À quand une équipe nationale de hockey du Québec?

On s’est indigné de l’absence du vétéran Martin St-Louis (en bleu foncé), le meilleur pointeur québécois actuellement dans la Ligue nationale de hockey, de l’équipe olympique canadienne à Sotchi.
Photo: Agence France-Presse (photo) Mike Carlson On s’est indigné de l’absence du vétéran Martin St-Louis (en bleu foncé), le meilleur pointeur québécois actuellement dans la Ligue nationale de hockey, de l’équipe olympique canadienne à Sotchi.

Tous les quatre ans, les journalistes sportifs d’ici, tout comme une multitude d’amateurs de hockey, se plaignent du petit nombre de joueurs de notre nation, le Québec, au sein de l’équipe masculine du Canada aux Jeux olympiques.

 

Encore cette fois-ci, on s’est indigné de l’absence de très bons joueurs de chez nous dans la formation de Team Canada, à commencer par le vétéran Martin St-Louis, le meilleur pointeur québécois actuellement dans la Ligue nationale de hockey (LNH), qui a déjà gagné le championnat des marqueurs à deux reprises. St-Louis a été récupéré in extremis le 6 février, pour remplacer un joueur blessé.

 

Sur les 25 porte-couleurs du Canada aux Jeux de Sotchi, on ne dénombre que quatre hockeyeurs québécois : outre St-Louis, on compte l’attaquant Patrice Bergeron, le défenseur Marc-Édouard Vlasic et le gardien de but Roberto Luongo. On compte aussi un Franco-Manitobain, Jonathan Toews. Pourtant, les joueurs québécois dans la LNH sont assez nombreux pour former, à eux seuls, une équipe solide, talentueuse et combative. Dans l’encadré qui accompagne ce texte, vous trouverez une liste de 40 Québécois qui pourraient porter les couleurs du fleurdelisé dans notre équipe nationale et dont nous pourrions être fiers.

 

L’équipe du Québec, pays de hockey, se classerait parmi les meilleures au monde. Quiconque examine la situation sans préjugés, objectivement et honnêtement, ne peut qu’en convenir.


Dans le Top 100

 

La saison passée, 10 Québécois se sont classés dans le Top 100 des meilleurs pointeurs de la LNH. Ce pourcentage de 10 % est un très bon pointage, supérieur au pourcentage des Québécois qui ont joué au moins un match dans la Ligue nationale, soit 7 % des joueurs de la meilleure ligue de hockey au monde. Le Québec s’est classé au 3e rang des nations quant au nombre des joueurs dans la LNH, soit 65, après le Canada et les États-Unis et devant la Suède.

 

De surcroît, plusieurs beaux espoirs québécois patineront dans la Grande Ligue d’ici quelque temps. Lors du dernier repêchage annuel en juin 2013, un total de 24 jeunes Québécois ont été choisis par des clubs de la Ligue nationale. Cinq d’entre eux ont été repêchés en première ronde et six en deuxième ronde, la meilleure cuvée depuis 15 ans.

 

Parmi les meilleurs espoirs des derniers repêchages, on doit mentionner le jeune Anglo-Québécois Michael Matheson, ainsi que les Jonathan Drouin, Samuel Morin, Anthony Mantha, Frédéric Gauthier, Émile Poirier, Anthony Duclair et un espoir du Bleu-Blanc-Rouge de Montréal, le gardien de but Zachary Fucale.

 

Le classement mondial

 

Selon le dernier classement annuel de la Fédération internationale de hockey sur glace (FIHG), la Suède, un pays de neuf millions d’habitants, occupe maintenant le premier rang devant la Finlande, la Russie, la République tchèque, le Canada — berceau du hockey — et les États-Unis. La Fédération établit son classement en fonction des résultats obtenus lors des quatre derniers Championnats du monde de hockey et lors des derniers Jeux olympiques.

 

Il serait fort intéressant de voir quel rang occuperait le Québec dans ce classement mondial.

 

Nous ne pourrons le savoir que lorsque notre nation, qui compte plus de huit millions d’habitants, sera enfin devenue un pays, comme près de 200 pays dans le monde.


Un peuple sans équipe

 

Lors des Jeux de Vancouver en février 2010, un journaliste sportif de renom, Martin Leclerc, aujourd’hui à Radio-Canada, avait écrit un texte magnifique, coiffé du titre « Notre équipe de hockey n’existe pas ». «Il n’y a qu’un peuple de hockeyeurs qui n’est pas représenté par son équipe aux Jeux olympiques et c’est le nôtre, disait-il. Nous produisons autant de grands joueurs que n’importe qui et l’équipe du Québec pourrait aspirer à une médaille olympique au même titre que les autres. Pourtant, au lieu d’applaudir les nôtres et de nous ranger derrière eux, nous regardons jouer l’équipe du Canada anglais. »

 

Bien sûr, il s’en trouvera parmi les nôtres pour dire que nous ne sommes pas assez bons… Quand on se croit nés pour un petit pain, on compte bien souvent dans ses propres buts, hélas.

 

Malgré tout, montrons-nous beaux joueurs cette fois-ci et souhaitons une médaille d’or à Team Canada !

27 commentaires
  • Pierre Lefebvre - Inscrit 12 février 2014 05 h 28

    Détail

    Y a comme un détail presque insignifiant qui apparait juste un petit peu, juste une petite phrase, dans votre vision et vos espoirs. Les participants aux Olympiques sont des pays ! Donc la réponse rapide à votre question «À quand l'équipe québécoise ?» Quand le Québec sera un pays !

    Mais déjà, j'ai eu le plaisir d'apercevoir un drapeau du Québec dans la foule aux Olympiques. Ça m'a fait un petit velours.

    PL

    • Luciano Buono - Abonné 12 février 2014 07 h 44

      L'Ecosse et le Pays de Galles ont leur propre equipe dans plusieurs tournois internationaux (rugby, soccer). A ce que je sache, ce ne sont pas des pays, pourquoi ne serait-ce pas la meme chose avec le Quebec?

    • Sylvain Auclair - Abonné 12 février 2014 08 h 42

      Mais ni l'Écosse ni le Pays de Galles ne participent aux Olympiques. Ni la Bavière, ni la Californie, ni...

    • Marko Werger - Inscrit 12 février 2014 08 h 59

      No, cher PL, la réponse est d'inclure TOUS pour pouvoir réaliser votre rêve.

      La séparation n'est pas la solution : partager et inclure sont les seules solutions que vous avez.

    • Djosef Bouteu - Inscrit 12 février 2014 16 h 02

      Déjà, le Royaume-Uni respecte les nations constituantes en ne censurant pas la nationalité des athlètes. Le Pays de Galles et son drapeau a droit de cité.

      Le fédéral y va souvent de formules creuses comme ''Les Québécois peuvent se dire Canadiens ou Québécois dans l'ordre qu'ils le souhaitent'', mais jamais le Canada n'autorise les athlètes Québécois à porter les couleurs de notre nation. On a qu'à se rappeller le flot de haine qui se dévera sur Jean-Luc Brassard pour avoir osé monter sur le podium avec le fleurdelysé.

      M. Werger, les olympiques sont une compétition entre nations et le Québec peut légitimement s'y représenter.
      Votre argument peut être retourné en disant aux Canadiens de ''partager et d'inclure'' en tant qu'Étatsuniens et de disparaître de la scène internationale au profit de son voisin.

    • Djosef Bouteu - Inscrit 12 février 2014 16 h 04

      J'ajoute que l'indépendance du Québec est une solution. Que vous soyez contre ne la fait pas disparaître des options disponibles pour une meilleure représentativité du Québec sur la scène internationale.

    • Willie Gagnon - Abonné 12 février 2014 17 h 24

      Contrairement au Québec, Aruba (Pays-Bas), les Bermudes (R.-U.), le Taipei chinois, Guam (É.-U.), Hong Kong (Chine), les Îles Caïmans (R.-U.), les Îles Cook (Nouvelle-Zélande), les Îles Vierges britanniques, les Îles Vierges (É.-U.), la Palestine, Porto Rico (É.-U.) et les Samoa américaines NE sont PAS des États indépendants ET ont tous un Comité national olympique (CNO)… donc, PEUVENT tous participer aux Jeux olympiques.

      Voir le CIO : http://www.olympic.org/fr/comites-nationaux-olympi

      Voir l’ONU : http://www.un.org/fr/members/

      Voir la carte : https://maps.google.com/maps/ms?msid=205678960320859690198.00044b11a766b267be148&msa=0

    • Vincent Beaucher - Abonné 12 février 2014 23 h 46

      @Willie Gagnon

      On peut jouer avec les mots, mais même si je le désirerais, aucun de ces états n'a le statut de "simple" province dans un pays bel et bien constitué. Une recherche rapide sur Wikipedia nous le confirme assez facilement...

    • Stefan Allinger - Inscrit 13 février 2014 11 h 38

      12 équipes nationales participent aux jeux sans être des pays. Le Québec peut!

  • André Fournier - Inscrit 12 février 2014 07 h 54

    Équipe Québec

    Et oui, les olympiques accueillent des pays. Et encore, il faudrait que les joueurs dont parle l'auteur se déclarent des "québécois" avec une preuve de citoyenneté, ce qui n'est pas aussitôt évident! Et surtout, sachant fort bien que les impôts sur le revenu des athlètes de ce nouveau pays seraient déjà plus élevées!

  • Gilles Théberge - Abonné 12 février 2014 08 h 08

    Déjà que...

    Que la majorité des médailles parlent français. La plupart des Québécois qui jouent à l'étranger occupent une place de choix dans leurs équipes respectives. Le Québec aurait d'excellentes chances d'être sur le podium.

  • François Dugal - Inscrit 12 février 2014 08 h 12

    L'ancien temps

    Dans l'ancien temps de la "NHL" raciste et xénophobe à six équipes, les joueurs francophones jouaient pour le CH; c'était notre équipe nationale.
    Plus souvent qu'autrement, nous gagnions.
    C'était l'ancien temps, mon temps.

    • Marko Werger - Inscrit 12 février 2014 08 h 53

      Exactement ! Votre temps, pas le nôtre ! Avant de parler de racisme et xénophobie, relisez vos commentaires et vous y trouverez tout ce dont vous accusez les autres...

    • François Dugal - Inscrit 12 février 2014 10 h 30

      Monsieur Werger, je ne sais ou vous étiez pendant la décennie des années cinquante, mais l'attitude du Canada-anglais envers les francophones canadiens était raciste et xénophobe.
      Ceux qui ont connu "l'ancien temps" en savent quelque chose.

  • Colette Pagé - Inscrite 12 février 2014 09 h 08

    Québec sait faire !

    Si le Québec était un pays il occuperait le 3ème rang parmi les pays participants. De quoi ëtre fier !