Donald Trump tient des propos injurieux sur Haïti et l’Afrique

Donald Trump
Photo: Saul Loeb Agence France-Presse Donald Trump

Washington — Le président des États-Unis, Donald Trump, s’est emporté jeudi lors d’une réunion avec des parlementaires à la Maison-Blanche sur l’immigration en qualifiant, selon le Washington Post, plusieurs nations africaines ainsi qu’Haïti de « pays de merde ».

Le milliardaire républicain recevait dans le Bureau ovale plusieurs sénateurs, dont le républicain Lindsey Graham et le démocrate Richard Durbin, pour évoquer un projet bipartisan proposant de limiter le regroupement familial et de restreindre l’accès à la loterie pour la carte verte. En échange, l’accord permettrait d’éviter l’expulsion de milliers de jeunes, souvent arrivés enfants aux États-Unis.

« Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici ? », a demandé le président Trump lors des discussions, selon le quotidien qui cite plusieurs sources anonymes.

Selon elles, l’homme d’affaires devenu président faisait référence à des pays d’Afrique ainsi qu’à Haïti, expliquant que les États-Unis devraient plutôt accueillir des ressortissants de la Norvège, dont il a rencontré la première ministre la veille.

Sénateurs déconcertés

Toujours de même source, les sénateurs présents ont été déconcertés par ces propos. La Maison-Blanche n’a pas nié que le président américain a tenu ces propos.

« Certaines personnalités politiques à Washington choisissent de se battre pour des pays étrangers, mais le président Trump se battra toujours pour le peuple américain », a souligné un porte-parole de l’exécutif, Raj Shah, dans un communiqué.

« Comme d’autres nations ayant une immigration fondée sur le mérite, le président Trump se bat pour des solutions durables qui renforcent notre pays en accueillant ceux qui contribuent à notre société, font croître notre économie et s’assimilent à notre grande nation », a-t-il poursuivi.

Négociations ardues

Les parlementaires étaient présents pour évoquer les discussions entre les responsables des deux partis pour encadrer le sort des « Dreamers », les jeunes bénéficiaires du programme appelé Deferred Action for Childhood Arrival (DACA), hérité de l’administration Barack Obama.

Les négociations sont ardues entre la Maison-Blanche et les parlementaires sur ce projet.

En septembre, le président Trump a abrogé le programme qui a permis à 690 000 jeunes, entrés illégalement aux États-Unis alors qu’ils étaient enfants, de travailler et d’étudier en toute légalité en les protégeant de l’expulsion. Il a donné jusqu’au 5 mars au Congrès pour trouver un compromis.

5 commentaires
  • Gérard Garnier - Abonné 11 janvier 2018 21 h 53

    Merci pour l'offre.

    Il serait étonnant que beaucoup de ressortisants norvégiens demandent à immigrer aux USA, compte tenu du niveau de vie et du système social. Et les membres de la famille royale semblent très raisonnables par rapport à d'autres.

  • Gilles Bonin - Abonné 11 janvier 2018 23 h 12

    Que s'attendred'autre?

    Il est vulgaire et même avec la première ministre norvégienne: en conférence de presse, il s'est félicité que le commerce avec la Norvège était au net avantage des USA et qu'en plus le 1/3 du fond souverain norvégien était placé aux USA... La béate première doit compter les mois qui lui restent à diriger...

  • François Masseau - Abonné 11 janvier 2018 23 h 21

    L’élégance même !

    Il paraît que cette délicatesse langagière plaît beaucoup à sa base tout aussi élégante ! Est-ce que l’on est surpris ! Caractériel, impulsif,vulgaire, mesquin et ordurier : belle définition d’un président digne d’une république de bananes mais néanmoins président de la première puissance mondiale...Édifiant !

  • Gilles St-Pierre - Abonné 12 janvier 2018 00 h 08

    USA en 18e place

    Être norvégien je n’irais surtout pas m’installer dans un pays qui tombe en ruine autant sur le plan social, politique, économique et surtout environnemental. Je préférerais de beaucoup continuer à vivre dans un petit pays des mieux équilibrés au monde dans lequel il fait si bon de vivre.

    Selon cette étude menée par la société US News en partenariat avec l’institut Y&R’s BAV and Wharton, la Norvège est au 5e rang en ce qui concerne la qualité de vie qu’elle offre à ses citoyens alors que les USA s’en tirent avec la 18e place. Il semble avoir un trop gros prix à payer pour vivre dans le « The best in the world» et Trump peut bien aller se réhabiller avec son offre d’immigration.

    S’est à se demander maintenant pourquoi tous ces 50 états restent ainsi rassemblés; peut-être ne se posent-ils même pas la question.

    (réf. : https://www.demotivateur.fr/voyage/le-canada-elu-meilleur-pays-du-monde-pour-sa-qualite-de-vie-9329)

  • Gilles Bonin - Abonné 12 janvier 2018 20 h 44

    Et sur cela...

    notre fringant Justinnnn en oublie de verser une larme...