Six détenus partent pour l’Uruguay

Montevideo — Six hommes détenus à Guantanamo depuis plus d’une décennie ont été accueillis comme réfugiés par l’Uruguay, dans une accélération manifeste des transfèrements de la prison américaine où il reste désormais 136 hommes, ont annoncé dimanche les autorités uruguayennes et américaines.

Les six hommes, qui avaient tous reçu une « approbation pour transfèrement » des autorités américaines, ont quitté la base américaine de Guantanamo, située à Cuba, à bord d’un avion de l’US Air Force samedi à 11 h, a indiqué à l’AFP un porte-parole du Pentagone, Myles Caggins. Le ministère des Affaires étrangères?d’Uruguay?a confirmé dimanche dans un communiqué l’arrivée des « réfugiés » et promis à ce titre « un strict respect des normes internationales de protection humanitaire », concernant notamment leur vie privée. « Ils viennent en qualité de réfugiés et ils pourront quitter le pays dès qu’ils le souhaiteront », avait réaffirmé vendredi le président José Mujica à la télévision locale.

Au total, 19 détenus ont ainsi été rapatriés ou renvoyés dans un pays tiers depuis le début de l’année, dans un effort évident de l’administration de Barack Obama d’accélérer les libérations pour vider la prison controversée et à terme la fermer, comme l’a promis à plusieurs reprises le président depuis sa première élection en 2008.

Sur les 779 passés par ses geôles en bientôt 13 ans, il reste désormais 136 détenus à Guantanamo, dont la plupart n’ont jamais été inculpés ni jugés. Soixante-sept ont été décrétés « libérables » par les administrations successives de George W. Bush et de Barack Obama.

Les six hommes accueillis par l’Uruguay sont âgés de 30 à 40 ans et étaient arrivés à Guantanamo parmi les premiers détenus en 2002. Il s’agit des quatre derniers Syriens — Ahmed Ahjam, Ali Hussein Shaabaan, Omar Abou Faraj et Jihad Diyab —, du Palestinien Mohammed Tahanmatan et du Tunisien Abdoul Ourgy, selon un communiqué du Pentagone.