Le camp d’Angela Merkel encaisse un revers historique

Les révélations en cascade, depuis la fin février, autour de l’«affaire des masques», et les critiques croissantes sur la gestion de la crise sanitaire ont affaibli le parti de la chancelière.
Photo: Markus Schreiber Pool via Associated Press Les révélations en cascade, depuis la fin février, autour de l’«affaire des masques», et les critiques croissantes sur la gestion de la crise sanitaire ont affaibli le parti de la chancelière.

Les conservateurs allemands de la chancelière Angela Merkel, fragilisés par des ratés dans la gestion de la pandémie et un encombrant scandale financier, essuyé dimanche une cinglante défaite lors de deux élections régionales cruciales, à six mois des législatives.

L’Union chrétienne-démocrate (CDU) se dirige vers son pire score électoral dans les États régionaux du Bade-Wurtemberg et de Rhénanie-Palatinat,dans le sud-ouest de l’Allemagne, d’après les projections des chaînes ARD et ZDF. La CDU ne recueille dans le Bade-Wurtemberg que 24,1 % des suffrages, contre 27 % il y a cinq ans, alors qu’en Rhénanie-Palatinat, elle atteint environ 27,7 %, contre 31,8 % en 2016.

Si les conservateurs ne partaient pas favoris dans ces deux länder dirigés respectivement par les Verts et les sociaux-démocrates du SPD, ils accusent cependant un recul de mauvais augure en vue des législatives du 26 septembre.

Les révélations en cascade, depuis la fin février, autour de l’« affaire des masques », et les critiques croissantes sur la gestion de la crise sanitaire ont affaibli le parti de la chancelière. La CDU traverse « sa plus grave crise » depuis le scandale des caisses noires, qui avait précipité la chute d’Helmut Kohl à la fin des années 1990, estiment de nombreux commentateurs. Cette fois, ce sont notamment des soupçons de commissions perçues par des députés dans des contrats d’achat de masques, au début de la pandémie, qui écornent l’image de la majorité.

Ce scandale, a reconnu dimanche soir le secrétaire général de la CDU, Paul Ziemiak, a « lourdement influé sur » le résultat de ces scrutins. Le responsable a promis « la tolérance zéro » face aux malversations de ceux « qui s’enrichissent pendant la crise (sanitaire) ».

L’« affaire des masques » passe d’autant plus mal que des millions d’Allemands, un an après le début de la pandémie, sont las des restrictions et semblent douter de la stratégie du gouvernement. Les difficultés d’approvisionnement des vaccins contre le COVID-19 n’ont fait qu’accentuer le mécontentement, sur fond de remontée du nombre des cas de contamination ces derniers jours. Les autorités sanitaires ne cachent d’ailleurs plus leur inquiétude face au « début d’une troisième vague ».

À voir en vidéo