Séisme en Iran: l’amertume croît parmi les sinistrés

Sar-e Pol-e Zahab — Les sinistrés du séisme ayant frappé dimanche soir l’ouest de l’Iran exprimaient leur amertume mardi soir en se préparant à passer une troisième nuit fraîche hors de leurs habitations détruites ou endommagées. « Depuis deux jours, nous sommes là, sans rien. Nous n’avons pas de tentes, pas de couvertures », dit Ali, jeune habitant de Sar-e Pol-e Zahab, la ville la plus touchée par ce tremblement de terre ayant fait officiellement au moins 432 morts en Iran. Venu conforter la population de Sar-e Pol-e Zahab et des environs, le président iranien, Hassan Rohani, a loué mardi « la fraternité » et l’entraide dont ont fait preuve les habitants eux-mêmes dans un premier temps et « toute la population iranienne ». « Nous ne vous laisserons pas seuls ! » a-t-il promis. À l’approche de l’hiver, l’aide aux sinistrés est un défi majeur. Selon une estimation officielle, 15 500 logements ont été détruits et 15 000 autres, endommagés.