La gauche danoise tourne le dos à l'immigration

Des Danois anti-islam, membres de l’association PEGIDA, manifestaient à Copenhague en 2015. Le parti social-démocrate a fait un virage à 180 degrés sur la question de l’immigration, notamment afin de séduire l’électorat des classes populaires.
Photo: Sophia Juliane Lydolph AGence France-Presse/Scanpix Denmark Des Danois anti-islam, membres de l’association PEGIDA, manifestaient à Copenhague en 2015. Le parti social-démocrate a fait un virage à 180 degrés sur la question de l’immigration, notamment afin de séduire l’électorat des classes populaires.

Au moment où l’Italie refuse à un bateau chargé de migrants d’accoster, l’immigration déchire l’Europe tout entière. Le Devoir est allé voir où en était ce débat au Danemark, un des tout premiers pays européens à s’interroger sur l’immigration massive. Deuxième texte d’une série de trois.

« J’ai déjà serré la main de François Mitterrand. C’était à l’Élysée vers 1983. Je ne peux pas croire que son parti soit aujourd’hui presque sur le point de disparaître. » Henrik Sass Larsen était alors président des jeunesses sociales-démocrates danoises. Il avait à peine vingt ans. Toute l’Europe avait alors les yeux tournés vers le Parti socialiste français, dit-il, un parti devenu un tiers parti depuis la dernière présidentielle et dont le nom du chef, Olivier Faure, ne dit à peu près rien à personne.

« Ce qui arrive aux socialistes français est pour nous un terrible avertissement », dit ce député de gauche, ancien ministre du Développement économique. « Partout, la social-démocratie est en crise, dit-il, en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni… Partout où elle n’a pas su relever le défi de l’immigration ! »

Le Danemark est peut-être une société ouverte, mais seulement pour ses propres citoyens

Larsen a grandi dans la banlieue ouvrière de Taastrup, près de Copenhague, ou son père était cimentier sur la construction. « À l’époque, dit-il, on jouait au foot avec les enfants turcs. Ça se passait plutôt bien. Puis le nombre d’immigrants a augmenté et les femmes se sont mises à porter le voile. Beaucoup se sont mariés entre eux. On pensait que le temps jouait en faveur de l’intégration, mais on se trompait. »

Un parti ouvrier sans ouvriers

Aujourd’hui, Henrik Sass Larsen applaudit au geste de l’Italien Matteo Salvini, qui vient de refuser l’accueil à un navire chargé de migrants. Avec de nombreux sociaux-démocrates danois, il est à l’origine du virage à 180 degrés qu’a pris son parti sur la question de l’immigration après sa défaite en 2015 sous la direction de sa jeune présidente Mette Frederiksen. Cette diplômée en Études africaines n’a pas hésité à rompre avec ses alliés traditionnels sur cette question cruciale. Comme le dit le manifeste du parti, « comme sociaux-démocrates, nous croyons que nous devons aider les réfugiés, mais il nous faut aussi […] trouver l’équilibre entre l’aide aux gens dans le besoin et la nécessité d’assurer la cohérence du pays tout en préservant le haut niveau de mesures sociales qui caractérise notre société ».

Depuis trois ans, le parti a voté la plupart des mesures adoptées au Parlement de Christiansborg pour restreindre l’immigration. En mai dernier, c’est sans hésitation que les élus sociaux-démocrates se sont prononcés en faveur de l’interdiction du port de la burqa dans les lieux publics. Sur ces questions, le parti partage un véritable consensus, non seulement avec les libéraux au pouvoir, mais aussi avec le Parti du peuple danois dont la plateforme a toujours été radicalement opposée à l’immigration. Depuis une vingtaine d’années, ce parti grugeait de plus en plus l’électorat populaire des sociaux-démocrates. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le lent déclin du parti a commencé autour de 1995, année de la fondation du Parti du peuple, trois ans après un premier référendum où les Danois rejetèrent le traité de Maastricht. Il en faudra un second, en 1993, pour forcer le Danemark à intégrer finalement le marché unique.

Il aura fallu attendre 20 ans pour que la défaite de la première ministre Thorning-Schmidt provoque un choc salutaire, dit le député social-démocrate Mattias Tesfaye. « C’est là qu’on s’est aperçus que, si on avait obtenu 26 % du vote général, on ne faisait plus que 21 % chez les électeurs syndiqués. Or, dans un pays syndiqué à 70 % où le parti a toujours été lié au mouvement ouvrier, ça n’avait pas de sens ! On était en train de devenir le parti de la petite bourgeoisie des villes alors que les classes populaires nous laissaient tomber. »

Retour aux origines

À 37 ans, ce fils d’un réfugié éthiopien a été briqueteur et syndicaliste avant d’être élu au Parlement dans une banlieue ouvrière de l’ouest de Copenhague. D’ailleurs, rappelle-t-il, cela faisait presque 30 ans que les maires des localités ouvrières d’Ishoj, de Brondby et d’Albertslund s’opposaient à la politique d’ouverture des frontières prônée par la direction du parti depuis les années 1980. « Mais on les traitait de racistes. La nouvelle direction du parti a récemment reconnu qu’ils avaient eu raison. »

Dans un livre intitulé Welcome Mustafa, qui a eu un certain retentissement dans la gauche danoise, Mattias Tesfaye explique que la gauche est loin d’avoir toujours eu cette opinion sur l’immigration. « Au contraire, dans les années 60, les syndicats étaient résolument opposés à l’ouverture des frontières afin de protéger les salaires et le marché de l’emploi, dit-il. C’est le patronat qui a fait pression pour qu’on laisse entrer des travailleurs étrangers. Et nous, on a plié. »

Selon le député, la social-démocratie s’est alors écartée de sa politique traditionnelle sous l’influence des idées libertaires et de l’individualisme des années 1960. « On doit beaucoup de choses à cette époque, comme la reconnaissance des droits des femmes et des gais. Mais l’ouverture des frontières fut une erreur. Il est temps de le reconnaître. »

Pour la gauche danoise, l’ouverture des frontières à l’immigration entre en contradiction flagrante avec la préservation d’un État social fort. « Quand je vois certains quartiers de Copenhague aujourd’hui où les communautés coexistent sans se mélanger et où la richesse côtoie la pauvreté la plus abjecte, je me dis que ça ressemble aux États-Unis, pas au Danemark. Une forte redistribution sociale exige une solidarité incompatible avec des sociétés parallèles. Ce n’est pas ça la social-démocratie ! »

Les sirènes du populisme ?

Dans la gauche danoise, le cas de la Suède sert souvent de repoussoir. Comme la France, le pays a vu apparaître des ghettos ethniques dans les banlieues de la plupart de ses grandes villes. La social-démocratie y a d’ailleurs amorcé un lent déclin. Pour Tesfaye, ce débat fait rage dans de nombreux partis sociaux-démocrates, comme en Autriche, aux Pays-Bas, en Belgique et même en Suède. « Un parti qui n’est pas capable de discuter ouvertement de ces questions ne sert à rien. C’est la survie de l’État providence qui est en jeu ! »

Mais ce virage ne fait pas l’affaire de tous. Même si l’opposition est aujourd’hui très minoritaire au sein du parti, elle se manifeste à l’extrême gauche. Pour l’anthropologue Peter Hervik, le Parti social-démocrate ne fait ainsi que céder aux sirènes du populisme. « Au Danemark, les sociaux-démocrates sont maintenant main dans la main avec le Parti du peuple, dit-il. Ils n’ont fait que reprendre leurs idées en exagérant les problèmes de l’immigration. Ils invoquent de prétendues “valeurs danoises” en se créant des boucs émissaires. Le Danemark est peut-être une société ouverte, mais seulement pour ses propres citoyens. »

S’il est vrai que les sociaux-démocrates se sont rapprochés du Parti du peuple, « ce dernier s’est aussi rapproché du centre et il a considérablement adouci son programme », estime le politologue Jorgen Goul Andersen. C’est notamment vrai sur les questions sociales. La plupart des observateurs estiment que, si l’an prochain les sociaux-démocrates remportaient les élections, ils pourraient même gouverner avec le soutien implicite du Parti du peuple. Le choc serait certainement ressenti dans toute la social-démocratie européenne.