Certifié Justin Trudeau

Sans grande surprise, les délégués au congrès du Parti libéral du Canada ont exprimé de façon presque unanime (97 %) leur désir de voir le gouvernement fédéral imposer des normes nationales dans les centres de soins de longue durée.

Après ses déclarations répétées et la volonté manifestée dans le discours du trône de l’automne dernier, Justin Trudeau n’avait sans doute pas besoin de cette caution, mais il ne fait maintenant aucun doute que cela fera partie de la prochaine plate-forme électorale du PLC.

Même si François Legault a mis une sourdine à ses récriminations contre Ottawa le temps d’en finir avec la pandémie, cette nouvelle intrusion dans un champ de compétence provinciale provoquera à coup sûr un autre affrontement dans l’éventualité, qui ressemble de plus en plus à une probabilité, où les libéraux retrouveraient une majorité à la Chambre des communes.

Dans cette bataille à venir, il est cependant loin d’être acquis que le gouvernement Legault aura l’appui de l’opinion publique. Au regard d’une obligation aussi fondamentale que la protection des aînés, les querelles de champs de compétence risquent de paraître bien futiles, et le Québec a malheureusement fait la démonstration d’une indicible incurie au cours de la dernière année.

Peu importe qui, des anciens gouvernements ou du nouveau, doit être blâmé pour la catastrophe survenue dans les CHSLD, le choc a été tel que la majorité des Québécois seront sans doute disposés à accueillir de façon positive toute proposition susceptible d’améliorer la situation, peu importe d’où elle viendra.


 
 

Depuis son adoption, en 1984, les gouvernements québécois se sont plaints périodiquement des limitations imposées par la Loi canadienne sur la santé, mais la population est bien aise qu’Ottawa utilise son pouvoir de dépenser pour forcer les provinces à garantir l’accès à un système de santé public, universel et gratuit.

Que ce soit par une extension de la Loi canadienne sur la santé ou par un autre moyen, la question est de savoir dans quelle mesure l’imposition de normes applicables aux centres de soins de longue durée d’un bout à l’autre du pays changera réellement les choses.

Durant la première vague, on a perdu le contrôle non seulement dans les CHSLD privés, qu’ils soient conventionnés ou non, mais également dans les CHSLD publics. Si le gouvernement du Québec a été incapable de surveiller ses propres établissements, comment penser qu’on pourra faire mieux à partir de la lointaine capitale fédérale ?

Deux précautions valent mieux qu’une, dira-t-on. Là où les inspecteurs québécois n’ont vu que du feu depuis des années, leurs collègues fédéraux auraient peut-être été plus futés et auraient découvert la sordide réalité qui se cachait sous des apparences trompeuses. En réalité, rien n’est moins sûr. L’addition des évaluations ne constitue pas une garantie.


 
 

Il existe depuis plus de 60 ans un organisme à but non lucratif indépendant appelé Agrément Canada (AC). Basé à Ottawa, AC compte plus de 1000 employés, des bureaux à Montréal et à Toronto, ainsi qu’à Bruxelles.

Parmi les nombreux services offerts par AC, il y a le Programme d’agrément (comprendre accréditation) Qmentum, qui repose sur « plus de 100 normes propres aux régions ». Un des avantages de ce programme qu’AC fait miroiter à ceux qui y participent est de les aider « à répondre aux règlements des ministères et aux exigences liées aux permis, et à les dépasser ».

Le Groupe Vigi Santé, qui possède 15 CHSLD au Québec, a été « agréé avec mention d’honneur » par AC. « Vigi Santé Ltée dépasse les exigences du Programme d’agrément Qmentum et fait preuve d’excellence en matière d’amélioration de la qualité », peut-on lire dans le rapport 2018 d’AC.

Cette « excellence » n’a pas empêché le groupe Vigi d’avoir une des pires performances au Québec durant la pandémie. Dans ses 11 établissements qui ont été touchés, 643 personnes âgées ont été infectées et 244 sont décédées. Selon les calculs effectués par La Presse, le taux de décès global dans ces 11 centres, soit 20,6 %, est supérieur à la moyenne de tous les centres privés conventionnés. Dans le centre Vigi Dollard-des-Ormeaux, 45 % des bénéficiaires sont décédés. Dans le tristement célèbre centre Herron, le chiffre était de 28 %.

Pour décrire l’état des lieux quand le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal est intervenu au centre Vigi Mont-Royal, en avril 2020, sa p.-d.g. adjointe, Francine Dupuis, a déclaré : « C’était à pleurer. » Le même constat a été fait dans bien d’autres CHSLD durant la pandémie.

On savait pourtant depuis longtemps qu’ils étaient vétustes et manquaient de tout. Si on a continué à y entasser des personnes âgées, c’est tout simplement qu’on ne savait pas où les mettre. Si Justin Trudeau veut réellement aider, il devrait commencer par transférer les milliards qui permettraient de construire des locaux adéquats et d’engager le personnel nécessaire. On peut toujours certifier des taudis, mais cela reste des taudis.

24 commentaires
  • Serge Pelletier - Abonné 13 avril 2021 04 h 09

    Deux contrôles valent mieux qu'un seul...

    M. David, vous devriez vous souvenirs que les laboratoires fédéraux de contrôles alimentaires ont "téléphoner" au GV-Q et à la SAQ pour leur demander comment il se faisait que du Glégol et du "Prestone" se trouvaient dans des vins vendus par la SAQ... Entreprise péri-gouvernementale qui, selon les dires du GV-Q, "la SAQ possède le meilleur laboratoire d'échantillonnages et de contrôle de la qualité au monde". Cela date d'environ 25 ans. Vous devriez vous en souvenir, car vous étiez sur la butte à Québec à titre de journaliste...

    Vous devriez aussi vous souvenirs du fiasco en gestion et en soins de l'Hôpital de Marine (anciens combatants) depuis qu'elle a été entièremennt transferée au GV-Q.

    En fait qu'importe le secteur où le GV-Q devient le seul "dépensateur" de services (soins, transport, éducation - tous niveaux, etc.) le fiasco est assuré, mais toujours avec plus d'argent qui y est déversé...

    Une norme nationale n'est en fait qu'une norme minimale. Rien n'empêche un GV-provincial d'en faire plus si cela lui tente. Mais au moins les citoyens canadiens peuvent alors se dire: "on a au moins le minimum pour l'argent que l'on paie".

    • Pierre Grandchamp - Abonné 13 avril 2021 07 h 57

      Et l'aéroport de Mirabel et ses nombreux expropriés inutilement! Avant de nous donner des normes nationales,pee wee Trudeau devrait nous expliquer comment il se fait que son pays a tiré de la patte pour avoir des vaccins.Et son système de paie Phenix de ses employés. Et les irrégularités dans la PCU.

    • Pierre Grandchamp - Abonné 13 avril 2021 09 h 00

      "Deux contrôles valent mieux qu'un seul". En effet: la loi des mesures de guerre(1970) et Wee Charity.

      Chanceux sommes-nous d'avoir quelqu'un qui nous supervise! Les francophones hors Québec en ont bénéficié avec les nombreuses lois anti français; et le Québec avec l'échec de Meech et l'illégitime constitution de 1982.

    • Serge Pelletier - Abonné 13 avril 2021 11 h 26

      M. Grandchamp il y a toute une différence entre les éléphants blancs du G-F du style Mirabel. À ce sujet, la chicane était entre le GV-Q et le GV-F pour soit choisir Mirabel ou Drummondville. Chocane s'est terminé par le choix de GV-F (surtiout ses fonctiionnaires) pour Mirabel. Et c'est le GV-Q qui a continué la chicane en refusant de compléter l'autoroute y conduisant, d'y instaurer un système de transport en commun digne de non, etc. Pire, c'est le GV-Q qui a insisté pour que les deux aéroports demeurent en fonction, puis qui a fortement insisté pour que tous les vols soient transférés à Dorval. Avec les résultats que l'on connait aujourd'hui. Je yrouve odieux que le GV-F ait construit à Mirabel au lieu de Drummondville... Mais c'est comme d'habitude au Québec - surtout pour le GV-Q, c'est toujours "la faute à l'autre" ou mieux encore "toujours la faute à tout le monde" et toujours le tout accompagné du "nous autres au GV-Q ont est les meilleurs". Ouais, les meilleurs hors catégories des meilleurs dans les fiascos gigantesques.

      Quant aux vaccins, ce qui semble être la grande mode des blas blas de nos jours, je vouys rappelle que les "pharmas" étaient toutes au QC, et ceci voici depuis longtemps. Elles avaient toutes des laboratoires de recherches ici. Mais, les GV-Q successifs n'ont abolument rien fait pour les garder ici... Oups! les pharmas ont toutes "crisser le camps"... y compris en Indes... La dernière digne de ce nom était la Johnson & Johnson sur Notre-Dame Est à Montréal... Elle a tout ferrmé voici une dizaine d'années: production allant du paper c,. à la recherche de médicaments... C'est cela le GV-Q. Quant à l'achat des vaccins, le niais d'Ottawa a bien dit que le Québec pouvait bien en acheter s'il le voulait, que le GV-F ne s'y opposerait pas... En fait c'est comme dans un paquet d'autres choses... Le GV-Q pleure toutes ses larmes de crocodile en disant que c'est la faute au GV-F... Mais ne fait rien lui-même pour corriger la siruation.

    • Pierre Grandchamp - Abonné 13 avril 2021 13 h 34

      Le problème avec le fédéraliste québécois, notamment Legault, c’est qu' à chaque fois que le fédéral empiète sur un champ de compétence provincial, il n’a pas le choix de chanter O Canada. « Autovalorisation compensatrice de l’impuisance du dominé »-Marc Labelle-

      Récemment la loi sur le carbonne. Bientôt les garderies. Bientôt l’assurance médicaments.Le problème : pour les Canadiens hors Québec, leur vrai gouvernement, il est à Ottawa.Les grosses dépenses : santé et éducation relèvent du provincial.Mais beaucoup de Canadiens hors Québec acceptent que le fédéral ne respecte pas les champs de compétence.

      Comme l'ont très bien évoqué d'autres chroniqueurs, Otttawa n'a qu'à redonner aux provinces ce qu'Il donnait autrefois.L'argent est le nerf de la guerre en santé!

    • Bernard Plante - Abonné 13 avril 2021 13 h 35

      Et ce, sans parler des domaines de compétence fédérale que sont le maritime et le ferroviaire dont les équipements (les quais et les trains) ressemblent à ceux du tiers monde. Le Canada n'a aucune leçon à nous donner. Qu'il nous donne l'argent qui nous est dû et nous nous occuperons du reste.

  • Jerome Lamontagne - Abonné 13 avril 2021 06 h 05

    Excellent travail de journaliste

    Une chronique qui intègre des faits nouveaux (la certification de Vigi et ses performances pendant la pandémie), l'opinion et le style comme celle d'aujourd'hui, monsieur David, est très éclairante. Je vous en remercie.

    Quand de plus elle est encadrée à la une par une nouvelle sur les négociations dans le réseau privé parallèle de chirurgies, le lecteur entrevoit la portée et la complexité de la discussion. La loi Canadienne existante sur la santé est déjà bafouée par le gouvernement fédérale depuis 20 ans.

    En fin de compte, ce que l'époque nous permet de voir, ce n'est pas l'incurie des provinces et autres gouvernements locaux mais l'étrangeté du gouvernement fédéral.

    Il ne faudrait plus dire son "pouvoir de dépenser", trop nébuleux, mais plus simplement son "contrôle de la planche à billet". Et réfléchir à la gouvernance idéale de cette planche pour une époque l, inédite, qui permet une croissance massive de la masse monétaire possible sans inflation.

    Avec la caricature d'aujourd'hui, on comprend que le clivage gauche-droite n'existe plus au fédéral étant donné qu'il n'y a plus de budget. Le clivage est maintenant entre groupes, ce qui au Canada sera ethnique et géographique. Ville contre campagne, Ouest contre Est, et, en fin de compte, Québec contre le reste mené par l'Ontario. Cette dernière contrôlera le prochain parlement fédéral comme après chaque crise.

    Il est évident qu'une institution née de la révolte "à la trump" du groupe ethnique dominant (incendie du parlement de Montréal), et qui en conserve les gènes comme on le verra aux prochaines élections (surveiller la marée rouge en Ontario à la Chrétien post-1995), n'est pas adéquate pour la situation actuelle, surtout si vous êtes Québécois.

  • Pierre Labelle - Abonné 13 avril 2021 06 h 23

    Transfert aux provinces.

    Que le fédéral effectue le juste transfert en santé que les provinces doivent recevoir, que le Québec investisse davantage dans les soins à domicile pour les ainés, il me semble que tu n'as pas besoin d'un doctorat pour comprendre que ces mouroirs (CHSLD) ne sont pas la
    solution ! Mais aussi que ceux et celles qui nous suivent, nous les ainés, acceptent le fait que ce n'est pas en nous "stationnant" dans ces dortoirs de la mort que les problèmes vont se régler. Maintenir des ainés(es) à domicile coûte beaucoup moins cher que de les envoyer attendre la mort dans ces endroits sordides. Mais pour cela il va falloir que les mentalités changent et que chacun prenne ses responsabilités, et cela inclus les enfants vis à vis leur parent.

    • Serge Pelletier - Abonné 13 avril 2021 11 h 39

      HihIhi... Voici quelques années le GV-F a transféré 5 milliards de plus au GV-Q pour les soins de la santé... Le GV-F avait omis de mettre noir sur blanc où devait être "dépassés" ces milliards là... Résultat: des hausses fabuleuses de salaires et avantages pour les médecins, et rien pour les soins à la population comme tels.
      En fait, quyelque soit le secteur où le GV-F transfert des $$$ au GV-Q et se retire du champs de contrôle des dépenses... C'est la catastrophe assurée. Non pas parce que le GV-F est exemplaire, loin de là, mais nos bouffons de QC sont les champions hors toutes catégories dans le népotisme, le favoritisme, l'insouciance et l'incurie administrative des choses de l'État.

  • Germain Dallaire - Abonné 13 avril 2021 07 h 12

    Legault ne fera pas une longue bataille

    En bon néo-libéral, le gouvernement Legault n'a rien d'autre à proposer pour le système de santé que le recours au privé. Cela ressort toujours plus clairement à mesure qu'on avance dans la pandémie. Avec les GAFAM, il faudra maintenant ranger le secteur privé en santé comme un des grands profiteurs de cette crise. Votre première page est éloquente, Québec a négocié des augmentations pour les chirugies effectuées au privé dans le cadre du délestage. Pris de panique lors de l'hécatombe du printemps dernier, le gouvernement a paré au plus pressé en formant 10 000 PAB et en les augmentant. Il a également nommé des boss dans les CHSLD. Pour l'ensemble des employé(e)s déjà sérieusement hypothéqués, il n'a rien à offrir comme le montre le fait qu'il procrastine depuis plus d'un an dans ses négociations. Pire, il en est maintenant à la répression puisqu'on appris qu'il compte sévir contre les récalcitrants du vaccin. Ainsi, il se tire dans les pieds. Mais peu lui importe, on sait bien depuis l'automne dernier que tout ça est de notre faute et de nos comportements délinquants. M. Legault n'a aucun plan pour le système de santé autre que sous-traiter. Sa confiance dans le système est clairement resortie lorsqu'il a affirmé à Alec Castonguay qu'il aurait congédié la moitié des directeurs de CIUSS, une déclaration qui est proprement scandaleuse et n'a pas obtenu l'attention qu'elle mérite. Pour le reste, Legault fera le minimum au fur et à mesure des rapports accablants qui sortiront. Pour ce qui est de l'intrusion du fédéral, il protestera pour la forme. Dans le fond, cette intrusion sera pour lui une autre façon de se débarasser du problème et de sous-traiter. Quand aux clients-citoyens, s'ils veulent des services, qu'ils se les paient.

  • Gilles Théberge - Abonné 13 avril 2021 07 h 30

    C'est l'enfance de l'art... Si Justin Trudeau veut aider les personnes âgées il n'a qu'à transférer les sommes d'argent de façon récurente, pour alimenter notre système de Santé. Point final.

    Non mais de quoi il se mêle... ?

    • Serge Pelletier - Abonné 13 avril 2021 11 h 48

      Au cas ou vous ne saurez-pas, les $$$ du GV-F, c'est nous aussi que les fournissons. Actuellement le GV-Q se comporte comme un gamin qui dirait à son père donne moi plus d'argent de poche, j'en ai besoin. Et quand le père dit, mais pourquoi fiston? Le gamin répondrait s'est pas de tes troubles, ce sont mes affaires à moi... Et père dirait alors, mais je te paie 100% des frais de scolarité, une partie des frais accessoires et afférents... Mais, c'est pourquoi alors le plus de $$$... Réponse s'pas de tes troubles. Après vérifications... le plus de $$$ vont directement dans les soirées holà holà avec bar ouvert pour les petits copains.

    • wisner Joselyn - Abonné 13 avril 2021 11 h 55

      D'accord avec le transfert de plus d'argent pour la santé mais, comment s'assurer que le gouvernement provincial ne va pas se retourner et faire comme Charest, c'est-à-dire accorder des baisses d'impôt plutôt que d'améliorer les services? Est-ce si déraisonnable de dire qu'avec l'argent supplémentaire (nécessaire sans l'ombre d'un doute) doit venir le respect de normes minimales?
      p.s) Le Québec ne serait sans doute pas le seul qui serait tenté à utiliser l'argent à d'autres fins (Je crois que l'Ontario et l'Alberta le feraient aussi).