L’Union européenne approuve le vaccin de Pfizer-BioNTech contre la COVID-19

Le vaccin contre la COVID-19 de PFizer-BioNTech a déjà été approuvé dans plusieurs pays, dont le Royaume-Uni, le Canada et les États-Unis.
Photo: Menahem Kahana Agence France-Presse Le vaccin contre la COVID-19 de PFizer-BioNTech a déjà été approuvé dans plusieurs pays, dont le Royaume-Uni, le Canada et les États-Unis.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé lundi qu’elle autorisait la distribution dans l’UE du vaccin anti-COVID-19 du duo Pfizer-BioNTech, quelques heures après le feu vert de l’Agence européenne des médicaments (AEM).

« L’Agence européenne des médicaments a évalué ce vaccin minutieusement et a conclu qu’il était sûr et efficace contre la COVID-19. Sur la base de cette évaluation scientifique nous avons procédé à son autorisation sur le marché de l’Union européenne », a déclaré Mme Von der Leyen, en précisant que les premières vaccinations auraient lieu entre le 27 et le 29 décembre.

La présidente de la Commission s’est dite « fière que le premier vaccin contre la COVID-19 disponible en Europe soit un pur produit de l’innovation européenne ». Il a été conçu par le laboratoire allemand BioNTech, basé à Mayence, et l’américain Pfizer.

L’exécutif européen avait promis qu’il donnerait son autorisation dans un délai de deux jours après le feu vert de l’AEM, mais le processus a été accéléré.

« La Commission, les États membres et la compagnie (BioNTech) travaillent maintenant pour une livraison des premières doses le 26 décembre », a précisé la Commission dans un communiqué.

Les livraisons se poursuivront ensuite, en décembre et durant les prochains mois, pour atteindre 200 millions de doses d’ici à septembre 2021.

Stella Kyriakides, commissaire européenne à la Santé, a averti que l’arrivée du vaccin n’était pas une solution miracle, car les doses resteront limitées dans un premier temps. « Nous devons continuer à respecter les mesures recommandées et à nous protéger », a-t-elle insisté.

Elle a également défendu les mesures de restrictions pendant les Fêtes, alors que les chiffres de contamination sont en hausse dans de nombreux États membres. « Ce n’est pas le moment d’alléger les mesures […], il faut éviter une résurgence possible des cas après la fin d’année », a affirmé Mme Kyriakides.

« Davantage de vaccins seront approuvés bientôt s’ils s’avèrent sûrs et efficaces », a promis Mme von der Leyen. « L’AEM donnera son évaluation sur un deuxième vaccin, celui de Moderna, le 6 janvier », a-t-elle indiqué.

La directrice générale de l’AEM, Emer Cooke, a déclaré lundi qu’il n’existe pour l’instant « aucune preuve » permettant de dire que le vaccin Pfizer-BioNTech ne protégerait pas contre le nouveau variant du coronavirus SRAS-CoV-2.

À voir en vidéo