Le retour à la normale

Dans son point de presse de mardi, il était un peu curieux de voir le premier ministre François Legault laisser au Dr Horacio Arruda le soin d’expliquer qu’imposer le port obligatoire du masque pouvait contrevenir à la Charte des droits et libertés. On a découvert que le directeur national de santé publique avait de nombreux talents, qu’il s’agisse de la pâtisserie ou de la danse, mais il n’est pas juriste. Il ne lui appartient pas non plus de décider si le gouvernement désire ou non prendre le risque d’une contestation devant les tribunaux.

M. Legault, qui avait dit souhaiter « fortement » que tous les Québécois portent un masque dès qu’ils sortent de chez eux, peu importe où ils habitent, a manifestement compris que l’argument juridique ne tenait pas la route, comme de nombreux experts l’ont souligné. Cette obligation s’inscrirait parfaitement dans « les limites raisonnables et justifiables » prévues par l’article 1 de la Charte.

 

D’ailleurs, si un gouvernement s’abstenait de légiférer simplement parce qu’une loi risque d’être contestée, ce qui est le droit absolu de tout citoyen, les parlementaires seraient rapidement en chômage. La quasi-certitude que la Loi sur la laïcité de l’État le serait, malgré la disposition de dérogation, n’a pas empêché de gouvernement de la faire adopter.

Mercredi, dans un nouveau virage, M. Legault a reconnu qu’« on peut passer par-dessus la question juridique » et que la véritable raison est tout simplement qu’il n’y a pas assez de masques disponibles pour en rendre le port obligatoire, pas même dans le métro de Montréal, sans parler du reste du Québec. On ne peut sans doute pas fabriquer du jour au lendemain les dizaines de millions de masques qui seraient requis, mais d’autres pays en ont trouvé. On les aurait probablement si le gouvernement n’avait pas déconseillé d’en porter au départ.


 

Dans sa première intervention à l’Assemblée nationale en sa qualité de nouvelle cheffe de l’opposition officielle, Dominique Anglade a salué « le travail exemplaire du premier ministre et du gouvernement » au début de la pandémie, mais il était clair que les fleurs seraient rapidement suivies du pot. Sa première question ressemblait plutôt à une accusation : « Aujourd’hui, au Québec, on se retrouve avec 60 % des décès au pays. Est-ce que le premier ministre peut nous dire pourquoi ? »

Même si M. Legault s’est réjoui d’un « bon ton de collaboration », l’attitude constructive que promettaient les partis d’opposition a surtout consisté à souligner les lacunes, la confusion et les contradictions des dernières semaines. Ils ne manquaient pas d’exemples. Ils ont pris bonne note du fait que la confiance de la population à l’endroit du gouvernement a baissé et ils ne feront certainement rien pour la renforcer.

M. Legault s’emploie quotidiennement à entretenir l’espoir d’un retour à une vie plus normale. Même si les parlementaires étaient en nombre réduit au Salon bleu, on a pu constater que c’est chose faite à l’Assemblée nationale. Il est vrai que bien des choses demeurent difficiles à comprendre. Alors que le gouvernement dit maintenant avoir la capacité d’effectuer tous les tests de dépistage requis, au point de se plaindre de manquer de clients, comment expliquer qu’une infirmière qui œuvrait au tristement célèbre CHSLD Herron a dû mentir sur ses symptômes pour subir un test, qui s’est avéré positif, avant d’aller travailler dans un autre établissement ? Comment se fait-il qu’en dépit d’une directive formelle et répétée, des proches aidants se voient toujours interdire l’accès à des CHSLD qui manquent de préposés ?


 

« Le gouvernement s’adapte de jour en jour », a déclaré le leader parlementaire du gouvernement, Simon Jolin-Barrette. Autrement dit, il improvise. Il est sans doute difficile de présenter des plans de déconfinement le moindrement précis quand on ignore de quoi le lendemain sera fait, mais la politique ne s’embarrasse pas de ce genre de détails.

Tout le monde convient que le gouvernement, comme partout dans le monde, a été pris par surprise par un virus dont personne n’avait prévu la virulence. Au-delà du rythme et des modalités de la sortie de crise, le député solidaire de Jean-Lesage, Sol Zanetti, a cependant posé la question qui sera bientôt sur toutes les lèvres : « Est-ce qu’on va être prêts pour la deuxième vague ? »

M. Legault a réitéré sa confiance dans sa ministre des Aînés, Marguerite Blais, mais ce qu’elle a dit sur le degré de préparation des CHSLD à court terme n’était pas très convaincant. Certes, les Maisons des aînés ne sortiront pas de terre d’ici l’automne, mais le problème de la pénurie de main-d’œuvre pourra-t-il au moins être réglé ? Tous les CHSLD auront-ils été inspectés ? « On travaille sur un plan », a-t-elle déclaré. Voilà qui est rassurant.

   
40 commentaires
  • Jean Jacques Roy - Abonné 14 mai 2020 02 h 59

    Les MASQUES :« On les aurait probablement si le gouvernement n’avait pas déconseillé d’en porter au départ. »

    La non « disponibilité », le « manque » de ressources et de personnel pour les soins à domicile et les CHSLD et autres centres pour personnes âgées sont des problèmes qui perdurent. Manifestement, le gouvernement ne réussit pas à combler les retards ni pour les masques, ni pour régler les autres problèmes! À un moment donné, la stratégie de communication pour rassurer les montréalais avec des demies vérités ne tiendra plus la route!

    Depuis 2 mois des milliers d’adolescents et adolescentes sont confiné.es devant leurs petits ou grands écrans! Arrivent les 3 prochains mois d’été. C’est évident qu’une grande partie des jeunes citadins vont « sortir » du confinement... Soit pour aller travailler, soit pour bouger et sortir en cachette avec la gang. Jusqu’ici les consignes adressées aux ados c’est: rester à la maison, étudier en ligne, chercher du travail d’été et si vous n’en avez pas, rester confinés et vous recevrez 1250$ ! Quant au retour à l’école à l’automne... on verra, répéte le PM.

    Le gouvernement Legault a sur le dos des crises occasionnés par la pandémie : retards et cafouillage bureaucratique au sein du système de santé, la même chose avec le système d’éducation où la fermeture des écoles s’est effectuée au même moment de l’abolition des commissions scolaires! Comme jamais, en santé et en éducation... le haut de la pyramide technocratique, administrative et politique s’est approprié le dicter SES solutions, voyant comme des obstacles les syndicats des travailleuses et des travailleurs, les usagers définis comme clients et enfin les parents des élèves ou des personnes hospitalisées « confinées ».

    Le gouvernement de la CAQ aura-t-il la force et le courage de démocratiser et les systèmes de santé et d’éducation! Pour commencer, écoutons le personnel des éducateurs dans les écoles et le personnel des soignants dans les institutions de santé et que leurs avis et leurs votes soient déterminants dans les orientations et la gestion des institutions.

    • Claude Bariteau - Abonné 14 mai 2020 09 h 05

      Bizarre, M. Roy, votre commentaire.

      À vous lire, le PM Legault le Dr Arruda ont conté des histoires, la principale sur le port des masques, une protection complémentaire, qui fait défaut parce qu'il n'y en avait pas en nombre suffisant et que son port était réservé aux personnels soignants.

      Vous oubliez de rappeler que le Canada a vendu à la Chine 16 tonnes de matériel sanitaires, dont des masques et eut des difficultés à en acheter de la Chine pour refaire ses réserves. Puis, lorsqu'il en reçut, ses contrôleurs les ont jugés non conformes aux exigences canadiennes.

      Voilà des explications absentes dans le texte de M. David selon qui, sans l'avis du Dr Arruda, il y aurait eu une confection locale de masques. Or, cette confection fut activée devant le constat de la rareté des masques et des défauts de ceux achetés. Il était élémentaire de le dire.

      Sur le sort des adolescent/e/s, il me semble que vous forcez la note, mais c’est votre droit. Comme ce l’est de charger sur les montres que sont devenus les ministères de la santé et de l’éducation, dont vous voyez l’alternative, non dans la décentralisation avec des responsabilités imputables, mais dans une autogestion des services par les personnes qui les exercent.

      Par contre, je suis étonné de votre mutisme sur la situation du Québec au sein du Canada et sur les programmes du Canada pour financiariser sa lutte à la pandémie, dont la relance des projets pétroliers, mais en se lavant les mains pour ses erreurs de tir.

      Je pense bien sûr à la vente de matériel, au retard dans la fermeture des aéroports et des frontières exigée du Québec pour stopper l’arrivée du virus par les voyageurs, mais surtout aux coupes dans les transferts aux provinces pour les soins de santé qui ont conduit au modèle hiérarchique actuel, à des réserves inexistantes et au recours à des entreprises privées avec du personnel sous-payé en rotation dans les institutions.

      Je m’attendais à mieux de vous.

    • Nadia Alexan - Abonnée 14 mai 2020 10 h 07

      À monsieur Jean Jacques Roy: Vous avez raison de dire que la centralisation excessive de la gouvernance en matière de l'éducation et de la santé dans les mains du gouvernement est à l'origine du problème. C'est bien connu dans les instances du «bon management» que la centralisation nuit à une bonne performance d'un réseau institutionnel.
      Les pays scandinaves, qui sont beaucoup plus avancés que nous, pratiquent l'implication des travailleurs dans la gestion des entreprises et des institutions. Ça va sans dire que les travailleurs sur place sont au courant des problèmes et de leurs solutions. Écarter les travailleurs de l'administration et de la gestion institutionnelle est à la source de nos difficultés dans l'éducation et la santé.

    • Jean Jacques Roy - Abonné 14 mai 2020 11 h 59

      @ Nadia Alexan.
      Madame Nadia, je me réjouis que nous nous rejoignions sur la question de la démocratisation pour la gestion des entreprises et des institutions. Je doutes que la CAQ, imbu de la culture administrative du monde des affaires, de la gestion par le haut, soit le parti et le gouvernement qui effectue un tel virage. Parmi les partis qui siègent à l’AN, je crois que QS (malgré toutes ses faiblesses), est le parti le mieux outillé pour démocratiser l’économie et pour rapprocher de la population les « différents » services de santé de même que les différents palliers de l’éducation.

      @C. Bariteau.
      Désolé Monsieur Bariteau si mes points de vue ne savent répondre à vos attentes.
      Remarquez cependant que je ne suis qu’un modeste commentateur... Non un analyste.
      Et même si c’était le cas, il y a amplement de la place pour contester mes points de vue ou de les compléter. Ce que d’ailleurs vous faites. Et c’est bien de prendre temps de le faire.

  • Claude Bariteau - Abonné 14 mai 2020 05 h 57

    Votre texte comprend la question de la cheffe du PLQ, mais pas la réponse du PM Legault. Bizarre silence que celui-là, surtout qu'il laisse entendre que le PM n'a pas de réponse et que cette cheffe lui a enlevé la ceinture qui retient son pantalon.

    Je ne comprends vraiment pas votre silence.

    • Marc Therrien - Abonné 14 mai 2020 07 h 24

      C’est comme si M. David voulait nous faire ressentir l’ambiance du retour à la normale à l’Assemblée nationale où on se contente de survoler les questions sans trop se compromettre dans les réponses et on essaie de convaincre ou de rassurer la population en démontrant qu’on réfléchit à des plans et processus qui permettront éventuellement de faire évoluer positivement la situation dont on s’inquiète. L’Assemblée nationale ressemble alors à l’idée que Winston Churchill se faisait d’un comité : « un groupe de personnes incapables de faire quoi que ce soit par elles-mêmes qui décident collectivement que rien ne peut être fait ».

      Marc Therrien

    • Christian Montmarquette - Abonné 14 mai 2020 08 h 00

      @ Claude Bariteau,

      Toute la période de question de l'Assemblée nationale est en ligne sous ce lien, dont les questions de Dominique Anglade au début du document.

      http://www.assnat.qc.ca/fr/video-audio/archives-pa

      Il est assez d'ailleurs assez édifiant d'entendre que François Legault trouve juste que le "Président" (avec un gros "« P » siouplait! ) d'Investissement Québec gagne plus d'un million $ par année dès sont entrée en poste et que des préposées aux bénéficiaires gagnent 40,000$ en fin de carrière et qu'il avait traité Québec solidaire de "communiste" pour avoir oser revendiquer un salaire minimum à 15$ de l'heure pour des employés,es désormais considéré.es comme "essentiels" comme les employés.es des épiceries, des pharmacies et autres.

    • Robert Bernier - Abonné 14 mai 2020 08 h 37

      Voici l'essentiel de la réponse de M. Legault selon un autre article du Devoir:

      "En guise de réponse, le chef du gouvernement a rappelé que, « pour toutes sortes de raisons », la société québécoise avait « choisi d’avoir trois fois plus de personnes, toutes proportions gardées, dans des centres de soins de longue durée » — où 90 % des décès sont survenus jusqu’ici."

      Et si on ajoute à ça le chiffre de 90% de résidents des CHSLD qui y sont littéralement abandonnés et jamais visités par leur famille (selon un article de Denise Bombardier ailleurs), c'est vraiment à une réflexion en profondeur sur nos "valeurs" québécoises et sur notre "fierté" québécoise qu'il faudra se livrer à la sortie de cette crise. Les Québécois sont réputés (je n'ai pas les chiffres cependant) être parmi les moins généreux personnellement et faire le moins de bénévolat en Amérique du Nord. Ceux qui accusaient le Québécois de s'être déresponsabilisé depuis qu'il a un État Providence n'avaient peut-être pas tout à fait tort.

    • Marc Pelletier - Abonné 14 mai 2020 10 h 23

      La réponse à la question de Mme Anglade a tenu pendant 1 1/2 mois : la fermeture tardive de la frontière ( ce qui était aussi vrai pour Toronto que pour Montréal ) et la semaine de congé dans les écoles.

      Toutefois, depuis les deux dernières semaines, cette réponse ne tient plus !

      À mon humble avis, l'absence d'un ou d'une gestionnaire responsable dans chaque CHLSD ne doit pas être négligée dans cette analyse. Le salaire offert dans les CHSLD et l'absence d'un esprit d'équipe dans les résidence apporte aussi une part d'explication.
      Malgré tous les efforts et les primes, il y a encore un manque de personnel inquiétant, pour apporter les soins essentiels à nos ainés (es) dans les CHSLD.

      Une communication et une coordination inefficace dans la pyramide du ministère m'apparaît de plus en plus flagrande.

      Le manque de matériel sanitaire essentiel dans et hors de ces murs est encore inquiétant aujourd'hui .
      De plus le nombre de test et de masques ne répondent pas aux attentes ni aux objectifs du premier ministre Legault.

      Compte tenu notamment de ce qui a été énoncé précédemment, le virus se déconfine maintenant dans les zones les plus pauvres de Montréal, ce qui n'augure rien de bon pour les prochaines semaines. Misère de misère !

    • Jean Jacques Roy - Abonné 14 mai 2020 11 h 04

      Monsieur Bariteau, votre remarque est judicieuse. Est-ce par courtoisie que Michel David n’a pas souligné le baffouillage du PM qui a répété des lieux communs, incapable de répondre à la question de la cheffe du PLQ?

      Pour François Legault, chef « nationaliste-populiste » du « Québec des valeurs distinctes », il est incontestablement douloureux de reconnaître les faits: au Québec et en particulier à Montréal se trouve l’épicentre de l’épidémie. C’est ici que s’additionne quantitativement et en % le plus grand nombre de victimes! Pourquoi, demande la cheffe du parti fédéraliste?

      Le discours bon enfant et paternaliste au quotidien devant les journalistes devient de moins en moins suffisant! Le PM n’est pas niais au point d’ignorer les causes structurelles qui expliquent l’hétacombe qui se vit dans les CHSLD. Depuis le rapport de M. Claire en 2002 et les autres rapports tablettés, les gouvernements SAVAIENT, et François Legault itou ce qui s’en venait!

      François Legault pourrait blâmer les libéraux et les péquistes pour décharger la responsabilité des gouvernement précédents depuis Lucien Bouchard! Il ne fera pas. Ayant déja été ministre dans un gouvernement péquiste et, caquiste, ayant sans vergogne applaudit les budgets d’austérité libérale en santé et en éducation.

      Legault sait pourquoi le Québec est le plus touché. Il sait qu’il faudrait réorienter les politiques de la santé, revoir en profondeur l’approche des soins à domicile, en particulier l’avenir (s’il y en a) aux CHSLD et aux centres publiques et privés pour personnes âgées! La CAQ et le PM savent qu’il faudrait une réforme. Mais, quelle réforme?

      Quel plan? Si on le lui demande, François Legault se fâche! Il tempête contre Manon Massé, affirmant que la CAQ est le seul parti qui promet de belles maisons pour les aînés et, pour combler le déficit de personnel, d’augmenter le salaire des préposé.es! Faute de bilan et d’un Plan, Legault s’en prend à QS et aux méchants syndicats.

    • Sylvain Rivest - Abonné 14 mai 2020 11 h 24

      @christian monmarquette
      Le rôle d'Investissement Québec est d'assurer le développement économique du Québec (en gros). J'espère que nos communistes du Québec n'ont rien contre ça? Si non, la Chine, la Corée, la Russie peuvent les accueillir à bras ouverts.

      Bon, j'avoue que le salaire est discutable mais tu voudrais peut-être que le président gagne 35$/l'heure? Pour ce qui est des préposés, le salaire fait partie, depuis peu, de l'ordre du jour. Pourquoi? Parce qu'il y a pénurie. Que veux-tu? Notre monde fonctionne ainsi et c'est malheureux, avec l'offre et la demande. Si les présidents potentiels couraient les rues on les paierait 35$/heure mais c'est pas le cas.
      Et si le monde s'occupait de leurs enfants et de leurs parents ils ne seraient pas "parké" dans des institutions d'entreposage comme les garderies et les CHSLD.

      Le PQ a souvent mis de l'avant les services à domicile pour les personnes en baisse d'autonomie. Mais qu'est-ce que tu veux? C'est pas sexy lors d'élection. Bon ça va surement être récupéré par QS, d’ailleurs c’est déjà le cas je pense, question de mode en ces temps de pandémie, tout comme l'indépendance, le salaire minimum... Ils n'ont jamais été foutu d'innové et de proposer des choses nouvelles et pertinentes.

      Je ne veux même pas m'imaginer QS en pleine gestion de crise de ce genre. On serait déjà tous malades et ce serait le chaos.

      Ce qui est essentiel aujourd'hui ne le sera peut-être plus demain. C'est comme ça!

    • Christian Montmarquette - Abonné 14 mai 2020 14 h 03

      @Sylvain Rivest ,

      "Je ne veux même pas m'imaginer QS en pleine gestion de crise de ce genre. On serait déjà tous malades et ce serait le chaos." - Sylvain Rivest

      Il ne faut pas crindre le ridicule pour affirmer ça, quand on sait que le Québec est victime de plus de 60% des cas de Covid au Canada et est un des pires États dans le monde pour sa gestion de la crise.

    • Sylvain Rivest - Abonné 14 mai 2020 14 h 47

      @Jean Jacques Roy

      Ouf, votre café est fort! "François Legault, chef « nationaliste-populiste".
      Et comment allez-vous qualifier Trump ou Bolsonaro, Poutine?
      Et que dire de cette autre affirmation "Le discours bon enfant et paternaliste au quotidien".
      Étrangement, moi je trouve qu'il fait part d'humanisme et qu'il est rassurant pour la majorité. Contrairement au tandem couillard/barette qui ne présentaient aucune sensibilité à l'égard des citoyens et encore moins envers les journalistes. Écoutez-vous les dirigeants des autres pays? Et que dire du charabia inintelligible de trudeau?
      Et ceci également, "Depuis le rapport de M. Claire en 2002 et les autres rapports tablettés, les gouvernements SAVAIENT... " Et oui, même la population se souvient des 2 bains par semaine et le reste. Je suis désolé de vous apprendre que les gouvernements sont représentatifs de la population en général. Alors, parlez-en à vos voisins c’est eux qu’il faut convaincre. C’est toujours facile de parler après coup.

      Est-ce que la densité de Montréal jumelé à l'individualisme nord-américain pourrait être en cause dans le fait, que cette ville, les cas sont plus importants en nombre? Je ne le sais pas! Mais quand je lis des gérants d'estrades qui commentent et qui ont des solutions pour tous les problèmes à partir de leur salon, je me demande pourquoi ne se présentent-ils pas aux élections?

      En passant, je n'ai pas voté CAQ, je suis péquiste mais je suis assez honnête pour reconnaitre que François Legault a dépassé les attentes et je pense qu’aucun autre parti, incluant le PQ, aurait mieux géré la situation. Il commence à être fatigué et ça se comprend. Ce qui se passe dépasse l’entendement.

    • Cyril Dionne - Abonné 14 mai 2020 16 h 35

      M. Rivest, si Québec solidaire était au pouvoir en ce temps de pandémie, on envierait les gens de New York avec leurs 2 500 morts par million dans cette crise. « Ben », a y pensé, aujourd’hui, Montréal la ville dysfonctionnelle des gauchistes/anarchistes/Black Block/islamo-gauchistes se retrouve avec plus de 1 210 décès par million. Avec QS, ce serait 5 000 aujourd’hui. Et on n’ose même pas penser à la 2e vague à l’automne avec nos illuminés gauchistes pris dans une faille spatio-temporelle tout en portant leurs masques maisons évidemment.

    • Christian Montmarquette - Abonné 14 mai 2020 16 h 59

      @Sylvain Rivest,

      "Contrairement au tandem couillard/barette..." - Sylvain Rivest

      Il est assez cocasse de constater que Gaétan Barette est un ex-caquiste, de même que Dominique Anglade est aussi une ex-présidente de la CAQ.

      On se demande bien ce qui avaient pu attirer autant ces deux néolibéraux de la droite économique dans le parti de François Legault, lui-même un ex-ministre de la Santé péquiste grand admirateur de Lucien Bouchard, instigateur de la loi du déficit zéro et des budgets d'austérité au Québec?

      Réponse : Trois partis, une même idéologie néolibérale et anti-sociale de graissages éhontés des riches et des grandes entreprises et de coupures délétères dans les services publics.

    • Jean Jacques Roy - Abonné 14 mai 2020 17 h 13

      Monsieur Rivest.
      J’apprécie que vous ayez pris la peine de lire mon commentaire et de signaler vos désaccords. Ce qui démontre qu’il est possible de discuter comme des adultes.

      Pour en revenir au café! Oui, je le préfère corsé! D’autres aiment y ajouter du lait et beaucoup de sucre.
      La comparaison avec les façons de servir, prendre et boire le café illustre d’une certaine façon les enlignements idéologiques et leurs influences pour lire et interpréter les évènements mais aussi pour juger le jeu des « acteurs » qui s’efforcent de remplir les petits et grands écrans!

      Là confiné chez soi, on écoute gentiment en buvant son café préféré!
      Il est aussi possible de réfléchir, d’essayer de comprendre, de s’indigner face à la répétition des erreurs, de le dire et de commencer à nous auto-organiser en vue de former un gouvernement qui apporte des solutions. Faut-il, pour cela, boire du café corsé?

    • Marc Therrien - Abonné 14 mai 2020 17 h 35

      M. Bernier,

      J’éprouve deux réactions spontanées à la lecture de votre propos : la mise à jour des valeurs québécoises pourrait s’accompagner du slogan « Parce que c’est comme ça qu’on meurt au Québec » et Andrew Potter pourrait être tenté de récidiver pour exposer à nouveau le manque de dévouement des Québécois qu’il a décrits, on s’en souvient, comme habités par un profond « malaise social ».

      Marc Therrien

    • Sylvain Rivest - Abonné 14 mai 2020 19 h 04

      @christian Montmarquette

      Faudrait commencer par comparer des pommes avec des pommes, les oranges avec les oranges avant de dire qu'on a eu la pire gestion. Mais je te comprends, on prend ce qui passe.

    • Christian Montmarquette - Abonné 15 mai 2020 09 h 34

      @ Cyril Dionne,

      "Si Québec solidaire était au pouvoir en ce temps de pandémie, on envierait les gens de New York avec leurs 2,500 morts par million dans cette crise." - Cyril Dionne

      On constate que notre scientifique nuclaire autoproclamé est toujours aussi friand de la science paranormale de la divination.

      Il est d'ailleurs assez cocasse de constater ceux qui traitaient Québec solidaire de licorne et d'irréalistes parce qu'il proposait une augmentation du budget de 12,9 milliard en 2018, soutiennent aujourd'hui une CAQ dont les dépenses de la Covid s'élèveront justement entre 12 et 15 milliards selon Gérald Fillion de RDI-Économie.

      En cette matière voici une manière dont Québec solidaire propose de financer de telles dépenses en taxant les plus riches tout en évitant d'appauvrir les gens ordinaires.

      Manon Massé sur Facebook - Québec solidaire propose :

      1. Créer un impôt pour les GAFAM.

      2. Remettre en place la taxe sur le capital des institutions financières et préserver la taxe compensatoire des institutions financières en voie d’être abolie.

      3. Récupérer les millions qui vont chaque année dans les paradis fiscaux.

      Le rééquilibrage fiscal proposé par Québec solidaire permettrait de dégager une marge de manoeuvre de 6 milliards de $ pour l'État québécois dès l'année financière 2020-2021.

  • Pierre Rousseau - Abonné 14 mai 2020 08 h 08

    L'opposition fait son travail !

    Le gouvernement a fait ce qu'il a pu face à la pandémie, il a fait son possible avec les outils qu'il avait. Toutefois, il manquait la discussion ferme qu'on retrouve en démocratie, notamment à l'Assemblée nationale, car on sait bien que du choc des idées jaillit la lumière. On est allé jusqu'à blâmer les journalistes et les « gérants d'estrade » de poser des question et, à l'occasion, critiquer l'approche du gouvernement. On ne pouvait quand même pas donner carte blanche aux gouvernements et se la fermer parce qu'on avait peur, bien au contraire. Maintenant que l'opposition a décidé de faire son travail, on a des chances d'y voir plus clair dans la gestion gouvernementale de la pandémie mais la société civile doit demeurer vigilante et continuer à surveiller les gouvernements car il y va de notre santé et de notre vie à tous.

  • Pierre-Alain Cotnoir - Abonné 14 mai 2020 09 h 17

    Tartuferie..

    Il faudrait peut-être que les chroniqueurs et les journalistes qui ne sont pas reconnus pour leurs bonnes notes en sciences du temps de leur passage à l'école cessent de s'opiniâtrer maladivement sur les couvres-visages comme si le gouvernement avait tenté de leur "masquer' quelque chose. En un mot qu'ils ne jouent plus au Tartuffe.

    Dans une étude publiée en 2013 comparant différents types de masques artisanaux et des masques chirurgicaux (voir la source plus bas), on peut lire : « Le niveau de protection des masques artisanaux équivalait à la moitié de celui des masques chirurgicaux. Les deux types de masques ont de manière significative réduit le nombre des micro-organismes expectorés par les sujets de l'étude, bien que les masques chirurgicaux aient été trois fois plus efficaces pour bloquer la transmission que les masques artisanaux. Nos résultats suggèrent donc qu’un masque artisanal devrait être envisagé uniquement en dernier recours pour empêcher la transmission des gouttelettes émanant de personnes contagieuses, mais ce serait déjà mieux que sans aucune protection.» (la traduction est de moi)

    Bref la probabilité de protection offerte par de tels couvre-visages équivaut au lancement d'une pièce de monnaie, soit à peu près choisir entre pile ou face! D'accord, c'est mieux que rien, mais il ne faut pas prendre ça pour plus que ce que peuvent fournir comme protection ces masques artisanaux. Le port d'un couvre-visage permet de réduire les expectorations d'une personne contaminée, mais au grand jamais je ne me fierais sur la protection offerte par un tel couvre-visage pour aller voir belle-maman surtout si j'étais contagieux.

    Source: https://www.researchgate.net/publication/258525804_Testing_the_Efficacy_of_Homemade_Masks_Would_They_Protect_in_an_Influenza_Pandemic?fbclid=IwAR285p2DxrkbJ8zTUzL6nQXneEGiHRTOrXmCwDJ5kVmEbONdTNbHlWCi_G0

    • Christian Montmarquette - Abonné 14 mai 2020 12 h 54

      @ Pierre-Alain Cotnoir,

      "La probabilité de protection offerte par de tels couvre-visages équivaut au lancement d'une pièce de monnaie, soit à peu près choisir entre pile ou face." - Pierre-Alain Cotnoir

      1 ) Le propre de la science c'est de ne pas avoir de certitude et de garder un esprit ouvert.

      2 ) On ne peut pas foutre tous les masques artisanaux dans le même sac, alors que certains sont plus efficaces que les masques de procédures approchant même les N-95 tout dépendant de leur confection, de leur ajustement et de leur composition: ex avec plusieurs couches papier à l'intérieur.

      3 ) Même si les masques artisanaux n'avaient que 50% d'efficacité, c'est mieux que rien et ilspeuvent réduire fortement les épidémies quand 80% et plus de la population les portent dans les lieux publics fermés. D'où la nécessisté de faire pression pour le le gouvernement Legault bouge sur ce dossier.

      4 ) Il est faux et contreproductif de dire que les masques, même artisanaux, ne protègent que les autres.

      5 ) Étant donné qu'il n'y a pas de consensus scientifique sur le port du masque, mieux vaut en porter selon le principe de précaution.

      Référence :

      Le journaliste André Noël demande le départ d'Horacio Arruda

      - Patrick Lagacé, FM-98

      https://www.985fm.ca/extraits-audios/opinions/306978/andre-noel-1

    • Cyril Dionne - Abonné 14 mai 2020 17 h 33

      Quelque fois, je ne suis pas d'accord avec vous M. Cotnoir, mais là vous visez dans le mille. Lorsque nous illuminés de Québec solidaire invoquent la science, eh bien, ils ne la comprennent même pas. Ils naviguent dans le monde des méchantes ondes électromagnétiques sans savoir que la lumière naturelle du soleil est 10 fois plus pire que leur compteurs électriques ou les tours de 5G. Dans aucune étude scientifique d’envergure on a pu démontrer un avantage avec les masques maisons durant une pandémie. Aucune. Aucune donnée probante ou empirique. Et pourtant, ils ont bien essayé.

      Ce que cependant les chercheurs ont pu démontrer, c'est que la plupart des gens se contaminent avec leur masque maison en l'enlevant ou bien en se touchant le visage pour l'ajuster. C'est un apprentissage assez ardu de comment savoir enlever un masque et des gants sans se contaminer. Imaginez maintenant lorsqu’on est pressé ou fatigué. Donc, au lieu de prévenir des contaminations, on en génère plus avec ces masques d'Halloween mal ajustés qui donnent une fausse sécurité aux gens. Et personne ne leur a dit que c'est par le toucher (comme toucher des objets ou de personnes), plus souvent qu'autrement, que le virus se répand. En fait, seulement la distanciation sociale et surtout le confinement sont efficaces en cas de pandémie sans parler du vaccin évidemment. Et présentement, l’immunité collective est illusoire avec ce virus.

    • Pierre-Alain Cotnoir - Abonné 15 mai 2020 00 h 02

      @ Montmarquette Vraiment je suis renversé, voire flabbergasté par la crédibilité de vos sources: André Noël, Patrick Lagacé, le 98,5 Vraiment vous m'épatez. Question: « Est-ce que toutes les sources chez les militants de QS présentent une telle rigueur ou faites-vous partie de l'exception? ».

      Je vous félicite pour votre premier point et j'espère que vous-même le mettez en pratique, parce que voyez-vous parfois le doute m'assaille (disons que votre défense des sophismes de Mme Pelletier jette un doute dans mon esprit).

      Par contre, votre deuxième point révèle que vous ne vous êtes même pas donné la peine d'une contrevérification en lisant l'article scientifique que je cite. Si vous l'aviez fait, vous auriez pu constater la variété de tissus utilisés par ces chercheurs: 100% cotton T-shirt, Scarf, Tea Towell, Pillowcase, Antimicrobial Pillowcase, Vacuum Cleaner Bag, Cotton Mix, Linen, Silk. Peut-être lisez-vous difficlement l'anglais ou les analyses statistiques vous rebutent ?

      Au point 3, même si je peux partager avec vous le fait que ces masques ont une efficacité d'environ 50% dans l'étude citée, je serais curieux de lire l'étude qui vous fait affirmer: « ils peuvent réduire fortement les épidémies quand 80% et plus de la population les portent dans les lieux publics fermés» J'aimerais bien pouvoir lire les articles en votre possession qui soutiennent une telle conclusion. S'il vous plaît le Journal de Montréal, La Presse ou même Le Devoir ne sont pas des revues scientifiques.

      Au point 4, vous allez même plus loin affirmant : « Il est faux et contreproductif de dire que les masques, même artisanaux, ne protègent que les autres.» D'accord, je veux bien vous laisser le bénéfice du doute, mais j'aimerais néanmoins consulter vos sources...SVP!

      Enfin, au point 5, vous dites qu'il n'y aurait pas de consensus scientifique, bizarre car cette fois-ci vous empruntez le même argument que les climatosceptiques. Étrange parenté intellectuelle !

    • Christian Montmarquette - Abonné 15 mai 2020 09 h 50

      Pierre-Alain Cotnoir,

      " Je suis renversé, voire flabbergasté par la crédibilité de vos sources: André Noël." - Pierre-Alain Cotnoir

      Si vous étiez doté du moindre esprit scientifique, vous auriez pris la peine de vérifier les nombreuses sources qu'André Noël donne dans son entrevue de même que celles de sa récente séries d'articles publiés chez Ricochet, plutôt que de vous en prendre à sa crédibilité, et qui loins d'être les seules.

      Votre attaque ad hominem ne révèle que votre parti pris et votre mauvaise foi.

      Un véritable scientifique sait douter et se remettre en question. Surtout dans la situation de recherche contre un virus dont on ne sait que peu de choses et où les connaissances d'hier sont constamment remises en question par les découvertes d'aujourd'hui.

      André Noël :

      André Noël a été journaliste à La Presse durant près de 30 ans.

      Ses nombreuses enquêtes lui ont permis de remporter de nombreux prix de journalisme, dont le prix Judith-Jasmin, le Concours canadien de journalisme, le prix Michener du Gouverneur général et le prix du Centre canadien pour le journalisme d'enquête. Il a aussi été enquêteur et rédacteur à la Commission Charbonneau.

    • Christian Montmarquette - Abonné 15 mai 2020 10 h 26

      @ Cyril Dionne,

      "La plupart des gens se contaminent avec leur masque maison en l'enlevant ou bien en se touchant le visage pour l'ajuster." - Cyril Dionne

      Cyril Dionne prend les Québécois pour des idiots.

      S'ils ont pu apprendre à se laver régulièrement les mains, se tousser dans le coude et garder deux mètres de distance entre eux, je ne vois pas pourquoi ils seraient incapables d'apprendre à se servir d'un masque adéquatement.

      Entretien avec le Dr Pierre-Jacques Raybaud

      Q : Certains ont dit aussi que le port du masque peut être une source de contamination si on le porte mal…

      R : C’est comme si on disait que se brosser les dents, c’est nuisible, sous prétexte qu’on se laverait mal les dents. Il suffit d’apprendre à le porter. Oui, bien sûr, il faut quand même que le masque couvre le nez et la bouche et qu’il soit bien tiré sur le visage. Mais il suffit de bien informer le public. Il ne faut pas prendre les gens pour des idiots. De prétendre qu’il pourrait être un vecteur de contagion, c’est horriblement idiot.

      « Si tout le monde portait des masques, on pourrait rapidement venir à bout de l'épidémie »

      - Dr Pierre-Jacques Raybaud

      https://ricochet.media/fr/3093/epidemie-masques-france-medecin-pierre-jacques-raybaud

    • Christian Montmarquette - Abonné 15 mai 2020 11 h 41

      @ Pierre-Alain Cotnoir.

      - Lisez-donc ça.

      Ça devrait élucider quelques un de vos grands mystères :

      « Si tout le monde portait des masques, on pourrait rapidement venir à bout de l'épidémie »

      - Dr Pierre-Jacques Raybaud

      https://ricochet.media/fr/3093/epidemie-masques-france-medecin-pierre-jacques-raybaud

    • Pierre-Alain Cotnoir - Abonné 15 mai 2020 15 h 26

      @ M. Montmarquette C'est fou comme vous n'arrivez pas à me donner des sources crédibles, c.-à-d. dans le jargon scientifique des références à des articles révisés par les pairs. Vous me répondez en vous en remettant à la notoriété d'un journaliste qui cite les articles de revues scientifiques (en passant, j'ai été les lire ces articles et ils sont nettement plus nuancés que ce que vos propos laissent entendre) ou à ceux d'un médecin omnipraticien de la région parisienne, cité par le même journaliste, mais où le clinicien n'apporte aucune référence pouvant soutenir son impression. Autrement dit, d'une part, c'est le syndrome de l'homme qui a vu le clinicien qui a formulé une appréciation toute personnelle; d'autre part, cette appréciation est encore moins bien fondée que celle du Dr Raoult qui, sur la base d'une "observation" ne respectant aucunement les règles élémentaires pour toute étude clinique (soit équivalence du groupe test et du groupe contrôle, double aveugle, etc.), prêche Urbi et Orbi qu'il a trouvé la panacée... que ne semble pas soutenir de véritables recherches cliniques menées en ce moment, mais attendons leurs conclusions!

      Toute votre rhétorique ne fait qu'illustrer mon impression comme quoi vous auriez intérêt à suivre un cours d'introduction à la recherche scientifique donné dans toute bonne université ou sinon en voici une vidéo introductive "pour les nuls".

      https://www.youtube.com/watch?v=6Q6JLOiwhME

      Pour le reste, je ne perdrai plus mon temps à discuter avec vous. Car vous m'avez fait la démonstration dans ce débat comme dans d'autres que c'est aussi utile que de tenter de faire entendre le bons sens à un tenant de la terre plate. J'espère seulement que vos confrères et consoeurs de QS possèdent plus de sens critique, sinon je devrai en conclure que c'est M. Cyril Dionne qui a vu juste sur les membres de cette formation politique.

    • Christian Montmarquette - Abonné 15 mai 2020 16 h 41

      @ Pierre-Alain Cotnoir

      Et elles sont OÙ ? ..vos savantes études qui démontrent que le port du masque généralisé est inefficace pour combattre les épidémies?

    • Christian Montmarquette - Abonné 15 mai 2020 16 h 50

      @Pierre-Alain Cotnoir,

      "J'espère seulement que vos confrères et consoeurs de QS possèdent plus de sens critique, sinon je devrai en conclure que c'est M. Cyril Dionne qui a vu juste sur les membres de cette formation politique." - Pierre-Alain Cotnoir

      Se référer à un seul militant pour dicréditer toute une formation politique..

      Allôôô...? L'esprit scientifique !

  • Louise Beauchamp - Abonnée 14 mai 2020 09 h 34

    La débâcle de Montréal

    Je ne trouve plus la paix dans mon coeur, pendant que j'assiste impuissante à la débâcle de Montréal. Depuis une trentaine d'années, je discute avec mon frère, préposé aux bénéficiaires à Laurendeau, des lacunes , des failles, des problèmes récurrents dans nos CHSLD; des problèmes génétiques gangrènent tout l'appareil médical. On cherche bien sûr des coupables, des responsables, vous avez vous-même cher monsieur David dans un texte précédent identifié les grands centralisateurs de notre système de santé qui ont accentué , le mot est faible, la crise que nous traversons. Vous n'avez pas encore questionné les compétences de notre actuelle ministre de la santé, je m'en étonne! Bien que je comprenne parfaitement qu'en temps de crise nous nous devons d'être solidaires de notre gouvernement. J'aimerais porter à votre attention le Curriculum Vitae de Madame Danielle MacCann. Elle a été PDG de l'Agence de Santé et des Services Sociaux de Montréal. On raconte qu'elle a démissioné avant la fin de son mandat, mais dans la réalité, Madame McCann a été limogée en raison de son incompétence, de son manque de dynamisme et de leadership. Je tiens ses informations de sources sûres. Cela mérite une enquête, étant donnée l'ampleur de la crise que l'on traverse et qui risque de s'éterniser à Montréal, mais aussi à cause de la charge insupportable sur les épaules d'un seul homme : Monsieur Legault.

    • Marc Pelletier - Abonné 14 mai 2020 11 h 42

      Mme Beauchamp,

      Si vos informations, concernant Mme McCann, proviennent de sources sûres, il y a lieu de s'inquiéter ! J'espère que des journalistes d'enquête nous permettront d'y voir encore plus clair. Si Mme MCCann a été limogée de son poste de PDG de l'Agence de Santé et des Sevices Sociaux de Montréal, il ne faudrait pas se surprendre que les communications ne soient pas celles souhaitées entre son ministère et les responsables de la santé à Montréal .

      J'ai hâte de voir si Mme McCann accompagnera, aujourd'hui et demain, M. Legault à Montréal .

      De fait, mis à part la vice-première ministre et tous les ministres reliés au domaine économique, je considère que M. Legault est entouré d'une équipe plutôt faible, concernant son conseil des ministres.

    • Marc Therrien - Abonné 14 mai 2020 18 h 11

      Le règne de Danielle McCann (2012-2014) fut aussi bref que celui du ministre de la santé Réjean Hébert (2012-2014) qui l’aurait démissionnée pour lui préférer Patricia Gauthier qui était alors directrice générale du CHU de Sherbrooke, un hôpital que connaissait bien le Dr. Hébert qui a fait carrière pendant de nombreuses années à l’Université de Sherbrooke. Arrive ensuite Gaétan Barrette en 2014. Il n’y avait donc pas beaucoup d’avenir en 2012 pour une ou un PDG d'une Agence régionale de santé et de services sociaux, structure administrative qui a été abolie.

      Marc Therrien