il faisait jour sur la Lune à ce moment-là et que la lumière solaire, réfléchie par le sol lunaire, voilait celle des étoiles (sans compter que, pour capter la faible lueur des étoiles sur une pellicule photo de 64 ISO, comme celle utilisée par les astronautes, il aurait fallu des temps de pose de l’ordre de 10 à 30 secondes).

Déni de la réalité

On peut se demander ce qui pousse tant de gens à remettre en question un événement historique aussi bien documenté que la mission Apollo 11 ainsi que toutes celles qui ont suivi. Une telle fabrication aurait demandé la collaboration — et le silence absolu pendant des décennies — de centaines de milliers de personnes et exigé des techniques de trucage et de traitement d’images auxquelles même le grand Stanley Kubrick, réalisateur du film-culte 2001 : A Space Odyssey (1968), n’osait pas rêver à l’époque. Quand on sait que les Russes, pourtant grands rivaux des Américains dans la course à l’espace, n’ont eux-mêmes jamais remis en question la véracité des alunissages américains (ce qu’ils auraient eu tout avantage à faire), la méfiance des conspirationnistes est d’autant plus difficile à comprendre. Il existe tout de même quelques pistes pour expliquer l’origine et la persistance de ce déni de la réalité.

Il faut tout d’abord se rappeler le contexte social dans lequel se déroulent les missions Apollo. Les États-Unis sont alors embourbés dans la guerre du Vietnam et, en 1971, le public étasunien va découvrir, grâce aux célèbres Pentagon Papers, que leur gouvernement leur a menti depuis le début concernant les chances de succès de cette coûteuse campagne militaire. L’affaire Watergate, qui entraînera la démission de Richard Nixon en 1974, achève de miner la confiance de plusieurs Américains envers leurs institutions. C’est dans ce contexte qu’en 1976, Bill Kaysing, un obscur rédacteur technique employé du fabricant de moteurs de fusée Rocketdyne, publie à compte d’auteur un ouvrage intitulé We Never Went to the Moon : America’s Thirty Billion Dollar Swindle, dans lequel il prétend qu’aucun homme n’a jamais marché sur la Lune.

Au début, les théories de Kaysing semblent tellement farfelues que la NASA ne juge pas bon d’y répliquer, sinon en publiant une fiche d’information en 1977 qui réfute chacune des objections soulevées par Kaysing dans son ouvrage. Mais l’idée conspirationniste va recevoir une forte impulsion en 2001 lorsque le réseau de télévision étasunien Fox va diffuser un documentaire intitulé Did We Land on the Moon ?, où seront reprises la plupart des théories développées par Kaysing.

La NASA rééditera sa fiche d’information la veille de la diffusion du documentaire, mais ce sera trop peu trop tard : 2001, rappelons-le, c’est aussi l’avènement d’Internet et des réseaux sociaux, qui offrent une formidable caisse de résonance et une vaste agora où se rejoignent de plus en plus de gens convaincus par les idées conspirationnistes. La théorie selon laquelle les missions Apollo ne se sont jamais posées sur la Lune est alors bien vivante, et semble même prendre de l’ampleur à mesure que l’événement s’enfonce dans l’histoire et que ses principaux acteurs nous quittent.

Missions redondantes

Il se peut également que la persistance du mythe soit attribuable en partie au fait que la NASA est allée sur la Lune entre 1969 et 1972 pour les mauvaises raisons… En effet, de nombreux conspirationnistes trouvent étrange que l’on ait mis fin abruptement à l’exploration de la Lune après la mission Apollo 17 (trois autres missions Apollo avaient été prévues après cela, mais elles ont toutes été annulées dès 1970). Ne nous disait-on pas à l’époque que les missions Apollo n’étaient que le prélude à l’établissement d’une base scientifique sur la Lune et à une occupation permanente de notre satellite ? Peut-être que la brièveté des missions Apollo et la fin abrupte de l’exploration lunaire étaient la preuve que des astronautes n’étaient tout simplement jamais allés sur la Lune…

La réalité est plus pragmatique et montre bien que les raisons évoquées publiquement par la NASA pour justifier l’exploration lunaire cachaient en fait la véritable motivation du gouvernement américain, qui était de développer un programme de missiles balistiques intercontinentaux capables de frapper des cibles soviétiques mieux que ce que les Russes seraient capables de faire en visant des cibles étasuniennes. Après tout, une fusée lunaire n’est rien d’autre qu’un gros missile dont la charge nucléaire a été remplacée par trois astronautes. Une fois que les Américains eurent prouvé qu’ils dominaient l’espace (et avaient gagné la course à la plus grosse fusée), les missions lunaires devenaient redondantes et superflues (et surtout trop chères). L’exploration de la Lune, le développement des technologies spatiales et la science qui en a découlé ne sont que d’heureuses retombées collatérales et n’ont jamais constitué la principale motivation pour la course à la Lune.

La théorie conspirationniste selon laquelle des humains n’ont jamais foulé le sol lunaire est à ranger aux côtés d’autres lubies plus ou moins inoffensives, comme la notion que la Terre est plate ou l’idée voulant que des extraterrestres nous visitent régulièrement à bord de leurs soucoupes volantes. Il en va tout autrement d’autres théories conspirationnistes, comme les campagnes antivaccination, qui reposent sur des bases tout aussi peu solides mais qui ont des conséquences autrement plus graves.

Ces croyances illustrent bien le manquede confiance envers les autorités, les spécialistes et les scientifiques, qui semble de plus en plus fréquent dans nos sociétés modernes et hyperconnectées où tout un chacun peut exprimer son opinion sans filtre et où il devient de plus en plus difficile pour le commun des mortels de séparer le bon grain de l’ivraie. Il s’agit d’un problème pressant auquel la communauté scientifique, mais aussi les autorités publiques, devra s’attaquer sans tarder.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

21 commentaires
  • Mario Jodoin - Abonné 20 juillet 2019 01 h 01

    Intéressant

    Mais décourageant de devoir répondre à ces inepties. C'est leur donner trop d'importance.

    • François Gauthier - Abonné 20 juillet 2019 09 h 20

      En parlant d’ineptie, c’est M. Chastenay qui prétendait que les témoins d’un phénomène extraordinaire qui s’est produit au-dessus de la place Bonaventure le 7 novembre 1990 observaient en fait les lumières d’un chantier de construction pas loin de là, ou encore une aurore boréale. Pourtant, l’analyse des photographies prises par un journaliste de La Presse et le rapport subséquent de messieurs Guenette et Haines démontraient qu’il y avait bel et bien eu un objet de plusieurs centaines de mètres de circonférence qui a flotté silencieusement au-dessus de la ville, pendant plusieurs heures. Quelques jours tard, deux boys du NORAD venaient confisquer tous les dossiers que possédait le SPVM concernant cette affaire. Dans ce cas-ci, M. Chastenay est un des exemples concrets qui nourrit « le manque de confiance envers les autorités, les spécialistes et les scientifiques », d'autant plus qu'il n'a même pas été témoin de l'évènement. Faites vos recherches sérieusement, ce dossier est bien documenté. Il peut bien raconter ce qu’il veut et dire que toutes ces « conspirations » ne sont que des « lubies inoffensives » à mettre au rancard, mais il aurait peut-être intérêt à faire un peu de recherche sur certains de ces sujets — dont celui des ovnis — et de se mettre à jour avant de se prononcer sur eux et de passer pour un scientifique incompétent en la matière.

    • Raymond Labelle - Abonné 20 juillet 2019 21 h 30

      Même les Soviétiques n'ont pas tenté de nier la réalité du vol habité sur la Lune.

  • J-F Garneau - Abonné 20 juillet 2019 05 h 08

    Religieux

    Les théories complotistes sont rassurantes pour plusieurs. Elles expliquent le "diffcile à comprendre" et leur donne un sens..et souvent unifient en une seule grande explication plusieurs événements. Etant la plupart du temps érigées pour compromettre une vérité "officielle" et admise de facon générale, elles comblent le besoin de se distinguer, surtout en mettant en valeur ceux qui y croient, et leur donne de l'importance et le sentiment d'être plus fins que tous les autres. Voir le récent documentaire Netflix sur les croyants de la terre plate. C'est exactement la même chose pour les missions lunaires. C'est plus facile d'expliquer un studio et de peindre la NASA comme immense supercherie... que d'expliquer dans les faits la science, et l'accepter. Avec des théories du complot je peux expliquer le complexe à mes amis et ainsi avoir l'air intelligent.

    En réduisant les complexités elles donnent à leur "croyants" enfin un modèle explicatif simple. D'ou le parallèle avec la religion qui fonctionne selon les mêmes principes que les théories du complot. On inculque des peurs et insécurités (devant le complexe autant que devant une ignorance ) et simultanément on présente une solution, simple, qui permet d'avoir prise sur cette peur, cette insécurité ou cette ignorance. Cette solution a le mérite de créer à la fois une communauté de "croyants" (plus facile à l'ère de l'internet) qui détiennent une vérité simple (mais contestable) qu'ils peuvent facilement "expliquer" à d'autres.

  • François Beaulé - Abonné 20 juillet 2019 08 h 30

    L'affaiblissement de l'autorité

    Comme le relate l'auteur, les gens ont perdu confiance dans les autorités publiques, suite à des scandales révélés par la presse. Il cite la guerre du Vietnam et le Watergate. Actuellement, la certification du Boeing 737 MAX par la FAA a été permise par une forme de corruption d'une institution publique, jusque là prestigieuse. Le cover-up du mauvais aérodynamisme de l'avion par la compagnie ne pourra pas durer encore longtemps. Le scandale suivra...

    À un autre niveau, l'affaiblissement de l'autorité est inhérent à l'émancipation de l'individu tant souhaitée par l'idéologie libérale. Nous identifions la liberté aux libertés individuelles qui sont incompatibles avec l'autorité. L'affranchissement de l'autorité est un phénomène, d'abord occidental, qui a débuté bien avant la création de l'internet. Ce dernier est un outil qui facilite l'affirmation de l'individu.

    Le déclin de l'autorité n'est pas le véritable problème. L'éclatement de la société, la perte de notion du bien commun, est beaucoup plus grave.

  • Christian Dion - Abonné 20 juillet 2019 08 h 49

    Ce n'est pas compliqué, les croyants ne veulent pas savoir car cela demande trop d'efforts intélectuels. Lorsque des faits se butent à des opinions simplistes et sans fondement, il n'y a rien à faire. Il n'y a qu'à regarder les populistes qui font des déclarations sans apporter quelqu'éléments que ce soient pour les supporter. Par exemple, proposer des solutions faciles à des problèmes complexes. Et, il y en a de plus en plus qui les avalisent sans faire l'effort de se questionner sur leur pertinence. Si encore ce phénomène n'avait pas de conséquences négatives sur l'ensemble grâce aux réseaux sociaux. Cela n'ira pas en diminuant
    et c'est très inquiétant.
    Christian Dion.

  • Gilles Bonin - Inscrit 20 juillet 2019 09 h 22

    Fake news, fake news

    comme de nombreux affidés de Trump s'épouvantent et s'ébouriffent sur la place publique... sauf probablement quand deux des astronautes qui ont fouler le sol lunaire, la semaine où Trump a démontré son racisme hypocrite, vont faire un photo-up dans le bureau oval de la Maison blanche ...