Les médias américains tournent la page Trump

Donald Trump a quitté la Maison-Blanche mercredi après avoir fait son discours d'adieu.
Photo: Alex Brandon Agence France-Presse Donald Trump a quitté la Maison-Blanche mercredi après avoir fait son discours d'adieu.

Le départ de la Maison-Blanche chorégraphié par Donald Trump n’aura finalement pas éclipsé médiatiquement l’intronisation du 46e président des États-Unis, Joe Biden, mercredi. Misant sur une couverture sobre, centrée sur le caractère protocolaire de l’événement, les médias américains ont tourné la page sur les années mouvementées du républicain hors norme.

À l’image du Super Bowl ou des Oscars, la journée d’intronisation est depuis des décennies une tradition télévisuelle. Joe Biden et Kamala Harris étaient ainsi sur toutes les chaînes mercredi midi, heure à laquelle ils ont prêté serment et sont devenus officiellement président et vice-présidente des États-Unis. Les journaux américains — et étrangers — suivaient aussi attentivement l’événement, proposant une couverture en direct.

« C’était la journée de Biden et de Harris. Trump n’a pas réussi à leur voler la vedette. On s’attendait pourtant au pire, il restait président jusqu’à 11 h 59 après tout », fait remarquer Patrick White, professeur de journalisme à l’École des médias de l’UQAM.

Mais pour la première fois en quatre ans, l’ex-président s’est fait discret, brillant par son absence plutôt que ses déclarations chocs. Il a quitté la Maison-Blanche peu après 8 h pour rejoindre sa résidence en Floride, boudant la cérémonie. Hormis pour rappeler que le républicain est le premier président américain depuis 152 ans à ne pas assister à l’assermentation de son successeur, les médias ont à peine prononcé son nom. Signe qu’ils souhaitaient tourner la page, selon M. White.

« La majorité des médias se sont concentrés sur la cérémonie. Ils ont mis l’accent sur le côté protocolaire, sur la tradition et sur le message d’unité de Biden. C’était sobre et conventionnel. On ressentait quand même cette ambiance triste, sans les festivités habituelles », note le professeur.

L’assaut du Capitole il y a deux semaines a entraîné la mise en place d’un dispositif de sécurité sans précédent mercredi. La capitale a été bouclée et plus de 25 000 policiers et soldats ont été mobilisés. L’esplanade était fermée au public et les quelques personnes présentes étaient masquées, assises à deux mètres de distance, pandémie oblige.

Fox News change de ton

« De voir si peu de gens présents, et avec un masque, c’est une image marquante. Ça rend le moment historique en tous points », souligne Mireille Lalancette, professeure à l’UQTR et membre du Groupe de recherche en communication politique. Elle note d’ailleurs que la chaîne d’information conservatrice Fox News, souvent à la recherche du spectaculaire, a largement mis l’accent sur la sécurité entourant l’événement et son caractère pacifique. « La chaîne a beaucoup rappelé les violences et s’en distanciait. On voulait montrer qu’on souhaitait éviter le pire aujourd’hui. »

La professeure tient néanmoins à saluer la couverture de Fox News et de sa concurrente CNN, qui se positionne au centre de l’échiquier politique. « Ils ont passé les commentaires des journalistes et présentateurs au second plan pour laisser place à des silences. On encourageait à juste écouter et observer la cérémonie. On prenait la parole pour expliquer les symboles, les protocoles. Ça fait changement. »

C’était la journée de Biden et de Harris. Trump n’a pas réussi à leur voler la vedette. On s’attendait pourtant au pire, il restait président jusqu’à 11 h 59 après tout.

Mme Lalancette s’étonne surtout du changement de ton de Fox News, qui a pourtant soutenu l’ancien président Trump pendant son mandat. S’adonnant surtout à des commentaires factuels, la chaîne a insisté sur la « légitimité » de Joe Biden et présenté son programme de façon positive. Le journaliste et présentateur chevronné, Chris Wallace, a même confié que le discours de Joe Biden était « le meilleur discours inaugural qu’[il] ait jamais entendu ».

« Wallace est un des journalistes les plus objectifs et crédibles de la chaîne, il n’en reste pas moins rafraîchissant d’entendre ça sur Fox News. On sentait qu’on voulait encourager le mandat de Biden », constate Patrick White.

Fox News s’est tout de même porté à la défense de M. Trump après son discours d’adieu en matinée, dans lequel il promet de revenir et souhaite bonne chance à la prochaine administration sans même mentionner M. Biden ou Mme Harris. Les présentateurs l’ont décrit comme un « homme de famille » et un « travailleur acharné ».

Pour Rafael Jacob, chercheur associé à la Chaire Raoul-Dandurand de l’UQAM, l’avenir de la chaîne est à surveiller de près. « Leurs cotes d’écoute sont en train de fléchir comme jamais. C’est inquiétant d’un point de vue démocratique et social, car depuis les élections on perçoit un effort journalistique pour présenter des faits. Est-ce que Fox News va retrouver ses habitudes pour revenir dans les bonnes grâces des partisans de Trump ou continuer à miser sur les faits ? »

Une prise de position risquée, qui pourrait leur faire perdre une partie de leur auditoire, au profit de chaînes plus conservatrices comme Newsmax ou One America News Network. Celles-ci n’ont d’ailleurs pas hésité mercredi à plaisanter sur l’âge avancé de M. Biden, critiquer son programme et montrer du doigt les accolades et embrassades des participants à la cérémonie.

 

À voir en vidéo