Bulletin de l’opposition

Encore une fois, Véronique Hivon (Joliette, PQ) a été à l’origine d’un exercice de réflexion non partisan en proposant la création d’un tribunal spécialisé dans les crimes sexuels. Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a accordé à la députée péquiste une note de B + pour une de ses questions sur les maternelles quatre ans. Elle mérite plutôt un A.

Hélène David (Marguerite-Bourgeoys, PLQ) s’est également jointe au comité transpartisan sur les crimes sexuels formé par la ministre de la Justice, Sonia LeBel. Elle s’est surtout signalée par son attitude responsable durant l’examen du projet de loi 21 sur la laïcité en commission parlementaire. A

Isabelle Melançon (Verdun, PLQ) a mis en lumière le « vide abyssal » qui caractérise l’action de la ministre de la Culture, Nathalie Roy. Elle a proposé d’utiliser le revenu provenant de la TVQ imposée aux entreprises numériques étrangères pour financer les productions cinématographiques et télévisuelles québécoises et de diffuser la publicité gouvernementale dans les médias québécois plutôt que sur les plateformes étrangères. B

La porte-parole libérale en matière d’environnement, Marie Montpetit (Maurice-Richard, PLQ), a raillé le virage vert du premier ministre Legault, qui s’imagine avoir inventé le pain tranché en découvrant les vertus des exportations d’hydroélectricité. Elle a réclamé en vain une loi pour contrer le suremballage. B

Il a fallu du courage à Sylvain Gaudreault (Jonquière, PQ) pour s’opposer au projet de gazoduc et d’usine de liquéfaction du gaz naturel au Saguenay, alors que les gens de sa région y sont largement favorables, comme le premier ministre Legault ne manque aucune occasion de le lui rappeler. B

 
 

Plusieurs pensaient que Gaétan Barrette (La Pinière, PLQ) ne moisirait pas longtemps sur les banquettes de l’opposition, mais il semble beaucoup s’amuser tout en marquant des points, qu’il s’agisse de pourfendre le projet de loi 17 sur le taxi ou le manque de transparence du Conseil du trésor. B

Christine Labrie (Sherbrooke, QS) a dénoncé vertement la campagne de maraudage menée par le ministère de l’Éducation auprès des parents dont les enfants sont inscrits en garderie afin de remplir les classes de maternelle quatre ans « pour sauver la face d’un projet qui ne marche tout simplement pas ». B

La plus jeune députée de l’Assemblée nationale, Catherine Fournier (Marie-Victorin, PQ), a eu le courage de claquer la porte de son parti, qu’elle croit incapable de ranimer la ferveur souverainiste. Elle a pris le gouvernement Legault au mot en reprenant à son compte deux projets de loi portant sur la nomination des juges à la Cour suprême sur la sélection des sénateurs québécois, que la CAQ avait présentés quand elle était dans l’opposition. B

Dominique Anglade (Saint-Henri–Sainte-Anne, PLQ) a posé les bonnes questions sur les 18 000 dossiers d’immigration envoyés à la déchiqueteuse ou encore la nomination de Guy LeBlanc à Investissement Québec, mais elle manque un peu de mordant. Il est difficile de l’imaginer chef du PLQ. B-

André Fortin (Pontiac, PLQ) a sans doute été sage de passer un tour, même s’il était largement favori, mais cela a plongé son parti dans un profond embarras. Malgré ses talents de parlementaire, il n’a pas réussi à ébranler la ministre de la Santé, Danielle McCann. B-

Manon Massé (Sainte-Marie–Saint Jacques, QS) avait fait une très bonne campagne électorale, mais l’élan de Québec solidaire s’est essoufflé. Elle porte bien le dossier des changements climatiques, même si elle tourne parfois les coins ronds. Elle a été incapable d’expliquer clairement la position de son parti sur les services à visage découvert. B-

Pascal Bérubé (Matane-Matapédia, PQ) a en quelque sorte sous-traité le débat sur l’avenir du PQ pour se concentrer sur le travail parlementaire. On ne peut s’empêcher de penser qu’il serait très à l’aise dans le gouvernement Legault. C

Le rejet de la recommandation du rapport Bouchard-Taylor sur le port de signes religieux par les militants solidaires a constitué une sérieuse rebuffade pour ceux qui, à l’instar de Gabriel Nadeau-Dubois (Gouin, QS), souhaitent voir QS adopter des positions plus pragmatiques. Certains à QS commencent à le trouver un peu trop BCBG. C

La politique impose parfois des contorsions intellectuelles un peu gênantes, mais celles que Sol Zanetti (Jean-Lesage, QS) a dû faire sur le port de signes religieux depuis la fusion ON-QS tiennent de la métamorphose. Il a combattu le projet de loi sur la laïcité avec le zèle du converti de fraîche date. C-

Le franc-parler de Marwah Rizqy (Saint-Laurent, PLQ) peut être rafraîchissant, mis elle a commis une faute grave en accusant sa collègue Dominique Anglade de « marchander ses valeurs » parce qu’elle proposait au PLQ de se rallier au rapport Bouchard-Taylor. Ce genre d’attaque doit être réservé aux adversaires. D

Catherine Dorion (Taschereau, QS) a ses fans, qui sont séduits par son rejet de toute rectitude politique. À force de multiplier les frasques, elle risque toutefois d’occulter le message de Québec solidaire et d’effaroucher les électeurs pour qui la politique ne consiste pas simplement à provoquer les bien-pensants. D

À l’image de son parti, l’ancienne ministre de l’Immigration Kathleen Weil (Notre-Dame-de-Grâce, PLQ) est d’une grande discrétion dans son rôle de porte-parole en matière de relations canadiennes. On a parlé d’elle seulement lors de la fuite d’un document confidentiel du Commissaire aux élections fédérales l’associant à un système de prête-noms chez SNC-Lavalin. D

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

17 commentaires
  • Gilles Bonin - Abonné 18 juin 2019 03 h 22

    Dommage

    que le chroniqueur n'est pas dans sa manche la case «bouffon» pour classer ses politiciens, notamment quand ils agissent justement en bouffons au cours de leur travail d'opposition.

  • Hélène Gervais - Abonnée 18 juin 2019 05 h 56

    Catherine Fournier ....

    Je ne suis pas du tout d'accord avec vous. Elle a été élue par des gens qui lui faisaient confiance pour le PQ et les a laissé tomber en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Elle aurait pu apporter un vent très rafraîchissant au PQ si elle y avait accompli sa mission plutôt qu'indépendante qui n'a rien à dire en arrière banc.

    • Claude Gélinas - Abonné 18 juin 2019 09 h 06

      Valait-il mieux jouer un rôle alors qu'elle avait perdu la foi envers le PQ ou continuer à oeuvrer pour l'indépendance sans être obligé de suivre la ligne du parti ? Son retour est peut être que partie remise.

    • Marie Nobert - Abonnée 18 juin 2019 12 h 44

      @Claude (Gélinas) - Abonné 18 juin 2019 09 h 06. Votre dernière phrase m'a fait sourire. Pur délice. Conséquemment, je révise sa note. De «B» elle passe à «À plus».

      JHS Baril

  • Christian Montmarquette - Abonné 18 juin 2019 08 h 33

    Québec solidaire à 19% des intentions de vote et 43% d'appuis chez les jeunes

    Tant qu'à donner des notes, en voici une qui en dit plus long que l'opinion d'un chroniqueur:

    « La semaine dernière, Québec solidaire aurait peut-être formé l'opposition officielle avec 19% des suffrages, contre 16% au PLQ et 13% au PQ. »

    À noter : « Québec solidaire fait le plein avec 43% d'appuis chez les 18-34 ans.»

    - Denis Lessard, La Presse, 18 juin 2019

    • Patrick Boulanger - Abonné 18 juin 2019 12 h 43

      Vous avez omis d'inclure ce passage à votre citation : « Miroir déformant, bien sûr, puisque le PLQ et le PQ sont dirigés par des chefs intérimaires. »

      Voir : https://www.lapresse.ca/actualites/politique/201906/18/01-5230612-legault-au-sommet-selon-un-sondage.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_politique_2275309_section_POS3

    • Christian Montmarquette - Abonné 18 juin 2019 21 h 40

      @ Patrick Boulanger

      Je n'ai rien omis du tout, puisque j'ai donné la référence.

      Et rien ne dit que QS ne progressera pas davantage d'ici à ce que le PQ et le PLQ se donnent un chef.

    • Patrick Boulanger - Abonné 19 juin 2019 09 h 12

      À mon sens, vous avez omis d'inclure ce passage dans votre citation.

      Omettre : « S'abstenir ou négliger de considérer, de mentionner ou de faire (ce qu'on pourrait, qu'on devrait considérer, mentionner, faire). » (Le petit Robert, 2012).

      À mon sens, le passage que j'ai soulevé était important puisqu'il donne une une perspective de votre citation et je ne peux m'empêcher de vous poser cette question : si le passage que j'ai mentionné appuyait l'idée que ça va bien pour QS, auriez vous omis de l'inclure dans votre citation?

  • Claire Dufour - Inscrite 18 juin 2019 08 h 49

    A donné à Hélène David

    M. David, est-ce dû au même patronyme pour avoir donné un ''A''. Elle a dû acheté le correcteur...

  • Louise Collette - Abonnée 18 juin 2019 08 h 52

    Catherine Dorion

    Ah oui, elle c'est la grande classe, elle m'éblouit. ;-)

    • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 19 juin 2019 10 h 19

      Elle est si jolie que, parfois, le miroir casse !

      Youppie !?! - 19 juin 2019 -