Un schizophrène susceptible d’être exécuté

Islamabad — Un tribunal pakistanais a ordonné l’exécution d’un condamné à mort schizophrène, ont indiqué ses avocats, quelques mois après que la Cour suprême a suspendu l’exécution d’un autre prisonnier reconnu comme malade mental. Khizar Hayat, un ancien officier de police de 55 ans, a été condamné en 2003 pour avoir tué par balle un collègue. Les Nations unies ont par le passé appelé le Pakistan à respecter les droits des malades mentaux détenus, citant spécifiquement le cas de M. Hayat. L’organisation de lutte contre la peine de mort Justice Project Pakistan (JPP), qui conseille M. Hayat, a indiqué que son avocat avait fait appel de la condamnation en septembre 2015 au vu de son état mental.