Désespoir sur l’île grecque d’Eubée en flammes

Selon le vice gouverneur d’Eubée, Giorgos Kelaïtzidis, au moins 35 000 hectares et des centaines de maisons ont brûlé, laissant les habitants dans une profonde détresse.
Photo: Angelos Tzortzinis Agence France-Presse Selon le vice gouverneur d’Eubée, Giorgos Kelaïtzidis, au moins 35 000 hectares et des centaines de maisons ont brûlé, laissant les habitants dans une profonde détresse.

Des milliers d’habitants désespérés de l’île grecque d’Eubée en flammes observaient comme des « morts-vivants » dimanche le brasier qui consumait leurs villages et leurs terres, au douzième jour d’une vague d’incendies de forêt en Grèce et en Turquie.

« La bataille continue », a déclaré le vice-ministre grec de la Protection civile Nikos Hardalias, annonçant « une autre nuit difficile » pour les Grecs et pour les pompiers.

Si la plupart des feux étaient maîtrisés dimanche en Turquie, le sinistre de l’île d’Eubée, la deuxième plus grande de Grèce, restait le plus préoccupant du pays. « On en a vécu des incendies, mais cette situation, c’est du jamais vu », se désole Nikos Papaioannou, un habitant de Gouvès, avant que son village assailli par les flammes ne soit évacué.

En proie au feu depuis six jours, cette langue de terre coincée entre l’Attique et la mer Égée offrait un panorama apocalyptique. Le long des routes, les résidents aspergeaient d’eau leurs terrains, tandis que les flammes engloutissaient les épaisses zones boisées.

La Grèce et la Turquie subissent depuis près de deux semaines une canicule exceptionnelle. Les incendies favorisés par des températures caniculaires ont fait huit morts en Turquie, deux en Grèce, ainsi que des dizaines d’hospitalisés.

Le nord d’Eubée est presque rayé de la carte. C’est tragique de voir tant de feux hors de contrôle depuis des jours.

Aux portes d’Athènes, le sinistre qui a détruit des dizaines d’habitations et d’entreprises était en rémission dimanche, mais « le danger de résurgence est élevé », a prévenu M. Hardalias.

Un hélicoptère a été envoyé dimanche pour hélitreuiller un pompier blessé de la forêt du nord d’Athènes où il se battait contre une reprise du feu. Sur l’île ionienne de Zante, où un petit feu s’était déclaré, un avion bombardier d’eau s’est écrasé en opération sans faire de victime, selon les pompiers.

De part et d’autre de la mer Égée, les soldats du feu luttaient contre les flammes dans la région turque de Mugla et sur la péninsule grecque du Péloponnèse, où la situation s’est stabilisée dimanche.

Manque de moyens

Mais le principal cauchemar des autorités grecques reste l’immense île montagneuse d’Eubée, ses villages réduits en cendres et ses épaisses pinèdes embrasées.

« Combien de temps ce drame va-t-il encore durer ? » a gazouillé l’ancien premier ministre Alexis Tsipras. « Le nord d’Eubée brûle depuis six jours. Les autorités locales et les habitants crient qu’ils sont désespérément seuls », a ajouté le dirigeant de l’opposition de gauche, dénonçant, comme beaucoup, le manque de moyens aériens et terrestres.

« Les forces ne sont pas suffisantes » et « la situation est critique », a martelé aussi Giorgos Kelaïtzidis, vice-gouverneur d’Eubée. Selon lui, au moins 35 000 hectares et des centaines de maisons ont brûlé.

Le gouvernement grec assure pourtant que « les forces terrestres et aériennes livrent une grande bataille, sans interruption ». Mais les moyens aériens connaissent de « sérieuses difficultés » à cause des turbulences, des fumées épaisses et d’une visibilité limitée, a précisé M. Hardalias.

Malgré le relief accidenté, près de 500 pompiers poursuivaient leur combat acharné contre le feu dans le nord de l’île, enflammée d’est en ouest, enveloppée dans un épais nuage de fumée noir et orange, a constaté une équipe de l’AFP. Parmi eux figurent quelque 200 pompiers venus d’Ukraine et de Roumanie, renforcés par 17 avions et hélicoptères bombardiers d’eau, selon les services d’incendie grecs.

La France, qui a déjà livré trois Canadairs et 80 pompiers déployés au nord d’Athènes, a annoncé dimanche l’envoi de « moyens supplémentaires : deux colonnes feux de forêt, composées de 160 personnes et plus de 50 véhicules » qui seront sur place en début de semaine, a publié sur Twitter le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin.

« Abandonnés aux mains de Dieu »

Estimé à 30 kilomètres, « le front est trop grand. On essaye de sauver le village, mais les moyens sont insuffisants », s’est désolé Nikos Papaioannou, un habitant de Gouvès. « C’est dramatique. On va tous finir à la mer ». Quelque 2000 habitants de l’île ont été évacués par bateau et relogés dans des hôtels.

À Eubée, « 40 000 personnes vivront comme des morts-vivants ces prochaines années à cause de la destruction de la région », s’est désespéré sur Iraklis TV, un habitant d’Istiaia.

Yannis Selimis, résident de Gouvès, pense aussi qu’il n’y aura « plus de travail pour les 40 prochaines années ». Dans le village où beaucoup vivent de leurs terres, le jeune homme estime que « l’État est absent. Si les gens partent, les villages vont brûler […] On est abandonnés aux mains de Dieu ».

« Le nord d’Eubée est presque rayé de la carte », a fustigé Nasos Iliopoulos, porte-parole de Syriza, le principal parti d’opposition. « C’est tragique de voir tant de feux hors de contrôle depuis des jours », a-t-il dit, y voyant de « graves responsabilités ».

Plus de 70 000 hectares ont brûlé depuis le début de 2021 en Grèce, dont 56 000 ces dix derniers jours, selon le Système européen d’information sur les feux de forêt (EFFIS). Quelque 1700 hectares avaient brûlé en moyenne sur ces dix jours d’été entre 2008 et 2020.

À voir en vidéo