Pour une candidature d'Anticosti à l’UNESCO

La candidature de l’île d’Anticosti au titre de patrimoine mondial de l’UNESCO ne fait pas bon ménage avec les prérogatives du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), qui défend bec et ongles les intérêts de sa « clientèle », l’industrie forestière.

Comme le rapportait Le Devoir il y a quelques jours, le MFFP a rendu non pas un mais deux avis défavorables à la création d’une bande de protection du rivage de l’île qui recèle un patrimoine géologique et paléontologique dont la valeur universelle et exceptionnelle est mondialement reconnue, selon le comité de pilotage du dossier de candidature à l’UNESCO. Cette candidature, un projet issu du gouvernement Couillard, est appuyée par le gouvernement fédéral qui seul pourra la présenter à l’organisme de l’ONU.

Le MFFP, qui ne semble guère se soucier de l’opinion des 200 insulaires et du maire de L’Île-d’Anticosti, John Pineault, a d’abord refusé que soit créée une zone tampon de deux kilomètres puis a rejeté une bande de protection de un kilomètre. Sans zone de protection, c’en est fini de la candidature à l’UNESCO.

L’intérêt du littoral d’Anticosti réside dans la présence de sites fossilifères de qualité exceptionnelle datant de 445 millions d’années, témoignage de la première extinction massive de vie animale à l’échelle mondiale, selon les scientifiques associés à la candidature. En outre, on retrouve tout le long de la côte d’Anticosti des vestiges de la présence autochtone qui peuvent dater de 3500 ans.

L’UNESCO a déjà reconnu comme patrimoine mondial un site au Québec en raison de son grand intérêt paléontologique. Il s’agit du parc national de Miguasha sur la côte sud-ouest de la péninsule gaspésienne. Ce parc de 87 hectares, où on retrouve des poissons fossiles de 370 millions d’années dans un état exceptionnel, bénéficie de la protection que lui confère le statut de parc de conservation, ce que lui a accordé, par décret en 1985, le gouvernement québécois. Afin de renforcer cette protection, un territoire limitrophe de 775 hectares a ensuite été désigné réserve d’État. Pour accorder le statut de patrimoine mondial à un site, l’UNESCO insiste sur la mise en place de mesures de protection les plus strictes.

Le maire d’Anticosti se bat pour que la municipalité figure au patrimoine mondial de l’UNESCO parce qu’il croit que cette désignation, en stimulant le tourisme, contribuera à la relance de l’île et à la survie de la communauté. John Pineault fait valoir que la zone tampon n’empêcherait pas la poursuite des activités de chasse, ce qui semble une préoccupation accessoire du ministère, et ne mettrait pas un terme à l’exploitation forestière sur l’île. Il faut comprendre qu’Anticosti est un territoire immense équivalent en superficie à la Corse ou à 18 fois l’île de Montréal ; il s’étend en longueur sur une distance égale à celle qui sépare Québec de Montréal. Soulignons que, pour leur gagne-pain, les Anticostiens comptent bien davantage sur la chasse et la pêche, et leur corollaire, le tourisme, que sur les coupes à blanc.

En dépit des bâtons dans les roues que s’évertue à mettre le MFFP, le premier ministre François Legault a affirmé que son gouvernement appuyait le projet de candidature d’Anticosti auprès de l’UNESCO. Il faut maintenant qu’il joigne le geste à la parole.

En outre, le gouvernement Legault devra nous dire ce qu’il advient de la création de trois réserves de biodiversité sur l’île d’Anticosti, un projet annoncé par le gouvernement Couillard qui ferait passer de quelque 8 % à 22 % la surface protégée de l’île. La délimitation des trois réserves est déjà arrêtée ; il ne manque plus que le décret ministériel.

Cet agrandissement des aires protégées sur Anticosti, auquel s’ajouterait la zone de protection liée à la désignation au patrimoine mondial d’une partie de l’île, s’inscrit dans l’engagement de l’État québécois de porter d’ici 2020 la superficie des écosystèmes terrestres protégés à 17 % du territoire. Ce pourcentage n’est que de 10 % à l’heure actuelle. C’est donc dire tout le chemin qu’il reste à faire en peu de temps.

C’est une autre dimension, et non pas la plus visible, de la responsabilité que doit assumer l’État québécois en matière de protection de l’environnement. Espérons que le gouvernement Legault n’accusera pas la même incohérence au regard des aires protégées, essentielles au maintien de la biodiversité, qu’il a montrée jusqu’ici relativement à la réduction des gaz à effet de serre. À cet égard, un gouvernement dont le ministre de l’Environnement se pose en promoteur d’un mégaprojet d’exportation de gaz naturel liquéfié est suspect.

Dans ce contexte, François Legault ne peut laisser les seuls intérêts des forestières, que défend avec zèle le MFFP, dicter le sort qui sera réservé à la candidature d’Anticosti. Son succès est entre les mains du premier ministre.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

9 commentaires
  • Brigitte Garneau - Abonnée 21 octobre 2019 07 h 18

    Tant que l'économie passera devant l'environnement...

    Nous devrons, je crois, nous contenter des miettes, s'il en reste. Avec le gouvernement Legault, l'économie passe avant l'environnement. Tirez-en vos propres conclusions...

  • Bernard Terreault - Abonné 21 octobre 2019 08 h 22

    Oui, mais

    Formidable si le site était retenu, pour sa valeur naturelle incontestable. Mais je ne crois pas à l'argument économique du tourisme. Avec son climat, son isolement, ça ne deviendra jamais une destination touristique populaire et payante. Et tant mieux pour les rares amateurs d'authenticité, d'isolement, de tranquillité et de plein air, sans écouteurs sur les oreilles, sans Tim Horton, sans...

  • Pierre Rousseau - Abonné 21 octobre 2019 08 h 54

    Allez voir ailleurs !

    On semble croire que l'île d'Anticosti peut soutenir l'industrie forestière à perpétuité alors que la ressource est épuisable. On dit que l'île est grande et qu'il n'y a pas de problème. Or, allez voir l'île de Vancouver qui est beaucoup plus grande mais dont la forêt ancienne a disparu presque totalement maintenant. S'il est vrai que l'île de Vancouver est plus accessible et comporte des zones urbaines, il n'en reste pas moins que sa richesse était la forêt ancienne et malgré sa grandeur, les industriels ont réussi à « récolter » la plus grande partie de cette forêt avec des coupes à blanc. Il ne reste que quelques petites zones de forêts anciennes qui sont tellement impressionnantes pour leur valeur culturelle et environnementale mais ces zones font encore l'objet de coupes à blanc avec la bénédiction du NPD de Colombie-Britannique (avec l'appui des Verts).

    Alors si on croit que l'île d'Anticosti n'est pas menacée, on se trompe et il serait très facile pour les barons de l'industrie forestière d'en faire une vaste coupe à blanc. Ils pensent peut-être qu'un club de golf attirerait plus de touristes...

  • Bertrand Lemay - Abonné 21 octobre 2019 10 h 37

    Anticosti....

    Farançois Legault sera-t-il le Bolsenaro du Québec ???

  • Denis Paquette - Abonné 21 octobre 2019 12 h 28

    je crois qu'il serait dommage de ne pas en faire un sanctuaire archéologique

    faut il en faire une île Unesco ou une réserve qui avec les années est devenu essentiellement commercialle