Macron à l’aube d’un deuxième mandat aux nombreux défis

Emmanuel Macron a assuré lundi à Berlin qu’il savait déjà qui serait son prochain Premier ministre, doté selon lui d’un profil «social», «écologique» et «productif».
Photo: John MacDougall Agence France-Presse Emmanuel Macron a assuré lundi à Berlin qu’il savait déjà qui serait son prochain Premier ministre, doté selon lui d’un profil «social», «écologique» et «productif».

Le président français, Emmanuel Macron, achève vendredi à minuit son premier quinquennat marqué par de fortes crises, dans l’attente de la nomination de son prochain premier ministre, qui sera chargé de donner un nouvel élan pour les élections législatives de juin.

Confortablement réélu le 24 avril face à sa rivale d’extrême droite Marine Le Pen et investi samedi dernier pour un deuxième mandat, le président Macron temporise sur l’annonce de son prochain chef de gouvernement en remplacement de l’actuel, Jean Castex.

Le choix est d’autant plus attendu qu’il viendra confirmer ou non l’orientation qu’entend se donner le président français, qui a promis de tenir compte de la colère exprimée par de nombreux Français lors de l’élection présidentielle et de changer de méthode.

Ni la présidence ni le siège du gouvernement n’ont donné d’indication sur quand l’actuel chef de gouvernement présenterait sa démission. Rien d’ailleurs ne l’oblige constitutionnellement à quitter son poste avant le coup d’envoi du deuxième quinquennat, vendredi à minuit.

Mais le scénario d’un départ en début de semaine prochaine se dessine, alors que les oppositions de gauche et d’extrême droite fourbissent leurs armes en vue des législatives du 12 et 19 juin.

Ce week-end, Jean Castex doit conduire la délégation française pour la canonisation dimanche au Vatican de l’explorateur puis ermite Charles de Foucauld.

« La démission interviendra lundi », croit savoir un responsable de la majorité présidentielle.

Restera ensuite à savoir si son successeur sera nommé dans la foulée et dans quel délai la nouvelle équipe gouvernementale sera formée.

Les spéculations vont bon train sur le profil de ce chef de gouvernement, lequel en France est chargé de mettre en œuvre la politique du président. Ce serait a priori une femme, selon des confidences de proches du président.

 

Emmanuel Macron a assuré lundi à Berlin qu’il savait déjà qui serait son prochain premier ministre, doté, selon lui, d’un profil « social », « écologique » et « productif ».

Parmi les noms qui circulent figurent la directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, l’actuelle ministre du Travail, Élisabeth Borne, et encore l’ex-ministre socialiste des Affaires sociales Marisol Touraine.

Réformes

 

Durant la semaine, Emmanuel Macron a partagé son temps entre la préparation de ce deuxième quinquennat et de nombreux appels avec les dirigeants étrangers, qui tenaient à le féliciter pour sa réélection.

Après un long échange mardi avec le président chinois, Xi Jinping, il a notamment parlé avec les dirigeants de l’Union africaine, son homologue ivoirien, Alassane Ouattara, et le premier ministre irakien, Moustafa Al-Kazimi. Sans oublier le premier ministre canadien, Justin Trudeau, avec lequel il a réaffirmé « l’attachement à l’étroite coordination qui prévaut depuis le début du conflit en Ukraine entre partenaires du G7 ».

Certains appellent le chef de l’État à ne plus trop tarder alors que l’opposition de gauche, réunie derrière le tribun Jean-Luc Mélenchon, occupe le devant de la scène en ce début de campagne des législatives.

Le leader du parti radical La France insoumise, qui a obtenu 22 % des voix lors du premier tour de la présidentielle le 10 avril, a confirmé jeudi à Marseille (sud) qu’il ne se représenterait pas en personne à ces législatives, parachutant à sa place un fidèle, son directeur de campagne Manuel Bompard.

L’enjeu des législatives pour le président Macron est d’obtenir, comme c’est le cas à présent, une majorité absolue dans la nouvelle Assemblée nationale (577 députés), ce qui lui laisserait les mains libres pour engager plusieurs réformes délicates.

À commencer par une réforme majeure des retraites qui repousse l’âge de départ et qui est très contestée dans le pays. Le président a aussi dit vouloir adopter une série de mesures dès cet été pour faire face à la hausse sans précédent depuis des décennies de l’inflation, qui affecte le portefeuille des Français sur fond d’une croissance économique en berne.

Toutes les enquêtes d’opinion montrent que le pouvoir d’achat reste la préoccupation majeure des Français.

La situation est d’autant plus délicate que l’élection présidentielle, marquée aussi par la guerre en Ukraine, a montré un fort rejet du système et une forte lassitude démocratique, qui s’est matérialisée avec un taux quasi record de 28 % d’abstentions le jour du scrutin.

Le dernier quinquennat du président Macron avait déjà été jalonné de crises, des manifestations antisystème du mouvement des Gilets jaunes à la pandémie de COVID-19.

À voir en vidéo