Bulgarie : le premier parti protestataire propose un gouvernement minoritaire

« Slavi », comme l’appellent les Bulgares, a remercié ses électeurs pour leur « fantastique soutien ».
Photo: 7/8 TV « Slavi », comme l’appellent les Bulgares, a remercié ses électeurs pour leur « fantastique soutien ».

Le chanteur reconverti Slavi Trifonov, dont le parti antisystème a réalisé une percée aux législatives dimanche en Bulgarie, a revendiqué lundi le droit de composer un gouvernement, tout en refusant de s’associer aux autres forces protestataires.

« Il est temps de passer à autre chose », a déclaré cet animateur de télévision de 54 ans, dans une intervention diffusée sur sa propre chaîne, en costume cravate sur fond sombre.

« Il y a un tel peuple » [ITP], fondé en 2020, « ne formera pas de coalition avec un autre parti, mais prendra la responsabilité de constituer son propre cabinet », a-t-il déclaré, martelant sa volonté de rompre avec des pratiques du passé « amorales et indignes ».

Selon les projections, il obtiendrait 64 sièges sur les 240 du Parlement, soit loin de la majorité.

Lui-même, qui souffre de problèmes de santé, ne briguera pas le mandat de premier ministre.

Il a choisi pour ce poste un polyglotte et un politicien expérimenté, plusieurs fois ministre, Nikolay Vasilev. Il serait épaulé par de nombreux jeunes et femmes, qui ont tous fait des études à l’étranger.

Pour la première fois, une représentante de la communauté Rom devrait faire son entrée au gouvernement. Cette minorité estimée à 9 % de la population bulgare souffre toujours d’une forte discrimination.

M. Trifonov doit cependant attendre les résultats définitifs : si son parti arrive en tête, le président Roumen Radev lui confiera alors la tâche d’annoncer un gouvernement qui succédera à l’équipe intérimaire nommée après le scrutin d’avril.

« Slavi », comme l’appellent les Bulgares, a remercié ses électeurs pour leur « fantastique soutien ».

Selon les données partielles de ce scrutin marqué par un fort taux d’abstention, ITP se trouve au coude-à-coude avec le parti conservateur Gerb de l’ancien Premier ministre Boïko Borissov, qui a gouverné pendant quasiment une décennie.

Gerb a recueilli 23,66 % des voix, et ITP 23,91 %, mais le vote des Bulgares de l’étranger, favorable au parti de M. Trifonov, devrait faire la différence et lui permettre de passer devant, a estimé l’analyste Dobromir Jivkov, de l’institut Market Links sur la chaîne bTV.

Les socialistes n’arrivent que troisièmes avec 13,63 %, suivis de près par un autre parti protestaire, Bulgarie démocratique, un parti de droite, qui avait déclenché l’été dernier un mouvement de protestations massives contre M. Borissov, accusé de nourrir la corruption.

À voir en vidéo