Bonne année! (Ce que sera fiscalement 2018)

L’année 2018 renfermant un rendez-vous électoral à Québec, le meilleur reste à venir en matière d’allégements fiscaux pour les particuliers. Mais d’ici au prochain budget, le contribuable québécois aura peu de choses à se mettre sous la dent. Petit survol des mesures annoncées lors du dernier budget Leitão et de la mise à jour économique, à partir des renseignements recueillis auprès de Revenu Québec et de quelques cabinets d’experts-comptables.

Pour 2018, le taux d’imposition qui s’applique à la première tranche de revenu imposable, soit celle qui comprend un revenu imposable inférieur ou égal à 43 055 $, passe de 16 % à 15 %. En 2017, la baisse générale d’impôt avait eu pour effet de faire passer le seuil d’imposition nulle de 14 544 $ à 14 890 $. Tous les particuliers se sont vu accorder une réduction d’impôt par le biais de l’augmentation du crédit d’impôt de base, de 2 327 $ à 2 382 $.

Pour 2018, le montant maximal de la déduction pour emploi passe de 1140 $ à 1150 $.

La période au cours de laquelle une entente de rénovation avec un entrepreneur qualifié pourra être conclue pour l’application du crédit d’impôt RénoVert a été prolongée d’un an, soit jusqu’au 31 mars 2018, et les dépenses devront être acquittées avant le 1er janvier 2019. Le montant maximal du crédit d’impôt est de 10 000 $. Il correspond à 20 % de la partie des dépenses admissibles qui excède 2500 $.

Le montant de 100 $ pour les familles pour chaque enfant d’âge scolaire et pour l’achat de fournitures a été confirmé à partir de l’année scolaire en cours, et sera versé en janvier 2018.

Indexation des montants accordés aux fins du calcul des crédits d’impôt personnels à partir de 2018. Le taux de nombreux crédits d’impôt personnels a été réduit pour passer à 15 %.

Les cotisations

Quant aux diverses cotisations :

La contribution demandée au parent dont l’enfant fréquente un service de garde subventionné est composée d’une contribution de base et d’une contribution additionnelle modulée selon le revenu familial à partir d’un revenu familial net de 50 920 $. Les frais de base pour les services de garde sont indexés. À partir du 1er janvier 2018, la contribution de base passe de 7,75 $ par jour et par enfant à 8,05 $.

Le taux de cotisation au Régime des rentes du Québec (RRQ) est augmenté de 0,15 % par année pour atteindre 10,80 % en 2017. À compter de 2018, un mécanisme automatique sera mis en place afin d’assurer l’équilibre du financement du Régime. Pour 2018, le maximum des gains admissibles passe de 55 300 $ à 55 900 $. Le taux de cotisation au RRQ demeure à 10,8 %, soit 5,4 % pour l’employé et 5,4 % pour l’employeur, pour une cotisation maximale passant de 2797,20 $ à 2829,60 $.

Pour le Québec, le taux de cotisation à l’assurance-emploi sera de 1,30 $ par tranche de 100 $ de rémunération assurable en 2018, comparativement à 1,27 $ en 2017. Le maximum de la rémunération assurable sera de 51 700 $ en 2018, comparativement à 51 300 $ en 2017. La contribution maximale d’un employé sera de 672,10 $ en 2018, en comparaison de 651,51 $ en 2017. La contribution maximale de l’employeur sera de 940,94 $, comparativement à 912,11 $ en 2017.

Les taux de cotisation au Régime québécois d’assurance parentale demeureront en 2018 les mêmes qu’en 2017. Le taux correspondant au pourcentage de revenu assurable sera ainsi de 0,548 % pour les salariés, de 0,767 % pour les employeurs et de 0,973 % pour les travailleurs autonomes. Le 1er janvier 2018, le revenu maximal assurable pris en compte passera de 72 500 $ à 74 000 $. Par conséquent, la cotisation maximale de l’employé passe de 397,30 $ à 405,52 $, et celle de l’employeur passe de 556,08 $ à 567,58 $.


 

Petit clin d’oeil immobilier. À compter de janvier, même pour une mise de fonds d’au moins 20 % permettant de se soustraire à l’assurance hypothèque, les acheteurs potentiels doivent démontrer qu’ils peuvent acquitter leur hypothèque au taux admissible le plus élevé entre le taux hypothécaire contractuel majoré de deux points de pourcentage et le taux de référence de cinq ans fixé par la Banque du Canada. Une simulation de crise existe déjà pour les emprunteurs hypothécaires assurés, qui doivent se qualifier avec le taux de référence quinquennal de la banque centrale.

Bonne année !

1 commentaire
  • Mario Jodoin - Abonné 30 décembre 2017 12 h 47

    Taux d'indexation

    Presque tous les taux d'indexation mentionnés dans cet article corresponde à l'inflation et sont donc inférieurs à 1,0 %, sauf celui des frais de garde qui s'élève à 3,9 % (0,30 $ / 7.75 $ = 3.87 %). À l'inverse, le montant du revenu familial net à partir duquel cette contribution augmente est un des seuls montants qui ne sera pas indexé (il demeure à 50 920 $). Cela n'est que la poursuite de l'augmentation des incitatifs pour que les parents passent aux garderies privées non subventionnées, pourtant de moins bonne qualité que les CPE.