Un ménage à finir

En acceptant le don d’un suprémaciste blanc pour sa campagne au leadership, le député ontarien Derek Sloan a commis « bien pire qu’une grossière erreur de jugement ou qu’un manque de diligence raisonnable », a affirmé le chef conservateur, Erin O’Toole, dans une déclaration écrite diffusée lundi. « Le racisme est une maladie de l’âme, inconciliable avec nos valeurs profondes », et qui n’a sa place, disait-il, ni au Canada ni dans son parti. Par conséquent, M. Sloan devait être exclu du caucus.

Ce serait une bonne raison, mais est-ce la seule ou est-ce aussi un prétexte pour se défaire d’un député qui nuit à l’image du parti ? On parle ici d’un don de 131 $ que la personne a fait en utilisant une version méconnue de son nom. Aucun candidat ne vérifie l’identité de chacun de ses donateurs, surtout pas quand le don est inférieur à 200 $. Et si M. Sloan est fautif, le parti l’est aussi, affirme d’ailleurs le député, car le PC examinait les dons avant de les autoriser. Le parti n’a pas davantage débusqué l’extrémiste en question lorsqu’il est devenu membre et a voté lors de la sélection du chef en août dernier.

Cette histoire illustre le genre de partisans qu’attire Derek Sloan, mais aussi le fait que des extrémistes de droite croient pouvoir trouver des oreilles attentives au sein de ce parti. S’il y a un problème à régler, c’est bien celui-là.

Pour y arriver, le chef devra faire plus que s’en prendre à M. Sloan, d’autant plus que ce dernier est encore membre du caucus grâce à son appui. Au printemps dernier, Derek Sloan avait choqué en accusant l’administratrice en chef de la santé publique, Theresa Tam, d’être « un pion de la Chine ». Au caucus, certains lui demandaient de s’excuser, d’autres envisageaient l’expulsion. M. O’Toole s’y était opposé et s’en était même vanté sur Facebook.

Mais voilà, il était en campagne et ne craignait pas alors de flirter avec les conservateurs sociaux que représentaient les candidats Derek Sloan et Leslyn Lewis. Malgré ses positions pro-choix et favorables aux droits des personnes LGBTQ2, il s’engageait à ne pas interdire aux députés de présenter des projets de loi sur l’avortement, par exemple. Adoptant un ton populiste, il dénonçait « la gauche radicale », les médias traditionnels et les « élites politique, financière et culturelle ».

Ce fut assez pour bénéficier au dernier tour du soutien des partisans de Leslie Lewis et de Derek Sloan et pour l’emporter. Il a toujours nié être menotté par ces appuis, mais pour les garder dans le rang et ne pas éroder sa base, il leur a laissé quelques soupapes. Les députés les plus pro-vie ont pu mener leur bataille contre les modifications à la Loi sur l’aide médicale à mourir. Pierre Poilièvre, un poids lourd du caucus, a pu se livrer à ses évocations conspirationnistes. Un site conservateur accusant les libéraux de vouloir truquer la prochaine élection et affichant une photo de la leader adjointe Candice Bergen coiffée d’une casquette MAGA a survécu jusqu’à l’assaut du Capitole, il y a deux semaines.

La dérive de la droite américaine et du Parti républicain, sous la houlette de Donald Trump, n’a pas été sans effet au sein de la droite canadienne qui, jusqu’à l’émeute insurrectionnelle, ne cachait pas sa sympathie pour Trump et plusieurs de ses décisions. Les libéraux, qui ne dédaignent pas de diaboliser leurs adversaires, n’ont pas hésité à profiter de ce contexte explosif pour solliciter des dons avec une lettre accusant les conservateurs de flirter avec l’extrême droite.

Peu connu, inquiet de voir les libéraux le définir sous un jour aussi noir, Erin O’Toole a fait une longue déclaration en fin de semaine pour se porter à sa propre défense, à celle de son parti et à celle de la démocratie. Il y dénonce avec vigueur l’assaut du Capitole. « Les conservateurs forment un parti conventionnel, modéré et pragmatique — aussi vieux que la Confédération — qui est résolument au centre de la politique canadienne », écrit-il.

En fait, les conservateurs ont toujours eu à composer avec une frange plus libertaire et socialement conservatrice. Résultat de la fusion du Parti progressiste-conservateur et de l’Alliance canadienne, de souche réformiste, le Parti conservateur actuel est devenu le seul refuge de ces partisans, du moins jusqu’à la création du Parti populaire de Maxime Bernier. Mais pour ceux qui veulent avoir une voix au Parlement et peut-être au gouvernement, le PC reste le véhicule de choix.

Le temps presse pour Erin O’Toole pour contenir ce courant, car il s’est fortement mobilisé pour le congrès virtuel qui aura lieu en mars. En optant pour l’expulsion du controversé député, le chef conservateur fait un pari risqué. Soit il dégoûte une partie de cette base, au point de la détourner du parti, ce qui servirait son objectif, soit il fouette son ardeur à se faire entendre et à tenter d’imposer ses vues au congrès.

Mais même si sa manœuvre réussit, M. O’Toole devra encore dissiper toutes les ambiguïtés semées durant la course au leadership, lui qui fustigeait encore les « élites » pas plus tard que cet automne.

À voir en vidéo

3 commentaires
  • Pierre Rousseau - Abonné 20 janvier 2021 08 h 56

    Le retour des Progressistes-conservateurs ?

    Effectivement, le PCC est maintenant un amalgame de l'Alliance canadienne et du parti Progressiste conservateur dont le but principal était de prendre le pouvoir et cela a fonctionné sous la férule de Steven Harper. Ce mélange est souvent explosif mais c'était essentiel pour prendre le pouvoir et cesser la division de la droite canadienne. Maintenant, on se rend compte que la volatilité d'une telle coalition joue maintenant contre eux et M. O'Toole sent probablement le vent tourner et l'appétit des électeurs pour des partis plus « centristes » comme l'était l'ancien parti de Brian Mulroney. L'extrême-droite religieuse peut toujours se tourner vers Max Bernier et son PPC...

  • Yvon Bureau - Abonné 20 janvier 2021 17 h 04

    Ce fut petit et bas

    «Les députés les plus pro-vie ont pu mener leur bataille contre les modifications à la Loi sur l’aide médicale à mourir.»
    Ce fut d'une grande tristesse et un grand déplaisir de les voir agir tant au Comité Justice/Droits de l'Hommme qu'au Sénat.
    Ils perdront de nombreux votes au Québec, et supporteurs.
    Ils ont déshonoré notre compassion et notre humanité ainsi que notre Politique.

  • Jacques Légaré - Abonné 20 janvier 2021 17 h 49

    Une taupe est un loup invisible


    Pensez-vous que Khrouchtchev et Brejnev auraient accepté la candidature des tout jeunes Gorbatchev et Eltsine s'ils avaient su ce que ces deux lascars pensaient du communisme ?

    Les partis sont des poches poreuses... car l'ambition est un carburant, pas un filtre.