Biden poursuit son ascension

Si l’élan de Joe Biden se concrétise, les primaires démocrates pourraient se décanter rapidement.
Photo: Kyle Rivas Getty Images Agence France-Presse Si l’élan de Joe Biden se concrétise, les primaires démocrates pourraient se décanter rapidement.

Joe Biden a pris mardi un avantage déterminant dans les primaires démocrates et a tendu la main à son adversaire Bernie Sanders pour battre « ensemble » Donald Trump lors de la présidentielle de novembre aux États-Unis.
 

Mississippi, Missouri et, surtout, Michigan, une prise symbolique : l’ancien vice-président de Barack Obama a largement remporté au moins trois des six États en jeu lors de ce « mini-Super Tuesday ». Les résultats de l’Idaho, du Dakota du Nord et de l’État de Washington étaient encore attendus.
 

« Je veux remercier Bernie Sanders et ses partisans pour leur énergie infatigable et leur passion », a déclaré le champion du camp modéré à l’adresse du sénateur socialiste.
 

« Nous avons le même but et ensemble, nous battrons Donald Trump, nous rassemblerons ce pays », a-t-il lancé dans un discours sobre, assurant incarner « le retour de l’âme de la nation ».

 


« Ce n’est pas fini »

 

 

Que va faire maintenant Bernie Sanders ? La pression de l’establishment démocrate, qui redoute que ses idées très à gauche pour les États-Unis n’effraient les électeurs centristes, s’est immédiatement accentuée pour qu’il se retire au nom du rassemblement contre le président républicain.
 

Dans l’immédiat, le sénateur, rentré dans son fief du Vermont, a décidé de ne pas s’exprimer publiquement mardi soir, selon les médias américains. Un silence qui en dit long sur le dilemme de celui qui prône une « révolution politique » et a électrisé des foules souvent jeunes autour de ses promesses d’assurance-maladie universelle et d’études gratuites.
 

« Ce n’est pas fini », a juste glissé dans un tweet une figure de son équipe de campagne, Nina Turner.
 

Une porte-parole de « Bernie » a elle donné rendez-vous au prochain débat télévisé, qui sera pour la première fois un face-à-face entre les deux candidats septuagénaires. « Dimanche, l’Amérique va enfin entendre Biden défendre ses idées, ou son absence d’idées », a ironisé Briahna Joy Gray.
 

Joe Biden, 77 ans, grand favori depuis ses victoires des dix derniers jours et les ralliements en cascade d’ex-candidats modérés, a confirmé sa capacité à s’imposer très largement dans le Sud des États-Unis et auprès des Afro-Américains, un électorat-clé pour les démocrates. Mais aussi au-delà, dans un bastion industriel du Midwest comme le Michigan, que les démocrates espèrent ravir le 3 novembre à Donald Trump qui y avait remporté une victoire surprise en 2016.
 

Grâce à ses victoires très nettes, il a engrangé de nombreux délégués appelés à désigner, en juillet, le candidat démocrate à la Maison-Blanche. Et son avance semble toujours plus difficile à rattraper pour « Bernie », 78 ans.


Coronavirus

 

L’équipe de campagne de Donald Trump a elle assuré que les deux candidats étaient « les deux faces d’une même pièce » et qu’ils défendraient un projet « socialiste ».
 

Joe Biden et Bernie Sanders ont dû annuler leurs meetings prévus mardi soir dans l’Ohio en raison du coronavirus, venu pour la première fois perturber la campagne.
 

Mardi, plusieurs millions d’Américains ont toutefois pu voter sans incident.
 

Tous les yeux étaient rivés sur le Michigan car cet État est un gros pourvoyeur de délégués. Mais aussi car Bernie Sanders y avait créé la surprise lors des primaires de 2016 en s’imposant face à la favorite Hillary Clinton.
 

Le sénateur du Vermont devait donc absolument renouveler cet exploit et faire mentir des sondages favorables à Joe Biden pour espérer se relancer.
 

Au contraire, le candidat modéré a obtenu une quinzaine de points d’avance.

Un « pont »
 

À Detroit, plus grande ville du Michigan, les partisans de Joe Biden ont laissé exploser leur joie à l’annonce des résultats.
 

Bravant le froid pour se rendre aux urnes aux aurores, Cecilia Covington, artiste de 61 ans, affichait un soutien sans faille à l’ancien vice-président.
 

« Nous devons chasser le 45e [président] du pouvoir », a-t-elle expliqué à l’AFP dans une école primaire du centre-ville, évoquant Donald Trump. « Je pense que Biden porte une vision et une promesse de rassemblement », a-t-elle ajouté.
 

Lors d’une visite dans une usine Fiat Chrysler en construction à Detroit, Joe Biden, connu pour ses gaffes à répétition et ses emportements, s’est lâché face à un ouvrier qui l’accusait d’attaquer le droit des Américains à détenir des armes.
 

« Arrête tes conneries », lui a-t-il lancé, une scène immédiatement devenue virale sur les réseaux sociaux.
 

À l’exception d’Elizabeth Warren qui n’a pas fait connaître sa préférence, les anciens grands candidats se sont ralliés à celui qui est désormais archifavori des primaires : Michael Bloomberg, Pete Buttigieg, Amy Klobuchar, Kamala Harris et Cory Booker.
 

Tous appellent les démocrates au « rassemblement » derrière lui pour éviter que Donald Trump n’emporte un second mandat de quatre ans.
 

Conscient que son âge peut être un handicap, même si son adversaire est plus âgé que lui, Joe Biden s’est présenté comme un « pont » vers une nouvelle génération de dirigeants démocrates.

Je pense que Biden porte une vision et une promesse de rassemblement