Une inflation bien ancrée

La lecture des banques centrales qui qualifie de transitoire et de temporaire la poussée inflationniste au-delà des cibles officielles trouve une résonance dans les attentes des entreprises et des consommateurs canadiens.

Encore au début octobre, les économistes du Fonds monétaire international s’en tenaient au scénario d’une inflation demeurant soutenue au cours des prochains mois pour revenir à ses niveaux antérieurs à la pandémie à la mi-2022. Mais « une question cruciale est celle de la combinaison d’événements qui pourrait entraîner une accélération persistante de l’inflation », ont-ils ajouté, mentionnant « un possible “désancrage” des anticipations qui favoriserait la formation d’une spirale haussière des prix ».

Cette potentialité ne se reflète pas dans les récentes attentes des entreprises et des consommateurs canadiens. Et si le contexte de pénurie de main-d’œuvre se veut favorable à une pression haussière sur la rémunération, les consommateurs estiment ne pas détenir un pouvoir de négociation capable de nourrir une spirale salaire-prix.

Dans l’enquête menée par la Banque du Canada sur les perspectives des entreprises lors du troisième trimestre de 2021, ces dernières font grand état des perturbations des chaînes d’approvisionnement et de la difficulté de recruter, voire de retenir leurs travailleurs, ainsi que de l’impact de ces goulets sur leurs ventes et la structure de leurs coûts. La pression risque de demeurer soutenue, avec plus de 40 % des consommateurs disant avoir épargné plus qu’à l’habitude pendant la pandémie et prévoyant de dépenser environ le tiers de cette épargne d’ici la fin de 2022, contre 10 % en 2021. Or, une proportion anormalement élevée d’entreprises auraient des difficultés à répondre à une augmentation inattendue de la demande.

Un nombre croissant d’entreprises envisagent ainsi d’augmenter les salaires. S’ajoute la progression encore forte des prix des intrants et des extrants, quoique à un rythme ne devant pas s’accélérer. Les entreprises entendent donc continuer à répercuter sur les consommateurs la hausse des coûts de main-d’œuvre et des autres intrants.

Leurs attentes d’inflation sont ainsi en hausse, et elles soulignent les perturbations des chaînes d’approvisionnement, les mesures de relance budgétaire et monétaire ainsi que les hausses récentes des prix des aliments et de l’énergie. Or, « la majorité de celles qui anticipent un taux d’inflation supérieur à 2 % croient que les facteurs responsables d’une inflation plus forte sont temporaires », souligne l’enquête.

Dans son enquête sur les attentes des consommateurs lors du troisième trimestre de 2021, la Banque du Canada retient également que l’inflation sera plus élevée à court terme en raison des problèmes d’offre, mais que cela ne s’inscrira pas dans la durée. « La plupart des répondants s’attendent à ce que, à moyen terme, l’inflation se maintienne à l’intérieur ou juste au-dessus de la fourchette cible de maîtrise de l’inflation visée par la Banque », qui va de 1 à 3 %… Les entrevues de suivi permettent de penser que l’inflation va ralentir lorsque la pandémie prendra fin et que les problèmes d’offre seront temporaires. Bref, « les attentes d’inflation demeurent bien ancrées ».

Ce faisant, les attentes de croissance salariale demeurent modérées. Parmi les raisons évoquées : des augmentations salariales convenues précédemment dans les conventions collectives, un faible pouvoir de négociation, une incertitude élevée quant aux conditions du marché du travail, une plus grande importance accordée à l’équilibre travail-vie personnelle.

Et ces attentes varient selon les groupes démographiques. Elles sont en hausse pour atteindre un sommet chez les personnes moins scolarisées, un résultat qui « pourrait témoigner des solides gains au chapitre de l’emploi enregistrés dans ce groupe au cours de l’été, quand les restrictions étaient assouplies ». En contraste, les attentes de progression des salaires ont légèrement diminué chez les personnes ayant un plus haut niveau de scolarité, précise l’enquête.

À voir en vidéo