Londres commence à couper les ponts avec l’Union européenne

Londres — Les représentants britanniques cesseront d’assister à la plupart des réunions de l’Union européenne à partir du 1er septembre, à l’exception de celles « concernant l’intérêt national », comme la sécurité, a annoncé mardi le ministère chargé du Brexit, prévu le 31 octobre. Le gouvernement estime que le temps ainsi gagné sera mieux utilisé en se concentrant sur le Brexit. Le premier ministre, Boris Johnson, continuera toutefois d’assister au Conseil européen, a précisé le ministère dans un communiqué. « Beaucoup des discussions à ces réunions de l’UE traiteront de l’Union après que le Royaume-Uni en sera sorti », a justifié le Ministère. Londres a assuré que cette décision ne visait « en aucun cas à gêner le fonctionnement de l’UE », précisant que « le vote britannique serait délégué de façon à ne pas bloquer les affaires en cours des 27 autres membres ».