Des idées préconçues?

La maison Masi offre des Amarones classiques, de longue garde.
Photo: Jean Aubry La maison Masi offre des Amarones classiques, de longue garde.

Le sauvignon n’est-il que de Sancerre ? Le riesling toujours doucereux ? Le pinot noir nécessairement bourguignon ? Ou encore le rouge sec du Douro n’est-il élaboré qu’avec les « restes » qui n’entrent pas dans la composition du célèbre porto ?

Ah ! Préjugés et idées préconçues ! Oui, le gamay peut être un cépage magnifique d’expression, le nebbiolo accessible en jeunesse lorsque maîtrisé sur le plan des tanins, ou encore grand seigneur que cet amarone della valpolicella qui sait être élégant tout en assumant sa puissance. Avec les 18 bouteilles dégustées à visage découvert cette semaine, les Amis du vin du Devoir, à défaut d’objectivité, ont essayé de dissiper quelques idées préconçues. Les voici résumées.

Reuilly 2011, Les Pierres Plates, Loire, France (23,30 $ – 11463810) : peut-être moins fin qu’à Sancerre, mais procure en revanche cette impression saline de lécher les pierres plates jusqu’à plus soif ! Bien sec et doté de toute la maturité voulue pour un vin vivace, éclatant, de belle longueur. (5) ★★★. Moyenne du groupe : ★★1/2

Pioneer Block 3, Saint Clair, Marlborough, Nouvelle-Zélande (27,50 $ – 10955054) : les Amis du vin du Devoir ont décidément un palais « européen », car ce sauvignon, sans doute trop intense, les a laissés passablement dubitatifs. J’apprécie pour ma part le caractère, la densité et l’expression unique de cette cuvée qui parle en profondeur. Grand style ! (5 +) ★★★1/2. Moyenne du groupe : ★★1/2

Riesling Grand Cru Rosacker 2013, Cave de Hunawihr, Alsace, France (27,25 $ – 642553) : discret, délicat, floral mais surtout minéral, ce riesling joue de tension et d’allonge sur un profil net, très peu sucré, un rien strict sur la finale. (5 +) ★★★. Moyenne du groupe : ★★1/2

Riesling Grand Cru Searing 2011, Domaines Schlumberger, Alsace, France (30 $ – 896571) : substance, sève et fruité bien nourri, le tout décliné avec élégance sur une texture suave et doucement miellée. Équilibre préservé entre douceur et acidité pour une belle bouteille de gastronomie (poisson en sauce, ris de veau, coquilles Saint-Jacques, etc.) (5 +) ★★★1/2. Moyenne du groupe : ★★★1/2

Red Angel on the Moonlight 2010, Jermann, Vénétie Julienne, Italie (33 $ – 11035786) : l’ambiance évoque ce tableau de Botticelli où les tonalités pastel invitent au rêve, à la détente lascive et chaude d’une fin de journée de juillet passée sous le cerisier à en croquer longuement les fruits. Un rouge fondu, à la texture épicée, suave et porteuse. Très féminin. (5) ★★★ ©. Moyenne du groupe : ★★1/2

Mercurey La Framboisière 2013, Faiveley, Bourgogne, France (33 $ – 10521029) : on pénètre littéralement dans la peau du fruit pour l’enlacer dans sa pulpe juteuse, tant le pinot noir ne ménage pas ici son intimité avec vous ! Le fruit fait vin à son meilleur, en somme. Guilleret, délicat, rieur et beau joueur, ce pinot valse avec une insoutenable légèreté de ton. Truculent, oui, mais aussi très fin. (5) ★★★. Moyenne du groupe : ★★★

Momo 2013, Marlborough, Nouvelle-Zélande (22,55 $ – 11584638) : ce pinot brille comme un soleil trop heureux de chasser les nuages après une ondée d’été. C’est précis, circonscrit, parfumé, fluide et habilement fruité derrière des tanins légers qui ne manquent pas de vivacité. À ce prix, impossible de résister. (5) ★★★. Moyenne du groupe : ★★★

Vinha Grande 2011, Casa Ferreirinha, Douro, Portugal (19,25 $ – 865329) : une belle pièce de terroir à moins de 20 $ ! Au nez, l’impression d’un jeune porto égaré au pays des vins secs qui, par la suite, s’étoffe et se charpente en bouche, avec une épaisseur et une tonalité réglissée riche et profonde. À table sur une viande braisée, bien sûr. (5 +) ★★★ © Moyenne du groupe : ★★★

Dourosa 2013, Quinta da Rosa, Douro, Portugal (18,25 $ – 12640232) : l’impression de pénétrer un chai en période de vendange, tant le fruité primeur vous gagne par son désir de vous ouvrir toutes grandes les portes du plaisir. C’est net, franc et alerte, de constitution moyenne, d’une sève serrée, presque sucrée. Charme et équilibre. (5) ★★★. Moyenne du groupe : ★★1/2

Morgon 2014, M. L., Lapierre, Bourgogne, France (31,25 $ – 11305344) : il y a des gamays qui ont de la chance. Ils auraient pu se délier la liane ailleurs, dans des terroirs nuls et entre des mains inexpérimentées, mais non. Les voilà exaucés et exaltés entre celles des Lapierre, bien à l’aise et fort digestes sous leurs lumineux habits fruités. De la soif en bouteille. (5 +) ★★★. Moyenne du groupe : ★★1/2

Morgon 2011 « Cuvée Corcelette », Jean Foillard, Bourgogne, France (n.d.) : la profondeur immédiate d’un grand pinot qui aurait fraternisé avec un gamay de cru en y apportant respectivement sa sève et l’éclat ingénu de son fruité. Un « nature » de haute tenue, très sain, presque salin. Et long en bouche avec ça. Top ! (5 +) ★★★★ ©. Moyenne du groupe : ★★★1/2

Moulin-À-Vent 2012, Les Vignes du Tremblay, P. Janin, Bourgogne, France (22,05 $ – 11305141) : la très légère emprise des brettanomyces ne déséquilibre en rien l’équilibre de ce cru au fruité substantiel, bien frais, d’une mâche friande et assurée sur la finale. (5) ★★★. Moyenne du groupe : ★★★

Barolo 2010, Fontanafredda, Piémont, Italie (32,75 $ – 00020214) : conçu pour être savouré peu de temps après sa mise en marché, ce nebbiolo est, à l’image d’un Louis Morissette ou d’un Stéphane Rousseau, cette espèce de gendre idéal qu’une mère attentionnée souhaiterait à sa fille bien aimée. Beau, bien dans sa peau, avec de la conversation et de belles manières, il sait d’où il vient et où il s’en va. Une référence. (5 +) ★★★ ©. Moyenne du groupe : ★★★

Barolo 2011, Beni di Batasiolo, Piémont, Italie (29,95 $ – 10856777) : voilà un candidat qui a bénéficié d’assemblages judicieux de parcelles et de cuves pour offrir au final une cuvée homogène, riche et bien mûre, dotée d’une certaine complexité. Difficile de trouver mieux à ce prix. (5 +) ★★★ ©. Moyenne du groupe : ★★1/2

Rasteau 2012, Les Argiles Bleues, Domaine de Beaurenard, Rhône, France (29,30 $ – 12589203) : quelle assurance ! Immuable sur son socle argileux, cette cuvée où domine le grenache noir se muscle finement tout au long du parcours en bouche, sans déraper sur le plan de son acuité fruitée. Puissance, oui, mais race et élégance aussi. (10 +) ★★★1/2 ©. Moyenne du groupe : ★★★1/2

Château Mont-Redon 2010, Châteauneuf-du-Pape, Rhône, France (42,75 $ – 856666) : Jean Abeille et son équipe savent depuis un bon moment déjà polir les angles, ajuster les pièces et huiler la mécanique fine des cépages de cette cuvée classique. Et toujours cette discrète élégance, ce style élancé porteur d’un fruité qui peu à peu s’immisce en profondeur, sous les galets roulés du terroir. Classe, évidemment. (5 +) ★★★★ ©. Moyenne du groupe : ★★★★

Amarone della Valpolicella Montresor 2012, Vénétie, Italie (33,25 $ – 00240416) : le curieux nez de cire à meuble laisse place en bouche à un rouge vivant, capiteux, mais un rien abrupt et asséchant sur le plan de la texture. La finale s’étiole comme un frelon soumis à l’impact d’un pare-brise sous haute vitesse. Cette bouteille est à l’Amarone ce que la fameuse Fiole du Pape est au Châteauneuf-du-Pape. À vous de voir. (5) ★★ ©. Moyenne du groupe : ★★1/2

Amarone della Valpolicella Costasera, Masi 2010, Vénétie, Italie (42,25 $ – 00317057) : c’est que Sa Majesté est heureuse sous ses velours cramoisis, assurant par sa présence respect et dignité. Le discours est clair, nourri d’hyperboles, les saveurs riches roulant ce velours au palais comme on roulerait une pelle à l’être aimé lors d’un rendez-vous galant. Classique ! (10 +) ★★★1/2 ©. Moyenne du groupe : ★★★★

(5) à boire d’ici cinq ans
(5+) se conserve plus de cinq ans
(10+) se conserve dix ans ou plus
© devrait séjourner en carafe
Appréciation en cinq étoiles
1 commentaire
  • Richard Van Neste - Abonné 9 octobre 2015 08 h 03

    Bourgogne ou Beaujolais

    L'appellation Morgon n'est-elle pas dans le Beaujolais plutôt que dans le Bougogne?