Ma liste au père Noël

Vous avez bien lu. Noël. Je fais partie de celles et ceux qui, à peine les feuilles tombées des arbres, prennent un plaisir fou à organiser le temps des Fêtes. Plus que huit semaines avant cette période magique de l’année. Et puisque l’édition 2020 s’est déroulée davantage sous le signe des consignes sanitaires que sous celui de la magie, peut-être ressentez-vous comme moi ce désir ardent de procéder à une forme de rattrapage et de rêver à un Noël 2021 digne de passer à l’histoire… familiale ? Mais attention : la soif de festivités parfaites peut entraîner des dangers pour vos finances personnelles.

Si vous avez déjà un budget de caisse, vous savez que décembre est l’un des mois qui exigent le plus de liquidités. Vous devriez donc avoir déjà en banque l’épargne requise pour vos dépenses du temps des Fêtes. « Fêter maintenant et payer plus tard » est une très mauvaise habitude.

Par ailleurs, avez-vous déjà réellement fait l’exercice de préparer un budget de Noël ? Les résultats sont surprenants, et j’ai observé dans ma pratique que la majorité des ménages ne tiennent pas vraiment compte de celui-ci dans leur budget annuel. Cette pratique sera encore plus pertinente cette année, car si vous aimez recevoir et remplir la maisonnée, la hausse du coût de l’épicerie pourrait vous inciter à revoir votre menu.

Par ailleurs, différentes données démontrent que les ménages canadiens sont actuellement dans une situation paradoxale. D’une part, on dit qu’ils n’auraient jamais eu autant d’épargne disponible à la suite de la baisse de leur consommation pendant la pandémie et grâce aux généreux programmes de soutien gouvernementaux. D’autre part, on prétend qu’ils ont atteint un niveau d’endettement record, notamment à cause de l’augmentation de leur dette hypothécaire.

La hausse des taux

Or, l’annonce cette semaine de la banque centrale du Canada concernant le maintien du taux directeur à 0,25 % était également accompagnée d’indications importantes : la hausse des taux surviendra plus vite que prévu (au printemps 2022) et l’inflation n’est maintenant plus considérée comme temporaire. En termes clairs, cela signifie que le réveillon coûtera vraiment plus cher cette année et que des Fêtes payées par carte de crédit pourraient faire mal à plusieurs ménages. Étant donné la ruée vers l’immobilier qui a marqué 2020, le tout dans un contexte de taux hypothécaires très faibles, ces énoncés de la Banque du Canada accentuent la précarité financière potentielle et exigeront des choix difficiles pour certains.

Je nous souhaite donc tous une liste au père Noël différente cette année, sans excès de consommation. Il ne sera pas facile de concilier ce désir de célébration avec la prudence financière dont nous devrions faire preuve dans le contexte économique actuel. Mais j’ose espérer que vous vous offrirez le cadeau d’investir maintenant — ou, dans certains cas, de rembourser vos dettes — ce qui reste de vos épargnes COVID plutôt que de le dépenser pour tenter d’avoir un Noël parfait.

Festif, mais raisonnable

Quelle chronique rabat-joie, me direz-vous ! Je crois qu’il est possible pour tout le monde de s’offrir un temps des Fêtes festif tout en restant financièrement raisonnable, et je vous offre ainsi quelques idées en cadeau.

Si ce n’est déjà fait, dressez votre budget des Fêtes. Quelles sont les sommes disponibles et comment souhaitez-vous les dépenser ? Ce budget doit être respecté ; la ligne entre soif de festivités et dépenses irrationnelles est si mince !

Préparez dès maintenant la liste de votre menu des Fêtes. Cuisiner soi-même est déjà une source d’économies. Profitez des soldes lors de vos courses hebdomadaires. Évitez les dépenses impulsives de dernière minute.

Rappelez-vous que ce que vous voyez dans les médias sociaux ne représente pas la réalité. Votre réveillon peut être amusant et délicieux même s’il n’est pas digne d’Instagram ou de Pinterest !

Priorisez la qualité plutôt que la quantité, l’achat local, et offrez la culture en cadeau. Vos beaux souvenirs du temps des Fêtes sont probablement davantage reliés aux beignes de grand-maman qu’aux cadeaux que vous avez reçus… J’enlève ici mon chapeau de planificatrice financière et je vous offre cette idée toute simple : au lieu du traditionnel échange de cadeaux, pourquoi ne pas vous offrir un échange de témoignages ? Chacun pige un nom et a pour mission d’offrir par écrit ou verbalement un court éloge en guise de cadeau. Souvenirs heureux, malaises et fous rires garantis !

Vous êtes grands-parents et souhaitez gâter vos enfants et petits-enfants ? Le plus beau des cadeaux que vous pourriez offrir est le Régime enregistré d’épargne-études (REEE). Il ne se déballe peut-être pas sous le sapin, mais il sera véritablement utile afin de sécuriser les finances de votre descendance.

Enfin, expliquez aux enfants que cette année le père Noël est débordé à cause de la pénurie de lutins et des difficultés d’approvisionnement. Conséquemment, ils doivent s’attendre à recevoir moins de cadeaux. Chez moi, la stratégie a fonctionné, ce qui n’a rien enlevé au plaisir de mes enfants de rédiger leur lettre au père Noël.

À voir en vidéo