Séisme en Turquie: de l’espoir, malgré un bilan qui continue de s’alourdir

Une fillette de trois ans, Elif Perincek, enfouie sous les décombres d’un immeuble dans le district de Bayrakli, a été secourue 65 heures après le tremblement de terre et transportée à l’hôpital.
Photo: Serkan Oktar/Service incendie d'Istanbul Une fillette de trois ans, Elif Perincek, enfouie sous les décombres d’un immeuble dans le district de Bayrakli, a été secourue 65 heures après le tremblement de terre et transportée à l’hôpital.

Les secouristes ont extirpé lundi deux enfants en vie des décombres d’immeubles effondrés dans la province d’Izmir, près de trois jours après un puissant séisme en mer Égée qui a fait 91 morts en Turquie et deux autres sur une île grecque.

Une fillette de trois ans, Elif Perincek, enfouie sous les décombres d’un immeuble dans le district de Bayrakli, a été secourue 65 heures après le tremblement de terre et transportée à l’hôpital, a indiqué l’agence gouvernementale turque des situations de catastrophe (AFAD). Les médias turcs ont diffusé des images de la fillette enveloppée dans une couverture en train d’être évacuée sous les applaudissements d’un groupe de secouristes.

Elif Perincek est la 106e personne à avoir été extirpée en vie des décombres des bâtiments détruits ou endommagés par le tremblement de terre qui a frappé vendredi la province d’Izmir, dans l’ouest de la Turquie, ainsi que l’île grecque de Samos.

Parmi les personnes secourues figurent la mère, les deux sœurs et le frère d’Elif Perincek, soustraits des décombres samedi soir. Le frère est toutefois décédé peu après, selon la télévision d’État, la TRT.

Larmes de joie

Le pompier qui a retrouvé la fillette, Muammer Celik, a affirmé à l’AFP qu’il avait cru dans un premier temps qu’elle était décédée.

« On a pensé qu’elle était morte, j’ai demandé une housse mortuaire et une couverture. Mais après avoir découpé le métal, j’ai voulu essuyer la poussière qui la couvrait et quand j’ai tendu ma main, elle a saisi mon pouce tout d’un coup », a-t-il raconté.

« À ce moment-là, je me suis figé, mes collègues aussi, avant de pleurer de joie. Elif a seulement lâché ma main une fois qu’on l’a évacuée vers une tente », a-t-il ajouté.

Quelques heures avant le sauvetage d’Elif, les secouristes ont retiré une autre jeune fille en vie, Idil Sirin, 14 ans, des décombres d’un autre immeuble, selon l’AFAD.

Mais la joie de la famille fut de courte durée puisque la sœur d’Idil, Ipek, a été retrouvée morte sous les ruines, a rapporté le quotidien Hurriyet.

Les recherches continuent

Le tremblement a fait au moins 91 morts en Turquie, selon le dernier bilan publié lundi. Deux autres personnes sont décédées sur l’île grecque de Samos.

Environ 1000 personnes ont en outre été blessées en Turquie, dont plus de 200 sont toujours hospitalisées. Selon les autorités turques, 1864 tentes ont été installées dans la région d’Izmir et hébergent à ce jour quelque 5000 personnes dont les logements ont été détruits ou endommagés.

Les secouristes continuaient de fouiller lundi les décombres dans l’espoir de retrouver d’autres survivants, selon des journalistes de l’AFP sur place.

Munis d’appareils de détection acoustique, les secouristes enjoignaient régulièrement à la foule de se taire pour pouvoir détecter même les sons les plus faibles provenant des décombres. Certains d’entre eux demandaient à l’aide de mégaphones aux éventuels survivants d’essayer de crier pour se faire localiser.

Les autorités ont par ailleurs arrêté neuf entrepreneurs dans le cadre d’une enquête en lien avec le tremblement de terre portant sur la construction à Izmir d’immeubles qui ne répondraient pas aux normes antisismiques en vigueur en Turquie, selon l’agence étatique Anadolu.

À voir en vidéo