Préservons la diversité

Le marché Jean-Talon couve une crise existentielle d’une surprenante intensité. Régime de terreur, poursuites au civil, enquête criminelle, menaces, saccage, vandalisme et risque de mise en tutelle. On se croirait aux mauvais jours de la commission Charbonneau. Comment sortir de ce marasme sans altérer la saveur de ce marché unique en Amérique du Nord ?

Il s’est dit bien des choses sur le marché Jean-Talon. Les uns déplorent qu’il ait perdu son âme en raison de la présence accrue des touristes et d’un déséquilibre entre les producteurs locaux et les revendeurs. Les autres pestent contre les aménagements urbains qui ont accru la complexité du stationnement aux abords du marché. D’aucuns font une fixation sur la vente de bananes et autres fruits exotiques par les revendeurs. Dans une nostalgie du retour aux sources, ils en appellent à une transformation du marché axée sur la vente des produits locaux.

Le marché Jean-Talon n’a pas à souffrir de cette dichotomie entre les revendeurs et les producteurs locaux. Il y a de la place pour les deux, pour autant qu’une place prépondérante soit accordée aux produits du Québec. L’étiquetage sur la provenance des produits serait utile, mais ce n’est pas en déclarant la guerre aux revendeurs que les producteurs locaux s’en porteront mieux. Encore faudrait-il comprendre que leurs difficultés sont en partie attribuables à un manque de relève en agriculture et à la préférence des agriculteurs pour la vente en gros. Bon nombre d’entre eux ne se donnent même plus la peine de fréquenter les marchés publics.

Certes, des améliorations sont possibles, ne serait-ce que pour faciliter la vie des restaurateurs qui s’approvisionnent au marché, et pour mieux encadrer la prolifération des kiosques de restauration qui sont de plus en plus présents d’une année à l’autre. Il y a lieu de se rappeler cependant que la plus grande richesse du marché Jean-Talon est sa diversité. Diversité des produits offerts, des expériences gastronomiques, de la qualité et des prix. Il faut qu’il y en ait pour tout le monde dans un marché public.

Il faut aussi garder à l’esprit que le marché n’appartient pas exclusivement aux citoyens de l’arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie. À l’instar du Jardin botanique, c’est un actif régional, pour ne pas dire national. Il doit satisfaire à la fois aux attentes des citoyens qui y font leurs emplettes quotidiennes et à celles des visiteurs de passage.

 
 

Le retour à l’harmonie sera impossible sans une profonde remise en question de la gouvernance au sein de la Corporation de gestion des marchés publics de Montréal (CGMPM), un organisme à but non lucratif qui gère les 15 marchés de la métropole. En août, les administrateurs ont démissionné en bloc par crainte de subir des représailles. Ce sentiment d’insécurité est fondé. Cet été, le président démissionnaire du conseil, Nicolas Villeneuve, a essuyé des actes de vandalisme dans son verger. Plus de 300 pommiers ont été saccagés, et quelqu’un est entré par effraction dans son domicile. Une enquête policière est en cours.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) enquête également sur des allégations de revente d’espaces et de sous-location des baux à l’insu de la CGMPM. Ces pratiques inacceptables ont été exposées dans le rapport d’enquête du Contrôleur de la Ville de Montréal, Alain Bond, qui fait état d’une perte de contrôle et de lacunes dans la gestion au sein de la Corporation. Les locataires agissent comme si les emplacements leur appartenaient. La Corporation n’arrive même pas à savoir combien de kiosques sont loués, ni à combien s’élèvent les revenus de location.

La Ville de Montréal songe maintenant à reprendre la gestion des marchés publics si un conseil d’administration n’est pas formé rapidement. Ce scénario est loin d’être idéal. L’administration Plante devrait se concentrer sur l’accompagnement de la CGMPM, afin qu’elle se dote de règles de gouvernance exemplaires et qu’elle soit outillée pour mettre fin au marchandage des espaces en catimini.

Le responsable de l’habitation et du développement au sein du comité exécutif, Robert Beaudry, veut aller beaucoup plus loin. Il juge que les revendeurs n’ont pas leur place dans les marchés publics. Il rêve d’un marché idéal accueillant davantage de maraîchers. « Il n’y a pas d’adéquation entre la mission des marchés et ce que la Ville souhaite offrir à la population », dit-il.

Son souhait d’encourager la production locale est noble, mais M. Beaudry n’a pas à se faire l’arbitre des choix des clients. L’administration Plante ne devrait pas profiter de la position de faiblesse et de la désorganisation de la Corporation pour décider elle-même qui a droit de cité au marché Jean-Talon. Tout au plus devrait-elle encourager la saine gouvernance, la diversité et l’équité entre les commerçants.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

7 commentaires
  • Jean Lacoursière - Abonné 9 septembre 2019 07 h 58

    Lieu de revente = actif national ?

    B. Myles écrit :

    « Le marché Jean-Talon n’a pas à souffrir de cette dichotomie entre les revendeurs et les producteurs locaux. Il y a de la place pour les deux, pour autant qu’une place prépondérante soit accordée aux produits du Québec. »

    Mmouais..., ça commence à ressembler à un IGA ou à un Métro, çà.

    Il poursuit plus loin :

    « À l’instar du Jardin botanique, c’est [le marché Jean-Talon] un actif régional, pour ne pas dire national. »

    Un endroit ayant beaucoup de revendeurs, et pas nécessairement de produits du Québec, serait un « actif national » ?

    Hé ben.

  • Diane Veilleux - Inscrite 9 septembre 2019 09 h 53

    Marché Jean-Talon

    "Il faut aussi garder à l’esprit que le marché n’appartient pas exclusivement aux citoyens de l’arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie. "
    Je veux bien, mais faudrait-il qu'il soit réellement accessible. J'habite à quelques coins de rues du Marché Jean-Talon et ce depuis quelque 25 ans. Au cours des années l'accès s'est dégradé et cette dégradation s'est accentuée avec l'arrivée au pouvoir de Projet Montréal. Pendant de nombreuses années j'y faisais une bonne partie des achats d'épicerie; la viande à la Boucherie du Marché, les fromages chez Hamel, le pain et les viennoiseries chez Premère moisson, fruits, légumes, oeufs aux étales, etc. Au bout du compte, 5 ou 6 sacs d'épicerie bien remplis, et ce semaine après semaine, sans compter la bouffe de mes 2 chiens. Aujourd'hui, je n'y mets plus les pieds, Avec le temps, le stationnement devenant de plus en plus difficile j'ai rédut la fréquence de mes visites et depuis 2 ou 3 ans j'ai complètement cessé d'y aller c'est devenu trop compliqué surtout depuis que les chiens n'y sont plus permis, Vous croyez vraiment que je vais laisser mon bouvier bernois, ou mon lévrier irlandais attaché à l'entrée du marché, sans surveillance? Non. je vais sauter dans ma voiture et aller chez Métro.
    Merci Project Montréal, vous avwz réussi à faire fuire les habitants du quartier. Avez vous remarqué que les chateaux-forts de Projet Montréal sont souvent les arrondissements ayant été balayés par une vague de "gentrification" ....

    • Francis Bélanger - Abonné 9 septembre 2019 11 h 15

      Le problème, ce sont ces gens qui prennent leur voiture pour se déplacer à quelques coins de rue.

    • Francis Bélanger - Abonné 9 septembre 2019 11 h 16

      « depuis 2 ou 3 ans j'ai complètement cessé d'y aller (...) Merci Project Montréal ».

      Projet Montréal a été élu il n'y a pas encore deux ans... le parti n'est pas responsable de votre propre paresse à vous rendre au Marché Jean-Talon situé à quelques coins de rue de chez vous.

    • Simon Grenier - Abonné 9 septembre 2019 13 h 04

      Ben voilà, un marché public n'est pas une épicerie - mieux décrite en France comme étant un "supermarché". On va au marché tous les jours, en chemin vers la maison, pour acheter une baguette et trois poivrons ou encore, deux fraises et un steak. On va à l'épicerie une fois par semaine, avec toute sa capacité de cargaison, pour le plein de bouffe et remplir les armoires. Avez-vous déjà remarqué qu'il n'y a pas d'énormes paniers à emplettes dans les marchés publics, qu'il n'y a pas de place dans les allées pour que chaque client soit surchargé de sacs? Ce n'est pas un lieu conçu pour ça! Si on veut aller au Club Price (pour trahir mon âge!), on va au Club Price. Si on veut aller au marché, on va au marché.
      C'est un lieu où on achète peu, lentement car il faut jaser à chaque kiosque, et souvent. C'est peut-être ça qu'on a oublié dans les dernières années.

  • Simon Grenier - Abonné 9 septembre 2019 12 h 57

    Il me semble que le premier pas à faire serait de cesser de considérer les marchés publics comme des machines à cash, et pourquoi pas de les intégrer au giron de la Ville en abolissant l'étrange entité morale qui les gérait jusqu'ici. Si la gestion d'un marché public est plus complexe que celle d'une piscine publique, il n'y en pas 50, des marchés. Et des contrats, la Ville est très bien équipée pour en gérer. Après tout, l'expérience des camions de bouffe semble assez positive aux yeux de l'ensemble des intervenants, on est bien capable de reproduire la chose dans la présente situation.

    On parle de tables, de lignes de peinture sur l'asphalte et de caisses de légumes, quand même.

  • Diane Veilleux - Inscrite 9 septembre 2019 19 h 05

    Marché Jean-Talon

    Mes grands parents étaient producteur maraîchés et je sais reconnaître des aliments de qualité, et pour moi elle passe avant la quantité.
    C'était la principale raison de mon choix de m'aprovisionner au marché, en viandes, poissons, oeufs, pains, fromages, fruits et légumes, plutôt qu'à l'épicerie. En passant, pour Francis Bélanger : le marché est situé dans l'arrondissement Rosemont La Pette Patrie, et François Croteau, de Projet Montréal en est le maire depuis 2012 (et non 2 ans). De plus, quand t'auras autant de millage au compteur de ta vie que j'en ai, peut être prendras tu ta voiture pour charrier tes achats et le sac de 15 kg de bouffe pour ton chien.