New York propose de dépénaliser la possession de cannabis en public

Le gouverneur de l’État de New York a proposé hier aux législateurs de changer une loi locale pour dépénaliser la possession en public de cannabis pour consommation personnelle, afin de mettre fin aux discriminations liées à un texte qu’il juge ambigu.

Le maire de la ville de New York, Michael Bloomberg, s’est dit peu après en faveur d’une telle modification, selon un communiqué.


Actuellement, dans l’État de New York, la possession privée de moins de 25 grammes de cannabis est passible d’une simple amende de 100 dollars, sauf si le cannabis est « exhibé en public », auquel cas il s’agit d’un délit, selon les termes de la loi actuellement en vigueur.


L’initiative du gouverneur vise à faire sauter cette distinction source de flou juridique et de discriminations au détriment des Noirs et des Hispaniques qui sont plus concernés, car plus souvent contrôlés, selon le gouverneur, le démocrate Andrew Cuomo.


Si le changement est voté, toute possession en public de moins de 25 grammes de cannabis serait passible d’une amende de 100 dollars quel que soit le contexte. Le fait de fumer ou de vendre du cannabis continuerait d’être considéré comme un délit, comme avant.


Cette réforme vise à « rétablir de la justice et de la cohérence dans nos lois alors qu’il y a des contradictions flagrantes dans la façon dont on traite la possession de petites quantités de cannabis », indique le bureau du gouverneur dans un communiqué.


Cette proposition a été avancée en pleine polémique liée à l’augmentation des arrestations, notamment des Hispaniques et des Noirs, à l’occasion des contrôles inopinés pratiqués par la police dans l’État de New York.