L’iniquité vaccinale frappe aussi durement l’Europe

L’OMS Europe a souligné lundi un «manque d’accès aux vaccins dans certains pays», mais aussi «un manque d’acceptation des vaccins dans d’autres».
Photo: Fred Tanneau Archives Agence France-Presse L’OMS Europe a souligné lundi un «manque d’accès aux vaccins dans certains pays», mais aussi «un manque d’acceptation des vaccins dans d’autres».

La vaccination contre la COVID-19 progresse de manière très inégale en Europe, les pays les moins favorisés, principalement ceux à l’est du continent, accusant un net retard sur les pays riches d’Europe occidentale. Ces disparités inquiètent la Commission européenne et l’OMS.

À ce jour, au moins 845,5 millions de doses ont été administrées en Europe (Turquie et Russie incluses), soit 99 doses pour 100 habitants, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles. Un peu plus de la moitié de la population européenne (53,5 %) a reçu au moins une dose, et près de la moitié de la population (47 %) est complètement vaccinée.

Ces statistiques font de l’Europe la deuxième zone parmi les plus vaccinées au monde, derrière la zone États-Unis–Canada (115 doses pour 100 habitants), mais loin devant l’Asie (77 doses) qui complète le podium. La moyenne mondiale s’établit à 68 doses pour 100 habitants. Mais ces chiffres globaux cachent de fortes disparités entre les pays d’Europe.

Au sens de la Banque mondiale, 34 pays européens (sur 51) ont des revenus « élevés », parmi lesquels la quasi-totalité des pays de l’Union européenne (UE), le Royaume-Uni, la Norvège et la Suisse. Ces pays ont administré en moyenne 122 doses pour 100 habitants ; les deux tiers de leur population (66 %) ont reçu au moins une dose et 60 % sont complètement vaccinés.

Les autres pays européens, tous classés dans les catégories de revenus « intermédiaires » par la Banque mondiale, ont injecté deux fois moins de doses (63 pour 100 habitants). En moyenne, un tiers seulement des habitants (34 %) de ces pays ont reçu au moins une dose, 27 % sont complètement vaccinés.

Cet écart se ressent au sein même de l’Union européenne, la commissaire européenne à la Santé ayant souligné mardi un « écart inquiétant » des taux de vaccination entre États membres. Le seul pays à revenu « intermédiaire » du bloc, la Bulgarie, est de loin le moins vacciné, avec seulement 17 % de sa population complètement vaccinée. Le pays, qui profite des livraisons pilotées par Bruxelles, ne manque pourtant pas de doses, mais sa campagne souffre d’un déficit de confiance envers les vaccins.

Bilans contrastés

L’OMS Europe a souligné lundi un « manque d’accès aux vaccins dans certains pays », mais aussi « un manque d’acceptation des vaccins dans d’autres ».

Hors UE, dans les pays européens les moins vaccinés, ces deux manques se cumulent. Les quatre pays les moins vaccinés d’Europe — Arménie (3 % complètement vaccinés), Ukraine (9 %), Géorgie et Bosnie-Herzégovine (11 % chacun) — ont été parmi les derniers du continent à lancer leur campagne, en février et mars.

3 %
C’est le pourcentage de la population arménienne à être entièrement vacciné, le taux le plus bas en Europe. En comparaison, le Portugal a déjà vacciné entièrement 73 % de sa population.

Leurs campagnes sont à des années-lumière de celles de pays comme le Portugal (73 % complètement vaccinés), le Danemark (71 %), l’Espagne (69 %), la France (65 %) ou le Royaume-Uni (63 %), qui se classent parmi les plus vaccinés d’Europe et du monde. 

À voir en vidéo