Hassan Diab est remis en liberté

Paris — Le principal suspect d’un attentat commis à Paris en 1980 contre une synagogue, l’attentat de la rue Copernic, a été remis en liberté avec un bracelet électronique, après un témoignage de son ex-épouse qui conforte son alibi et nécessite de nouvelles investigations.

Trente-six ans après les faits, l’enquête est ainsi à nouveau relancée dans un dossier où les victimes avaient repris espoir après l’extradition fin 2014 d’Hassan Diab depuis le Canada, où il était un respectable professeur d’université en sociologie.

Âgé de 62 ans, le Libano-Canadien est mis en examen en France, notamment pour assassinats terroristes, et considéré dans l’enquête comme l’auteur présumé de cet attentat perpétré devant une synagogue de l’ouest de la capitale. Bilan : quatre morts et une quarantaine de blessés le 3 octobre 1980, dans le premier attentat contre la communauté juive en France depuis la Seconde Guerre mondiale.

Une juge des libertés et de la détention a mis fin jeudi à la détention provisoire du suspect et ordonné son assignation à résidence avec bracelet électronique, ont indiqué à l’AFP des sources judiciaires et proches de l’enquête. Le parquet de Paris a interjeté appel. Une nouvelle audience aura lieu le 24 mai.

Mystère à élucider

Dans sa décision, la juge a considéré qu’un « doute » est posé sur la « question fondamentale » de savoir si Hassan Diab était en France le jour de l’attentat, après des auditions du suspect en janvier et de son ex-épouse, a expliqué l’une des sources.

Quelques jours plus tôt, le juge d’instruction Jean-Marc Herbaut avait lui aussi ordonné une remise en liberté sous surveillance électronique. Mais le parquet avait suspendu cette mesure et la chambre de l’instruction avait confirmé la détention.

Dans son ordonnance, prise le 9 mai, le juge relève que l’ex-femme d’Hassan Diab a indiqué qu’il l’avait accompagnée à l’aéroport de Beyrouth le 28 septembre 1980, une date à laquelle le possesseur du passeport au nom d’Hassan Diab se trouvait déjà en Europe d’après les tampons, selon la source proche de l’enquête.

Le juge considère que le témoignage, bien que tardif et sujet à caution, nécessite de nouvelles investigations, selon l’une des sources.

Hassan Diab a toujours nié son appartenance au Front populaire de libération de la Palestine-Opérations spéciales (FPLP-OS), à qui avait été attribué l’attentat.