Sous le ciel de M. Xi

Semaine diplomatique singulièrement chargée pour Barack Obama. Après avoir reçu le pape François, qui prend la parole jeudi matin, avant de partir pour New York, devant les membres du Congrès réunis en session conjointe, M. Obama accueille en fin de journée le président chinois, Xi Jinping. Washington aura reçu la « rock star » papale avec affabilité, sinon même avec une certaine ferveur. Il en ira autrement avec le président Xi, étant donné le caractère naturellement tendu des relations sino-américaines.

Encore que les États-Unis et la Chine ne savent que trop bien qu’ils n’ont pas intérêt, au fond, à laisser leurs rivalités géopolitiques mettre à mal leurs relations commerciales, tant ces dernières sont essentielles au fonctionnement et à la croissance de leurs économies respectives. Il n’est donc pas anodin qu’avant de débarquer à Washington, M. Xi soit allé visiter à Everett, dans l’État de Washington, les usines de l’avionneur Boeing, dont « China inc. » est un client capital. Dans la même veine, il est de bon augure, à défaut d’être décisif, que les deux grandes puissances mondiales se soient entendues, à l’horizon du sommet de Paris sur l’environnement qui aura lieu en décembre, pour plafonner leurs émissions de gaz à effet de serre.

Il se trouve malgré tout que les relations politiques sino-américaines sont entrées dans une phase plutôt périlleuse depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping en 2013. L’homme de 62 ans est plus volontaire que le furent ses prédécesseurs. À l’intérieur, il a tôt fait de concentrer le pouvoir autour de sa présidence quasi impériale, prenant le contrôle des principaux comités du Parti communiste et reléguant son premier ministre à un rôle de subalterne. Il a lancé une campagne anticorruption dont il est clair qu’elle vise spécialement à intimider et à museler ses adversaires, pendant qu’en parallèle, la répression des voix indépendantes et des défenseurs des droits de la personne s’est accentuée.

Dans ses relations avec les États-Unis, certains disent le président Xi « obsédé » par leurs rivalités stratégiques. Une fixation que Washington ne se prive pas d’entretenir avec ses politiques d’endiguement de l’influence chinoise en Asie. La Maison-Blanche se dit surtout agacée, dans le moment, par les activités chinoises de cyberespionnage, qui auraient pris des proportions sans précédent. La pugnacité avec laquelle Pékin renforce ses capacités militaires en mer de Chine n’arrangera rien.

Xi Jinping tient la présidence jusqu’en 2023. Le ralentissement économique et la récente déconfiture boursière de la Chine l’ont peut-être vulnérabilisé, mais rien n’indique que son leadership soit menacé. M. Xi est le produit d’un régime opaque avec lequel le monde devra longtemps composer.

1 commentaire
  • Richard Bérubé - Inscrit 24 septembre 2015 06 h 02

    La Pax Américana!

    La gouvernance américaine n'apprécie absolument pas l'adversité, particuliairement le rejet de ses politiques étrangère, et finançière. Considèrant que la Chine et la Russie ont signé des pactes économiques, et adopté le Yuan comme devise de commerce tout en délaissant le dollar américain, les USA se sentent menacés dans ses fondements. En établissant l'Otan dans le cercle d'influence de la Chine tel le Japon, la Corée du Sud, elle provoque la réaction de la Chine qui modernise son appareil militaire. Le fait que le Japon considère de modifier sa constitution afin de tansformer son armée de défence en armée capable d'effectuer des guerres à l'extérieur de son territoire, doit probablement chatouiller la sensibilité des chinois. De plus le FMI et la Banque Mondiale caresseraient tous les deux la possibilité que l'Ukraine tombe en défaut de paiements de sa dette de 3 milliards qu'elle a avec la Russie, et qui est dûe à la fin de 2015 doit probablement irriter la China qui pour sa part détient un montant record de dettes américaines. De telles actions par ces deux organisations mondiales de la finance iraient totalement à l'inverse de leurs rêglements....car les dettes entre pays sont sacrées et ne peuvent être réduites unilatéralement....