Une étape importante

Dans un cocktail dînatoire mondain trié sur le volet, il vous est toujours loisible de tester les convives en lançant des nombres à la cantonade pour voir qui se révèle un vrai amateur de sport. 38 387, par exemple ? Le nombre de points en carrière marqués par Kareem Abdul-Jabbar, un record de la NBA. 8-3-6-4-6-2-5 ? La notation d’un retrait après un coup sûr au champ centre où le frappeur-coureur s’est fait pogner en souricière. 19-2 ? Ah, on voit bien ici votre dépendance aux séries télévisées. Car 19-2 est plutôt le score final du match de balle universitaire opposant les Huggies de Texas A M (victorieux) aux Crusaders de Holy Cross et disputé le 13 février dernier. (Et oui, les Croisés de Sainte Croix, voilà qui donne sérieusement le goût d’aller s’acheter une cotte de mailles et un heaume et d’écouter de vieux MP3 des prêches d’Urbain II.)

Et 660 ? Non, il ne s’agit pas du numéro de la Bête auquel on aurait retranché 6 pour des motifs obscurs. 660, c’est la quantité de coups de circuit en carrière du grand Willie Mays, le 4e total de l’histoire du baseball majeur et le 3e si on ne compte pas ceux qui ont pris de la drogue. (Barry Bonds, c’est toi que je regarde, quoique je ne sais pas si je le ferais en personne, ça donne des gros bras ces affaires-là.)

Or avant le match de lundi soir des Yankees de New York à domicile contre les Rays de Tampa Bay, Alex Rodriguez, qui connaît un début de saison étonnamment bon après qu’il eut purgé une suspension d’un an en raison de ses liens avec des gens au passé encore plus lourd en matière de substances diverses que la masse salariale des Bombardiers du Bronx, comptait 659 longues balles. C’est dire que s’il ne l’a pas fait lundi, Rodriguez égalera puis éclipsera Mays au rayon des cogneurs au cours des prochains jours. Et c’est là que ça devient intéressant.

Une entente liant Rodriguez aux Yankees prévoit en effet que le joueur doit toucher 6 millions $US quand il égalera Mays, puis 6 autres millions quand il rejoindra Babe Ruth (714 circuits), puis 6 autres millions lorsqu’il égalera Hank Aaron (755), puis 6 autres millions quand il rejoindra Bonds (762) et enfin 6 autres millions quand il dépassera ce dernier. Voilà de quoi boucler une fin de mois dans la joie.

Le hic, c’est que les Yankees ne sont plus tellement tentés d’allonger le fric. Quand l’entente a été conclue en 2007, le nom de Rodriguez n’avait pas encore été traîné dans la gadoue du dopage (du moins pas officiellement) et les primes promises, estimait le club, seraient un cadeau pour celui franchirait des étapes importantes (milestones) qui deviendraient dès lors de puissants outils de marketing.

Mais voilà, prétendront certainement les Yankees, en raison de sa réputation, il ne sera plus considéré que Rodriguez aura franchi une étape importante. Il n’y a donc pas de marketing possible à faire avec ça. L’équipe a d’ailleurs franchi sa propre première étape importante : dans un document remis aux médias énumérant les étapes importantes à venir pour ses joueurs, on retrouve notamment les 200 matchs joués en carrière d’un certain Didi Gregorius, mais pas les 660 circuits de Rodriguez.

On pourrait donc se retrouver avec une belle chicane financière en pleine saison. Remarquez qu’on a tendance à souhaiter des choses semblables aux Yankees, mais bon.

En tout cas, ceux qui ont l’habitude de se réveiller la nuit pour détester les Yankees ont déjà imaginé des scénarios cocasses. Si par exemple Rodriguez échoue à en dévisser une dans la série de trois matchs contre les Rays, il pourrait rejoindre Mays à l’occasion de la série suivante, qui s’adonne à se dérouler dans l’antre de leurs éternels rivaux, les Red Sox de Boston. Si c’était le cas, les Sox auraient alors tout loisir de narguer leurs ennemis en inscrivant en lettres de bois au tableau indicateur géant « Félicitations “A-Rod” pour cette étape importante »…

Quant à Rodriguez lui-même, on lui a demandé de commenter la situation après qu’il eut frappé son 659e dimanche. Sa réponse : « Je ne suis pas diplômé en marketing. »

À voir en vidéo