En bref - Belgique : le roi accorde un nouveau sursis

Bruxelles — Pour trouver un début de solution, la longue et grave crise qui secoue l'État fédéral belge devra attendre encore au moins un bon mois et demi, malgré l'impatience des Flamands qui exigent avec insistance plus d'autonomie depuis les législatives de juin 2007.

Le roi des Belges, Albert II, a prolongé hier jusqu'à la deuxième moitié de septembre la mission qu'il a confiée à trois médiateurs pour préparer le lancement du dialogue, c'est-à-dire de négociations sérieuses sur la réforme de l'État entre ses sujets néerlandophones et francophones aux intérêts économiques et culturels qui sont de plus en plus antagoniques.